24.9 C
Dzaoudzi
samedi 25 juin 2022
AccueilEconomieComores : l’inflation menace le quotidien des ménages vulnérables

Comores : l’inflation menace le quotidien des ménages vulnérables

Les Comoriens font face à une hausse en cascade des prix des denrées de première nécessité au début du mois sacré de ramadan. Les trois principaux produits les plus consommés, sucre, huile, farine, auraient subi une augmentation de 125%. Le gouvernement comorien accompagne à l’importation grâce à une ligne de crédit de 10 millions d’euros. Mais les commerçants sont pointés du doigt.

” Ce pays est mort ! “. Un consommateur venu faire ses courses ce dimanche 3 avril dans un marché de Moroni vide sa colère en apprenant que la bouteille d’huile de tournesol passe de 750 francs comoriens (1,5 euro) à 1750 francs (3,5 euros). “Comment le prix d’un produit peut-il doubler en l’espace d’une semaine ?”, s’est-il interrogé, l’air abattu. “Où est le gouvernement ? Comment vivre avec ça. Comment nourrir nos familles avec un tel niveau de prix”, a ajouté le jeune homme qui a quand même acheté deux bouteilles d’huile, un kilo de viande à 3000 francs (6 euros) et trois kilos de sucre à 2100 francs (4 euros). “Que puis-je faire, j’ai acheté à contrecœur”, se justifie-t-il.

L’inflation est devenue le cauchemar des Comoriens toutes catégories sociales confondues. Le phénomène dure depuis des mois mais connait un rythme inquiétant surtout ces derniers temps pour les ménages les plus vulnérables. Les consommateurs sont soumis à un dilemme : acheter les denrées à prix d’or ou rentrer chez eux au risque de ne pas avoir de quoi mettre sous la dent. Les députés comoriens, au premier jour de leur session parlementaire, se disent inquiets de la situation. Le président de l’Assemblée nationale, Moustadroine Abdou, a appelé, vendredi 1er avril, le gouvernement à tout faire “pour apporter des réponses concrètes à la hausse des prix des produits de base”, d’après le journal Al-watwan de ce lundi 4 avril.

La Chambre de commerce et le syndicat national des agriculteurs encouragent les habitants à consommer local

Une hausse des prix jusqu’à 125%

Les Comoriens font face, impuissants, à une hausse en cascade des prix des denrées de première nécessité à l’aube du mois sacré de ramadan. Les trois principaux produits les plus consommés, sucre, huile, farine, ont connu “une augmentation de 125%”, selon des études comparées faites par des demi-grossistes et des consommateurs. Le taux d’inflation risque d’atteindre un niveau historique de 4%, selon les projections des services de l’Institut national de la statistique, des études économiques et démographiques (INSEED).

Le dernier bulletin de l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) fait état d’une hausse généralisée de +3,8% des prix des denrées alimentaires. “La hausse des prix des principaux produits alimentaires s’est reflétée sur l’ensemble des produits, notamment le riz (+19%), le sucre (+3,1%) et l’huile de tournesol (+9,4%)”, indique le rapport 2021 de la Banque centrale des Comores (BCC) qui préconise “des mesures d’accompagnement” au profit “des ménages les plus vulnérables”. Une opération de transfert monétaire avait été organisée l’année dernière au profit de plus de 21.600 ménages dans le cadre d’un projet de filets sociaux de sécurité soutenu par la Banque mondiale. Mais il a été jugé insuffisant au vu des difficultés socio-économiques vécues ces deux dernières années à cause de la crise sanitaire.

La population comorienne dont 45% vivent en dessous du seuil de pauvreté est concentrée en milieu rural (68,03%) contre 31,97% en milieu urbain. Une bonne partie vit grâce aux activités agricoles et aux transferts de la diaspora. Les fonds provenant des familles installées en France permettent à cette catégorie de faire face en partie aux soucis posés par la hausse des prix. Mais cela leur garantit des ressources fragiles qui n’arrivent pas en quantité suffisante ou en rythme régulier. Ce qui expose ces ménages à une extrême vulnérabilité financière.

Le port de Moroni

100 conteneurs arrivés au port de Moroni

Pour faire face à la hausse des prix, des opérateurs économiques préconisent de consommer local. Des mesures ont été prises dans ce sens. Une foire agricole a été inaugurée le 30 mars dernier à Moroni. Peut-elle répondre aux besoins immenses en denrées agricoles ? Le gouvernement comorien mise, par ailleurs, sur la hausse de l’offre dans le marché. Les autorités ont accompagné les opérateurs à importer une quantité importante de produits de base grâce à une ligne de crédit spéciale de 10 millions d’euros mise à leur disposition. Environ, 100 conteneurs de denrées alimentaires dont 55 frigorifiques et 20 contenant du sucre sont arrivés au port de Moroni ces derniers jours.

Reste à savoir si la hausse de l’offre aura un effet mécanique sur les prix. Les commerçants sont considérés, depuis des décennies, comme les champions de la spéculation et des ententes illicites. Le ministère de l’Economie devrait fixer, ce lundi 4 avril, la structure des prix des produits de première nécessité. Sera-t-elle respectée ? La régulation des prix a toujours été un procédé classique des gouvernants aux Comores à chaque mois de ramadan sans effet réel sur le terrain. Mais l’homologation des structures des prix aura peut-être un effet dissuasif et permettra, au moins, aux forces publiques de faire la police dans les marchés.

A.S.Kemba, Moroni

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Demain, grand départ de la 38e édition de la Course de...

139533
Dans la perspective de sécuriser le parcours et l’événement prévu demain, la circulation sera interdite du Boulevard Mawana-Madi (rond-point Baobab) jusqu’à la place Zakia...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139533
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
GIEC, Les Naturalistes, Mayotte

L’Union européenne plus présente au côté des régions ultrapériphériques pour leur développement

139533
Les conclusions relatives à la nouvelle stratégie sur les régions ultrapériphériques (RUP), proposée par la Commission en mai dernier, ont été adoptées ce 21 juin à l’unanimité par le Conseil de l’Union européenne, sous présidence française.

Le Cd 976 rend hommage à Younoussa Bamana pour les 15 ans de sa...

139533
Ce jeudi 22 juin marquera le 15ème anniversaire de la disparition de Younoussa Bamana, figure illustre de l’histoire mahoraise. L’occasion pour le président du Conseil départemental Ben Issa Ousseni de rendre hommage au M’zé : « J'ai...
Yaël Braun Pivet,Thani Mohamed Soilihi, Mayotte

Les sénateurs mahorais invitent l’INSEE à sortir Mayotte de son long tunnel statistique

139533
Comme un écho à notre mise en garde en mai dernier sur « l’effet tunnel » de l’INSEE à Mayotte, le courrier des sénateurs Abdallah et Thani Mohamed aux ministres des Finances et de l’Outre-mer, lance une bouteille dans une mer de données périmées concernant Mayotte.

Le Cesem félicite les députés élus et entend collaborer avec eux dans l’intérêt de...

139533
Suite aux résultats des élections législatives, le Conseil économique, social et environnemental de Mayotte a fait savoir par communiqué qu’il « félicite Madame Estelle Youssouffa et Monsieur Mansour Kamardine ». Des qualités qui se complètent Si...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com