27.8 C
Mamoudzou
dimanche 25 février 2024
AccueilEducationFlorilège de témoignages d’enseignants « dans l'incapacité d'exercer les missions d'éducation »

Florilège de témoignages d’enseignants « dans l’incapacité d’exercer les missions d’éducation »

Le dernier courrier émanant d’un établissement scolaire n’est ni adressé au recteur, ni à un ministre, c’est une bouteille à la mer, « un appel à l’aide », tel qu’il est adressé aux médias. Les droits de retrait s’enchainent dans l’Éducation nationale sans que cela déchaîne les réactions des autorités. Nous avons donc pris le parti de les reprendre et de publier un à un les dernier en date.

Jusqu’à il y a quelques mois, il était encore possible pour des dirigeants de sociétés ou d’administration, de discuter du bien-fondé des droits de retrait brandis par leur personnel. Désormais, la situation n’a fait qu’empirer, et adultes et élèves sont en première ligne pour subir de plein fouet l’aggravation des formes de délinquance.

Et ce n’est pas seulement apr comparaison avec l’Hexagone où les enseignants d’un lycée parisien ont fait valoir leur droit de retrait en raison de la présence de punaises de lits en octobre 2023, mais parce qu’en faits bruts, les dommages physiques se multiplient ici.

Alors que chez les leaders du mouvement des « Forces vives », la colère enfle suite à l’absence de réponse du gouvernement, la population continue de souffrir de l’insécurité. Les réseaux sociaux honnis pour leur inconséquence, montrent toutefois toute leur utilité, et on peut se demander combien de victimes s’il n’y avait pas eu ces échanges en réponse du « ça passe ? », multi-quotidien sur les groupes d’habitants qui continuent à assurer leur mission et tienne leurs postes, qu’ils soient dans le privé ou le public.

La supplique du personnel du collège de Dembéni

Nous avons alerté de multiples fois, en prenant le temps de nous arrêter sur les cas les plus graves, comme celui de cet enseignant qui souffre d’une plaie profonde au crâne provoquée par une agression à coups de fer à béton il y a quelques jours.

Nous avons également répercuté les informations sur les établissements scolaires victimes de délinquance externe, comme le collège Frédéric d’Achery de Koungou, une attaque en règle, avec heureusement, aucune intrusion, une chance quand on écoute le personnel évoquer la violence des évènements. Mais sans écho sécuritaire.

Des interpellations, il y en a, mais c’est d’un déficit de protection dont souffrent les habitants.

Pour que les établissements scolaires continuent à être un refuge

Le dernier en date nous incite à ne plus faire du saupoudrage d’informations, mais à publier in extenso les courriers reçus, ce que nous faisons très rarement, estimant qu’une bonne explication vaut mieux qu’une information brute non contextualisée.

Idem au collège de Koungou

Difficile de remonter dans le temps pour suivre l’ordre d’apparition sur la scène insécuritaire, jusqu’aux agressions mortelles de deux lycéens à une semaine d’intervalle à Mtsangadoua et Cavani en 2021 ? Jusqu’au décès d’un jeune de 17 ans devant le lycée de Sada où il allait s’inscrire en 2019 ? Sans continuer le décompte macabre, depuis plusieurs mois, les agressions vont de bus scolaires à collèges et lycée, avec les sécurisations qui montent sans arrêt en grade pour faire de nos élèves des réfugiés dans des bunkers.

Mi-décembre 2023, les élèves du collège Kwalé à Tsoundzou avaient été confinés à la suite d’attaques de « bandits », de « voyous », indiquait la communauté enseignante dont nous publions le communiqué, puis ce fut le collège de Doujani avec la demande d’une sécurisation de l’établissement, puis le 24 janvier dernier lors du violent assaut du collège Frédéric d’Achery de Koungou par une cinquantaine de délinquants, « nous sommes en danger lors de nos déplacements vers et depuis notre lieu de travail, certains membres du personnel ayant été agressés, et les bus scolaires caillassés ». Le dernier en date est un « appel à l’aide » du personnel du collège Zakia Madi de Dembéni ce 1er février qui décrit des « scènes de guerre » lors de « caillassages aux abords de l’établissement », et qui ont même « franchi les portes du collège », avec « la loge et le portail de l’établissement », vandalisés.

Le collège de Kwalé en décembre 2023

Tous réclament « des actions fortes, immédiates et durables de la part de l’Etat » pour sécuriser la situation.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
DLEM, RSMA, Armées, Sébastien Lecornu, Mayotte, Gabriel Attal, TIG, TIE

Quelle contribution militaire pour encadrer la jeunesse de Mayotte ?

0
Au ministère des Armées, il ne fut pas seulement question de surveillance militaire en appui de la Lutte contre l’immigration clandestine pour les élus. Mais également, dans le droit fil du discours de politique générale du Premier ministre, du retour à l’autorité qu’incarne l’armée
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Eric Ciotti, Mansour Kamardine, Mayotte, Emmanuel Macron,

Eric Ciotti demande l’instauration de l’état d’urgence sécuritaire à Mayotte

0
C’est la vertu du démarchage des élus, et le bénéfice d’avoir fait venir le président des LR à Mayotte : Eric Ciotti se fait un porte-voix de leurs demandes

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.

Recent Comments