27.8 C
Mamoudzou
lundi 4 mars 2024
AccueilEducationConduites à risque des adolescents : la boîte de Pandore des maux...

Conduites à risque des adolescents : la boîte de Pandore des maux de la société mahoraise ?

Pendant deux jours, la Maison des Adolescents (MDA) organise un colloque sur les conduites à risque des adolescents. Et ce mardi, la conférence abordait les problématiques de ces comportements et leur lien intime avec une société mahoraise en pleine mutation.

S’inspirant très largement des travaux de l’universitaire David Le Breton, la séquence de ce mardi après-midi mettait le doigt sur une réalité très prégnante de Mayotte : les conduites à risques des adolescents. Un sujet qui résonne d’autant plus au sein d’un territoire où plus de la moitié de la population est mineure, où la délinquance juvénile atteint les 30 %  et où les insuffisances structurelles poussent le nombre de mineurs à prendre en charge à augmenter constamment.

Le colloque a attiré un public certain

Le risque est ainsi abordé sous différents prismes : pour les familles, il s’agit là d’une norme de respectabilité, d’honneur. Pour les professionnels, il se définira plutôt par une conception occidentalisée de la promotion de la santé. Enfin, la conclusion des deux psychologues cliniciennes en charge de la séquence, c’est que le risque «  renvoie à la possibilité que les actions humaines aient des conséquences qui peuvent affecter ce que les êtres humains valorisent ».
Moncef Mouhoudoire, de l’association Nariké M’sada, explique la démarche. « Questionner les conduites à risque chez l’adolescent revient à interroger la notion de jeunesse dans deux temporalités différentes de la société mahoraise : la société traditionnelle, et la société moderne ». Qu’est-ce alors qu’être jeune ? Un âge, un état d’esprit ? La résultante d’une définition collective ? M Mouhoudoire met ainsi en lumière les profondes mutations de la société mahoraise. Et ce en expliquant qu’avant, le passage vers le monde adulte se faisait avec le rite du mariage en tant qu’indicateur. «  Les rapports entre individus étaient organisés au travers d’un système de rôle (…) l’interdit en était le garant ». Et ces interdits sont bien évidemment genrés, tout particulièrement lorsque l’on prend l’exemple de la sexualité : ce que l’on considère comme une conduite à risque chez les filles, est encouragé chez les garçons.

Moncef Mouhoudhoire

Moncef Mouhoudoire explique qu’avant, «  le champs des conduites à risque n’était pas aussi large que de nos jours », évoquant l’exposition à la consommation de substances (une réalité du territoire, dont la prévention fait l’objet d’appels à projets préfectoraux) la prise de risques et les violences sexuelles, etc… Selon Moncef, il y aurait une multitude d’origines : échec scolaire, situation administrative, agression, renfermement sur soi, dépression, chômage, polyconsommation, etc…

Une quête identitaire ?

Les psychologues de Mlezi Christelle Bilhou et Lucie Kiledjian expliquent que le contexte social a évolué, que «  le groupe où s’élabore l’identité de chacun commence à s’essouffler face aux mutations sociales en cours ». Elles mettent ainsi en lien les conduites à risque avec les mutations sociales mais aussi familiales, soulignant que la souffrance adolescente et les conduites qu’elle entraîne mettent en lumière les problématiques intrafamiliales comme sociétales. Ainsi, la question de l’identité reste centrale, notamment les problèmes de statut pour les mineurs non accompagnés.
Et Mme Bilhou de citer l’anthropologue Emmanuel Terray : « Les frontières nationales jouent dans la réalité un rôle très différent de celui qui leur est officiellement attribué : leur fonction n’est pas d’empêcher les migrants de passer, chacun sait aujourd’hui que cela n’est pas possible, elle est de faire en sorte qu’en passant, les migrants subissent un changement radical de statut ». Christelle Bilhou reprend : « On rajoute à cela que la dispersion familiale, les séparations multiples ou les ruptures, poussent souvent le jeune à vérifier la fiabilité du lien à l’adulte, à travers des conduites qui malmènent son entourage ». Le sentiment d’exister recherché par l’adolescent peut avoir été fragilisé… Ainsi, avec ces conduites à risque, l’adolescent vient coller à la définition qu’on lui donne, qu’il s’agisse de délinquant ou encore de « sousou » (prostituée). « Au-delà de ces conduites, c’est le malaise de toute une société qui est exposé » reprend la psychologue clinicienne.

