31.8 C
Mamoudzou
mardi 27 février 2024
AccueilOcéan IndienComores/Union africaine : le président Azali a loué "l’élégance" de la République du...

Comores/Union africaine : le président Azali a loué « l’élégance » de la République du Kenya

Dans son discours sur l’état de la Nation, devant les députés comoriens, le président Azali Assoumani s’est félicité du retrait de la candidature du Kenya au poste de premier vice-président de l’Union africaine. Ce qui laisse le terrain libre à l’Union des Comores de briguer ce poste et d’assurer de facto la prochaine présidence en exercice de l’Union africaine pendant une année à partir de février 2023. Les Comores pourront ainsi succéder à la République du Sénégal.

L’offensive diplomatique déployée par les Comores pour occuper la tête de l’Union africaine semble apporter ses fruits. Le président Azali Assoumani en a même pris un joyeux plaisir le 30 décembre pour féliciter ses équipes et tous ceux qui ont apporté leur soutien et travaillé pour rendre possible ce scenario qui sera une première dans l’histoire politique de l’archipel.

Des malentendus aplanis avec le Kenya en 2022

Les Comores avaient assuré la deuxième vice-présidence de l’organisation continentale de 2021 à 2022 et devraient ensuite selon la coutume occuper la première vice-présidence. Sauf que la République du Kenya avait exprimé son intention de candidature à ce poste. La présidence de l’Union africaine revient de droit à la zone de l’Afrique de l’Est après avoir été occupée en 2022 par la région l’Afrique de l’Ouest, le Sénégal en l’occurrence.

Les convoitises affichées par les autorités de Nairobi avaient suscité des malentendus diplomatiques au sein de l’organisation basée à Addis-Abeba en Ethiopie. Le Kenya s’était entêté notamment sur le fait que la présidence de l’institution ne devrait pas être assurée de suite par deux pays francophones : le Sénégal puis les Comores. Pour Uhuru Kenyatta, « il faut un pays anglophone pour occuper la présidence après un pays francophone ».

L’Algérie en froid diplomatique avec l’Union des Comores après la reconnaissance par Moroni du Sahara marocain et l’Afrique du Sud proche du Kenya avaient compliqué tout compromis sur le sujet. Mais l’arrivée de William Ruto a fait basculer la donne sur ce dossier diplomatique qui avait divisé la grande famille africaine. Aujourd’hui, tout semble aller dans le bon sens pour les Comores qui avaient mis les bouchées doubles ces six derniers mois. Le président Azali avait envoyé des émissaires sur toute l’Afrique pour faire partager la cause comorienne.

Les deux présidents comorien et kenyan dans une salle ici Washington

La prochaine présidence à partir de février 2023

La rencontre entre le président comorien et son homologue élu du Kenya à Washington à l’occasion du sommet Etats-Unis/Afrique a permis d’aplanir les malentendus autour de ce poste de premier vice-président, d’après un diplomate comorien. Le retrait annoncé du Kenya a été confirmé par le président Azali Assoumani lui-même qui a loué « l’élégance » et « la grandeur de la nation kenyane », félicitant les pays amis qui ont accompagné les Comores dans ce combat diplomatique.

« Je tiens ainsi à saisir cette occasion  pour exprimer notre gratitude envers le Kenya  et plus particulièrement à Son Excellence, notre frère le Président William Ruto,  qui a eu l’élégance et la bienveillance de retirer la candidature de son pays,  à la présidence de l’Union africaine », a souligné le chef de l’Etat comorien dans son discours annuel sur l’état de la Nation. « La noblesse de cette décision cruciale,  conforme à la grandeur de la nation kenyane et de la sagesse profonde de ses dirigeants,  permettra aux chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine,  de trancher sur la question de la présidence de notre organisation continentale », a-t-il ajouté.

Pour finir, Azali Assoumani a certifié les chances des Comores à présider aux destinées de l’organisation continentale. « Nous avons donc bon espoir  de voir notre pays  présider l’Union Africaine,  dès le prochain Sommet Ordinaire d’Addis-Abeba, Insha-Allah », a-t-il dit. « Avec la dynamique que nous avons lancée,  pour que notre pays accède à la présidence de l’Union africaine,  nous avons pu apprécier,  la portée de la fraternité et de l’amitié  qui nous lient avec les pays frères et voisins », a-t-il conclu. La dernière fois que les Comores avaient dirigé une grande institution internationale remonte à 2004. Le pays avait présidé pendant l’Assemblée générale des Nations-Unies.

A.S.Kemba, Moroni

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, JIOI, CIJ

Comores : Deux ans pour être au rendez-vous des Jeux des îles 2027

0
Une mission du Conseil international des Jeux (CIJ) devrait rendre son rapport dans quelques mois après une semaine d'inspection des infrastructures et sites dédiés aux futurs jeux. Les Comores ont proposé dix-sept disciplines dans le cadre des JIOI 2O27, comme à Madagascar l'année dernière. Le grand défi reste la piscine olympique promise par les Chinois et les capacités à accueillir plus de 2000 athlètes

Une première explication sur le corps retrouvé sur la plage de Moya le 1er...

0
La cause de la mort d'une femme dont le corps a été retrouvé le 1er janvier dernier sur la plage de Moya ne serait pas due à une noyade. Selon l’enquête menée par la gendarmerie...
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies
Comores, AFD, Mayotte, Afrique

Aides de l’AFD aux Comores : « Ils ne respectent pas leur part du contrat », fustige...

0
Jusqu’où la France peut-elle aller pour aider les Comores sans contrepartie ? C’est la question qui se pose après l’audition du directeur Outre-mer de l’Agence Française de Développement au Sénat, portant notamment sur la convention franco-comorienne de 2019

Recent Comments