« Air France ne desservira pas Mayotte », dénonce le député Kamardine

7
4271
Air FRance, Mayotte
Mansour Kamardine s'adressait au préfet, furieux de la décision du gouvernement

Alors que la compagnie nationale était annoncée pour juillet dans le ciel mahorais, suscitant de nombreux espoirs de baisse des billets ici, l’heure est au désenchantement, comme l’a expliqué le député Mansour Kamardine devant l’hémicycle du lycée des Lumières ce lundi matin.

Alors qu’il faisait partie des signataires d’un courrier incitant le gouvernement à libérer des créneaux de desserte de la destination Mayotte depuis Paris, Mansour Kamardine a lâché l’information, « nous attendions Air France, mais, patatras, parce que Air Austral ne veut pas, cela ne se fera pas ! »

Nous avons interrogé le député sur les raisons avancées : « Le gouvernement n’a donné à Air France qu’un seul créneau par semaine, la compagnie a répondu qu’elle ne viendrait pas. » Économiquement, c’est peu tenable. Une position que le gouvernement expliquait jusqu’alors par sa volonté de préserver les petites compagnies régionales, comme Air Austral, face à une compagnie nationale très subventionnée, mais qui ne tient plus dès lors qu’Air France a annoncé son intention d’intensifier sa présence dans les autres DOM, aux Antilles, en Guyane et à La Réunion. « Comme pour l’ARS, c’est La Réunion qui décide ! », constate Mansour Kamardine.

A.P-L.

7 Commentaires

  1. Les deux départements de l’océan indien, c’est l’île de la Réunion qui décide. On broute l’herbe pendant qu’ils savourent le caviar. C’est scandaleux en 2021 Mayotte n’arrive pas à dire Non cela suffit

    • Johan Chauvet Pour que sa soit rentable, ils avaient l’autorisation de venir quatre à cinq fois par semaine, subitement le lobby Réunionnais monte au créneau, en interpellant le gouvernement, décision de cinq sa passe à UNE fois. Qui voudra travailler à perte ? D’ailleurs travailler à perte c’est complètement interdit en France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here