26.8 C
Mamoudzou
vendredi 23 février 2024
AccueilEmploiUn plan local de sureté pour garantir la pérennisation des professionnels de...

Un plan local de sureté pour garantir la pérennisation des professionnels de Santé 

Ambiance minimaliste et efficacité de terrain garanties pour cette conjointe présentation, Préfecture-ARS, en matière de sûreté du personnel médical et soignant de notre département qui se déroulait ce matin, au sein du cabinet infirmier de Tsoundzou 1.

Alors que sur notre sol les besoins médico-soignants ne cessent de s’accroire de manière exponentielle à proportion justifiée d’un développement démographique toujours aussi rythmé, il est une réalité sécuritaire et sociétale qui ne plaide guère en l’attractivité même du territoire. En somme, les serpents du caducée mahorais qui se mordent la queue ! Et c’est bien dans cette optique, allié au souhait premier de garantir des conditions de travail viables et la saine ataraxie de nos professionnels de Santé, que le préfet et le directeur de l’ARS Mayotte ont co-signé très récemment un engagement de sécurisation.

Étude et présentation du terrain 

C’est à l’initiative des infirmiers de notre département que les débats sécuritaires, au regard de leurs respectives conditions de travail, se sont officiellement ouverts, générant pleine écoute et concrétude dans la mise en action des moyens, de la part du préfet et du directeur de l’Agence régionale de santé de Mayotte, donc, mais aussi des forces de sureté intérieure; effectifs Police et Gendarmerie confondus. Ayant été fait un état des lieux récent de notre territoire, dans le cadre des besoins et de la mise en place de ce plan S.U.R.E.T.É, une enquête* auprès de 400 professionnels de santé a permis de relever que 86% d’entre eux « évaluent négativement la qualité de la sécurité à l’extérieur de leur domicile » et que 69% des infirmiers « déclarent avoir déjà été victime de violence dans le cadre de leur exercice ».

De tristes faits que confirme Faissoili Douhoucham, infirmier depuis plus de 10 ans à Mayotte :

Faissoili Douhoucham, un des six infirmiers du cabinet de Tsoundzou 1 partageant ses tournées patientèle entre Passamainty, Vahibé et le large Tsoundzou

« J’ai connu une époque où l’on pouvait se rendre sans crainte chez nos patients et ce, même à des horaires décalés comprenant l’aube ou bien même la nuit. Caillassages, effractions de nos véhicules, violences verbales et même physiques avec vol en bande, font désormais partie de notre quotidien mais c’est invivable ». Une situation invivable liée directement à l’aspect sécuritaire personnel qui constituerait, sans surprise, toujours selon cette même enquête, le 1er facteur de départ des professionnels de santé allié à cette éternelle problématique de notre fort turn-over local.

À cette instabilité se greffe également un ralentissement de l’engouement, même intérimaire et CDD, de notre île pour causes d’informations et de faits divers peu réjouissants relayés par la presse nationale : « La une du magazine Paris-Match en fin d’année dernière a eu un effet incroyablement délétère pour notre territoire », nous indique Olivier Brahic, directeur ARS Mayotte, avant de poursuivre,

La fameuse couverture pro-guérilla urbaine de nos confrères de Paris-Match, parue le 30/12/2022

« cela a impacté directement les recrutements des professionnels de santé censés venir prendre leurs fonctions. Ils ont été au final, entre 10 et 20% à se rétracter par peur ». Une peur qu’il faut donc désormais amoindrir et combattre en mutualisant les divers moyens déjà existants et en complétant d’autres axes qui le nécessitent car « la sécurité c’est l’affaire de tous », comme le rappelle Thierry Suquet, préfet de Mayotte.

Les 6 axes du plan d’action S.U.R.E.T.É.

La mise en place de ce 1er plan d’action se veut avant tout accessible, exécutable mais aussi évolutive. La dynamique initiale aspirant justement en une cohérente mise en place de moyens concrets à court voire très court terme. « S.U.R.E.T.É » qui signifie tout bonnement les 6 axes suivant :

« Notre souhait est d’accompagner au mieux les professionnels de santé face à l’insécurité, tout en répondant au besoins et attentes de la population en matière de santé justement » Thierry Suquet (à g.)
  • Sensibiliser
  • Unir 
  • Remonter 
  • Établir
  • Tester 
  • Et enfin Équiper.

Dans les grandes lignes, ce plan offrira aux personnels soignants libéraux mais aussi d’institutions hospitalières publiques, de pouvoir être sensibilisés et d’échanger lors de réunions d’accueil en présence des forces de l’ordre, de suivre des formations courtes de self-défense et 1er réflexes par des professionnels de Défense, de bénéficier d’une ligne directe dédiée, en cas de problématique, ou encore d’être acteur et de faire remonter des informations visant la mise en place d’une cartographie régulièrement actualisée de zones et lieux problématiques et/ou dangereux.

