26.8 C
Mamoudzou
samedi 24 février 2024
AccueiljusticeTribunal – La « vision prophétique » de la tête de réseaux sur la...

Tribunal – La « vision prophétique » de la tête de réseaux sur la structuration des filières de passeurs

Cinq dossiers passaient en comparution immédiate ce vendredi après-midi. Parmi eux, un homme accusé d’être à la tête d’un réseau de passeurs de kwassa. Une filière intensive puisqu’il lui est reproché d’avoir permis l’arrivée de 6.000 personnes sur l’année 2022. Il livrait des informations sur la structuration en cours des filières.

Piégé par son portable sur écoute, Maftouhou M. ne pouvait faire autrement que d’avouer son activité, mais tentait avec son avocat, de nier en être la tête de réseau, qui permettait également d’inonder le marché mahorais de cigarettes de contrebande.

Né dans le petit village de Kangani au Sud-Ouest d’Anjouan, il est accusé d’avoir fait venir des passagers et des marchandises depuis les Comores entre juillet 2022 et mars 2023, en dirigeant une « bande organisée », faite de guetteurs, de passeurs, de taxis mabawa (clandestins), etc. « Bien que vous ayez changé de numéro, nous avons les messages que vous avez échangés avec les différents protagonistes, et c’est toujours vous qui donnez les ordres », lance la présidente de l’audience Julie Vignard.

En décembre 2022, un des kwassas est intercepté, induisant une Interdiction de Territoire Français pour lui et le passeur. Il revient malgré tout en janvier 2023.

Destruction de moteurs de 40cv par la PAF

Il est en attente de jugement d’une accusation de vol avec arme et violences aggravées dans une autre affaire, antérieure aux faits.

Les enquêteurs ont sorti leur calculette pour additionner les différents trafics, en se basant sur ses aveux lors de la garde à vue, notamment sur l’existence de trois réseaux. Un peu à la manière d’un problème de mathématiques. A raison de 9 ballots de 25 à 50 cartouches transportés par plusieurs kwassa des trois réseaux sous sa direction, et de son gain avoué de 2 euros par cartouche, et de seulement 60 euros – toujours avoués -par passagers qui payaient 500 à 600 euros la traversée, « vous vous êtes fait 12.000 euros, et encore, c’est en se basant sur vos dires », entame le procureur Yann Le Bris. Une réquisition qui va dévoiler un pan de ce qui se trame chez les organisateurs de réseaux aux Comores.

« Vous n’arriverez plus à arrêter les kwassa »

En garde à vue, le prévenu explique que 60% des beachages se font sur une plage de Bandrélé à Mayotte, « vous avez précisé que votre commune de Kangani à Anjouan ‘détient le record de tous les départs’ ». Le procureur poursuit : « Vous avez même eu une vision prophétique de ce qui nous attendait. Tout d’abord en expliquant que les autorités comoriennes s’étaient déplacées à Kangani, mais que les habitants les avaient empêchés, vous avez lâché, ‘maintenant, on est tranquille à Kangani, du coup, l’usine de kwassa s’y est installée et a quitté Domoni’. Ensuite en livrant aux enquêteurs, je cite, ‘un jour, vous n’arriverez plus à arrêter les kwassa, car nous préparons des bateaux plus costauds avec des moteurs de 150 chevaux !’ ».

En raison des Assises, les comparutions se faisaient dans l’ancienne salle d’audience, aux micros inopérants, quant à celui de la barre, il est fixé par un bolduc…

Un commerce « très bien structuré », et Yann Le Bris cite encore le prévenu, avec à Mayotte, ses guetteurs, ses taxis qui empochent 50 euros pour ramener leur monde dans les villages, « le territoire est en partie gangréné par de multiples intervenants à l’intérieur et sur l’eau, comme certains pêcheurs qui avertissent de la présence de la gendarmerie maritime. » Sur la période de surveillance, il lui est reproché d’avoir facilité l’entrée sur le territoire de 6.000 étrangers. Pour comparaison, c’est autant que les interceptions par les moyens nautiques de l’opération Shikandra sur les dix premiers mois de l’année 2022.

Pour l’instant le commerce de Maftouhou M. est stoppé pour 5 ans, c’est le temps qu’il passera en prison, grâce au mandat de dépôt délivré par le juge, peine assortie d’une nouvelle Interdiction de Territoire Français.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
DLEM, RSMA, Armées, Sébastien Lecornu, Mayotte, Gabriel Attal, TIG, TIE

Quelle contribution militaire pour encadrer la jeunesse de Mayotte ?

0
Au ministère des Armées, il ne fut pas seulement question de surveillance militaire en appui de la Lutte contre l’immigration clandestine pour les élus. Mais également, dans le droit fil du discours de politique générale du Premier ministre, du retour à l’autorité qu’incarne l’armée
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Eric Ciotti, Mansour Kamardine, Mayotte, Emmanuel Macron,

Eric Ciotti demande l’instauration de l’état d’urgence sécuritaire à Mayotte

0
C’est la vertu du démarchage des élus, et le bénéfice d’avoir fait venir le président des LR à Mayotte : Eric Ciotti se fait un porte-voix de leurs demandes

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.

Recent Comments