28.8 C
Mamoudzou
dimanche 25 février 2024
AccueilEducationLes transports scolaires bloqués aux barrages

Les transports scolaires bloqués aux barrages

Depuis deux semaines, les routes de Mayotte sont bloquées aux quatre coins de l'île. Malheureusement, les transports scolaires ne sont pas autorisés par les barragistes à passer et ne peuvent acheminer les élèves vers leurs établissements scolaires.

Jeudi 1er février, aucun service de transport scolaire n’a pu être assuré en Grande-Terre en raison des blocages. Seuls les élèves résidant à Petite-Terre, et y étant scolarisés, ont pu être acheminés.

Le directeur de l’entreprise de transports Transdev Mayotte, Frédéric Delouye a expliqué que les bus scolaires n’étaient pas autorisés à franchir les barrages érigés depuis deux semaines sur l’île. Cette situation complique d’autant plus la vie des élèves habitant loin de leur établissement scolaire.

Elèves Kawéni
Depuis la mise en place des barrages, de nombreux élèves ne peuvent plus se rendre dans leur établissement scolaire, faute de bus scolaires, certains tentent de se déplacer, à pied, pendant plusieurs kilomètres

Une enseignante du Lycée des Lumières de Kawéni nous confie que de nombreux élèves de ses classes marchent plusieurs kilomètres à pied matin et soir, pour tenter de venir en classe et rejoindre leur domicile, malgré le contexte extrêmement instable sur l’île : « On a en classe uniquement ceux qui peuvent se déplacer à pied ou qui ont de l’argent pour payer un taxi, mais cela dépend d’où viennent les élèves. »

En plus d’être bloqués sur l’île face aux barrages, les transports scolaires rencontrent également de nombreuses difficultés techniques : « Sur les trois-cent véhicules du réseau, tous ne sont pas approvisionnés en carburant, les bus n’ont plus accès aux plateformes de maintenance, les véhicules et leurs équipements ne peuvent donc pas être contrôlés pour que leurs activités puissent être réalisées en toute sécurité. » Le directeur de Transdev a prévenu que « ces difficultés retarderont la reprise optimale du service des transports scolaires lorsque les barrages seront levés. »

 

Barge, Mayotte, collectif, mobilisation, interruption
Le trafic des barges est interrompu depuis jeudi 1er février, en raison de la poursuite de la mobilisation du collectif des citoyens de Mayotte

Depuis deux semaines, il demeure très difficile de circuler sur les routes, mais également sur l’eau. En effet, en raison des blocages des routes, le trafic des barges était fortement perturbé, faute d’agents suffisants pour permettre un trafic fluide des barges. Depuis jeudi, les barges sont à l’arrêt, en raison de la mobilisation du collectif des citoyens de Mayotte. Le trafic des barges est ainsi complètement interrompu. Seuls certains véhicules, notamment de sécurité et de secours, sont autorisés à emprunter une barge dédiée.

En revanche, pour l’ensemble des habitants de Mayotte et notamment les voyageurs devant se rendre à l’aéroport de Dzaoudzi, cet arrêt des barges n’est pas sans générer de stress. 

Taxi, boat, taxi, bateau, navette, maritime
Taxi-bateau déployé pendant cette période de barges et de blocages terrestres, vendredi 2 février 2024

Pour y pallier, certains prestataires bateau proposent des trajets (aller-retour) pour relier le ponton de Mamoudzou à Dzaoudzi. Vendredi 2 février, nous avons emprunté un de ces taxis-bateau (« taxi boat »). Le coût aller de cette traversée coûtait 10 euros par passager et 5 euro par valise transportée. Certains passagers ont déclaré que ce tarif était très élevé par rapport au prix habituel d’un ticket de barge (aller-retour), qui est de 0,75 centimes par passager, sans considération de bagage. 

Le prestataire que nous avons rencontré nous a expliqué que ce tarif avait été réévalué à la hausse (passant de 5 euros par passager à 10 euros par passager) en raison d’une agression physique dont un agent nautique avait été victime. En effet, des passagers, très en colère de la situation et de l’organisation mise en place, auraient blessé un agent nautique à la jambe. Pourtant, lorsque nous avons emprunté cette navette maritime, notre temps d’attente n’a pas été plus long que le temps d’attente d’une barge.

Cependant, ce tarif réévalué à la hausse sous-entendrait que les passagers prêts à payer un tarif plus élevé pour se déplacer seraient plus disciplinés. Cela reste encore à prouver…

Mathilde Hangard 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Barrages, blocages, forces de l'ordre, délinquants, Majikavo, violences

Insécurité : « Les gens meurent et on ne peut pas les secourir ! »

0
Mardi matin, alors que les blocages et les agressions se poursuivent sur l’ensemble du territoire, il règne un climat de guerre à tous les carrefours de l’île. Ces violences n’épargnent personne, pas même les soignants, bloqués pour aller travailler, en danger permanent pour rentrer chez eux et pour venir soigner

Transport en commun : la guerre des modes aura-t-elle lieu ?

0
Alors que les tractopelles préparent le futur tracé des voies qu’automobilistes et bus sont impatients d’emprunter, germe la crainte d’un doublon : mettre en circulation Caribus du transport urbain de la CADEMA sur la même portion de route que le transport interurbain du conseil départemental, fait peser un risque sur le remplissage des bus et d’un gaspillage d’argent public. Cette fois, il va falloir anticiper

Ouverture des inscriptions aux transports scolaires 2022/2023

0
Le réseau halO’ informe les étudiants ainsi que les élèves et leurs parents de l’ouverture des inscriptions aux transports scolaires 2022-2023.

Le Département réitère son souhait de renommer l’aéroport Marcel Henry

0
Réuni en assemblée plénière ce lundi matin, le Conseil départemental a voté à l'unanimité une mention favorable à un changement de nom de l'aéroport de Mayotte. Confirmant ainsi une délibération déjà votée en 2014, il redit à l'Etat sa volonté de renommer l'aéroport Marcel Henry, du nom de l'ancien sénateur décédé en août 2021.
Carla Baltus, bus scolaires, Mayotte

Nouveaux barrages à Combani liés aux transports scolaires, et deux bus caillassés à Tsararano...

0
Les festivités de Combani ont débuté aux alentours de 6h30 ce jeudi matin. Selon la gendarmerie, il s’agirait globalement d’élèves mécontents que leurs bus ne soient pas passés. Selon les réseaux sociaux, il s’agirait...

Recent Comments