À ces différents dispositifs, pour lesquels patrouilles de police et gendarmerie établiront et renforceront aussi des tournées, notamment en des zones hospitalières et soins exposées à des faits de violence, se greffera un aspect purement logistique et sécuritaire, financé par l’ARS, visant à équiper tous les véhicules des professionnels de santé, libéraux inclus, de films protecteurs pour les parois vitrées afin d’éviter les risques de blessure lors d’attaques intentionnelles, notamment de jets de pierres. Il est à noter qu’une expérimentation se mettra d’ici peu en place, en une partie précise du territoire, équipant nos personnels de santé  (toutes spécialités confondues) d’un système de Push Alert (Bip Action) qui permettra en 2 étapes de suivre la sécurité et les besoins du personnel ayant activé ce Bip. La première étape relevant d’une société de sécurité privée, la seconde étant le relais établi directement auprès des forces de l’ordre.

Saindou Allaoui (à g.), Infirmier et coordinateur responsable du cabinet libéral de Tsoundzou 1

 « À travers tout le bénéfice de ce dispositif qui se concrétise, et pour lequel nous remercions les services de l’État, nous espérons sincèrement que nos conditions de travail très difficiles vont enfin s’alléger », nous confie avec émotion Saindou Allaoui, représentant des infirmiers civils libéraux de Mayotte.

Des professionnels libéraux recensés à près de 389 sur notre territoire, selon les chiffres 2021 de l’ARS, mais qui tendraient à diminuer pour les raisons sécuritaires évoquées. Espérons que ce fort engagement de terrain redonne regain d’espoir aux différents services des ressources humaines de santé de notre territoire mais aussi regain d’envie et courage aux personnels déjà présents et ceux à venir, qui aspirent à une expérience indéniablement dépaysante mais, avant tout, intensément humaine.

 

MLG

 

*Enquête faite par le Comité intersectoriel mahorais pour l’attractivité, l’installation et la pérennisation des professionnels de santé de Mayotte (Cimaipps). Travail partenarial de l’ARS Mayotte dans ses missions prioritaires d’activité de notre territoire.

Pour faire face au désertification médicale et à la carence de médecins généralistes sur notre île, il a été mis en place au sein du cabinet de Tsoundzou 1 (en 2020, lors de la période Covid) un système de télé-médecine tout à fait transportable, même au domicile des patients, afin de faire appel aux services de médecins métropolitains, disponibles aussi sur des temps emploi-retraite, afin d’apporter leur expertise. Tout médecin, quelle que soit sa spécialité et son secteur d’exercice, peut désormais proposer à ses patients de réaliser une consultation à distance au lieu d’une consultation en présentiel, pour toute situation médicale qu’il jugera adaptée. Ce dispositif serait aussi un outil attractif pour notre territoire en lien avec les médecins qui assurent régulièrement les consultations avec le cabinet mahorais et qui manifestent un désir et une curiosité de venir en missions ponctuelles découvrir notre département.

Infos genèse télé-médecine Mayotte 

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Précisions de l’ARS au sujet du choléra

0
Dans un communiqué envoyé ce mardi 21 décembre, l'Agence Régionale de Santé livre des précisions supplémentaires par rapport à son "Plan de riposte au risque de l'introduction du choléra à Mayotte". Nous apprenons ainsi que...
EVASAN, CHM, La Réunion, Mayotte

Difficultés du CHU réunionnais : accusée, Mayotte a pourtant pris sa part

0
Alors que les difficultés du CHU de La Réunion font de nouveau la Une, pointant le coût des Evasan depuis Mayotte, un petit retour historique n’est pas inutile

Santé – Le choléra n’a qu’à bien se tenir !

0
Au vu des cas de choléra détectés dernièrement sur Grande-Comore, cela fait un moment que l’ARS et la préfecture se préparent en cas de propagation de l’épidémie à Mayotte. Si pour le moment, aucun cas n’a encore été détecté sur l’île, les deux instances ont toutefois présenté à la presse leur « plan de riposte » ce mardi 20 février « au cas où ».
Soignants, crise, sécuritaire, crise, sociale, écoute, psychologique,

Succès de la cellule d’écoute psychologique : les soignants ont aussi besoin d’être écoutés

0
Suite à une montée des violences sur le territoire, mercredi 14 février, une cellule d’écoute psychologique a été activée par le Centre Hospitalier de Mayotte (CHM). Depuis, les appels n'ont fait que pleuvoir, contraignant de limiter, dans un premier temps, la cellule d'écoute, à un certain public, à commencer par le personnel hospitalier et libéral. 
CHM, Mayotte

Le CHM ouvre une cellule d’écoute psychologique

0
Face à l'onde choc suite aux violences vécues sur le territoire de Mayotte, mercredi 14 février, le Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) a annoncé l'ouverture d'une cellule d'écoute psychologique

Recent Comments