Le recours aux institutions, une conduite a risque ?

En janvier 2022, l’instruction conjointe du ministre de l’intérieur et du ministre des outre-mer au préfet de Mayotte entendait « porter une attention particulière à la délinquance des mineurs ». « Afin de prévenir le ralliement de jeunes mineurs en errance aux bandes violentes et éviter ainsi leur basculement dans la délinquance, nous avons décidé de conduire à Mayotte une expérimentation avec un consortium d’associations, en coordination étroite avec les élus » ( Retrouvez l’instruction ici ) était-il alors rappelé.

Les rencontres du préfet Colombet avec les médiateurs lors de l’installation du dispositif de proximité en 2020

Mais selon les psychologues cliniciennes, les institutions peuvent « être perçues comme un outil de dévergondage, voire une instance de surveillance des parents par l’Etat ». Il est ainsi rappelé le primat d’un système de référence sur l’autre, et le sentiment inhérent de dépossession de la fonction parentale. Ainsi selon Christelle Bilhou, l’institution peut elle aussi avoir des effets sur l’adolescent, et sur le système familial tout entier. Sans oublier qu’à Mayotte, les institutions appartiennent à un système de référence plutôt occidental, lequel peut «  parfois provoquer des réticences ».  « Pour l’adolescent, l’expérience de cet entre-deux est comme un miroir de son vécu interne » conclut-on sur le sujet.

Du positif dans ces conduites à risque ?

Une fois n’est pas coutume lorsque l’on évoque des sujets aussi graves, la conférence s’achevait sur une note positive : et si les conduites à risque n’étaient pas totalement négatives, et s’avéraient même nécessaires ? Comme le dit justement l’écrivain Edmond Jabès, «  il faut avoir beaucoup erré, s’être engagé sur bien des chemins pour s’apercevoir, en fin de compte, qu’à aucun moment on n’a quitté le sien ».

Mathieu Janvier

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, délinquance, Gérald Darmanin, Marie Guévenoux, Vigipirate, place nette

Point post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à grande échelle

0
Avant même de se lancer dans un Wuambushu II, un bilan du premier n’est pas inutile et permet de repositionner le curseur sur les besoins. Sur son volet délinquance, le dispositif « place nette » a été rajouté par Marie Guévenoux. Et faute d’état d’urgence sanitaire, utilisons "place nette" et pourquoi ne pas décliner Vigipirate actuellement en vigueur en France ?

Marie Guévenoux : « La mise en place de l’état d’urgence à Mayotte n’aurait...

0
Pour sa deuxième visite en un peu plus de deux semaines dans le 101e département français, la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, est venue rassurer les Mahorais sur les engagements pris par le Gouvernement tant d’un point de vue sécuritaire, éducatif mais aussi économique.

Anchya Bamana demande à Marie Guévenoux de s’emparer du sujet des mineurs isolés à...

0
Dans un courrier adressé à la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer, Anchya Bamana, ancienne Maire de Sada et présidente de Maore Solidaire, fait part de son inquiétude concernant la crise sociale que connait notre île depuis maintenant trop longtemps, mais elle s’alarme aussi du sort des nombreux mineurs isolés présents sur le territoire

Justice : Le dépôt de plainte en ligne bientôt généralisé pour simplifier les démarches...

0
C’est désormais officiel, suite au décret du 23 février 2024 relatif au dépôt de plainte par voie de télécommunication audiovisuelle et publié au Journal officiel dimanche 25 février, le dépôt de plainte en ligne va être généralisé sur l’ensemble du territoire d’ici quelques mois.

Violences : Un couvre-feu instauré pour les mineurs à M’tsahara

0
Suite à des violences perpétrées par des jeunes dans le village de M'tsahara dans la nuit du vendredi 23 février 2024 ayant entraîné l’hospitalisation d’un jeune du village dans un état critique, le maire...

Recent Comments