26.9 C
Dzaoudzi
lundi 17 janvier 2022
AccueilslideRites funéraires: les cadis appellent au respect des musulmans

Rites funéraires: les cadis appellent au respect des musulmans

Les autorités religieuses se sont réunies ce mardi matin pour évoquer la question des enterrements et particulièrement le cas des enfants morts-nés à l’hôpital. Les cadis veulent des compromis entre la loi française, la religion et les traditions.

Une réunion sous l'autorité du grand Cadi
Une réunion sous l’autorité du grand Cadi

Les cadis continuent de se faire entendre sur la question des rites funéraires à Mayotte et particulièrement au sein du CHM. Une dizaine de ces autorités religieuses s’est réunie, ce mardi matin, autour du Grand Cadi et du président du CREMM, le conseil représentatif des musulmans de Mayotte pour débattre de la question.
La question des onze enfants morts-nés qui n’ont pas été récupérés par les familles au CHM continue de remuer les consciences. Alors que cinq d’entre eux ont été enterrés à l’initiative de l’hôpital, six autres sont encore en attente d’une inhumation.
Tous les cadis sont d’accord pour dire «plus jamais ça». «Il n’y a pas lieu de débattre pour les musulmans, soulignait l’ancien Grand Cadi. Que le décès concerne un bébé ou un adulte, il faut respecter les rites religieux musulmans.» Et l’enterrement doit être confié à un musulman.

Sur le nombre de ces enfants mots-nés non réclamés, un nombre beaucoup plus important que les six évoqués par le CHM était évoqué. Les cadis ont sollicité leur avocat pour éclaircir cette question.

Une convention avec le CHM

Pour Bacar Ahamada, le président du CREMM, le défunt est "prorpiété absolue de la famille"
Pour Bacar Ahamada, le président du CREMM, le défunt est “propriété absolue de la famille”

Concernant les enfants mots-nés déjà enterrés, les cadis ont convenu qu’aucun pêché n’a été commis. «En temps normal, on devrait déterrer ces morts pour leur faire suivre les ablutions et le rituel, soulignait Mohamed El Mamouni. Mais le temps a passé et nous avons considéré que ces enfants sont morts dans des conditions particulières et qu’ils vont bénéficier des invocations que nous allons faire.»

La question se pose maintenant des nouveaux cas qui se présenteront. Une convention est en cours de rédaction, le CHM planche sur les aspects juridiques alors que les cadis rédigent les protocoles religieux. Mais les autorités spirituelles souhaitent que cette convention s’élargisse à l’ensemble des décès qui interviennent à l’hôpital y compris la question sensible des autopsies.
L’absence de chambre funéraire à l’hôpital où les rites peuvent être effectués a été également soulevée.

Le président du CREMM rappelait que «le défunt, quel qu’il soit, adulte, enfant, fœtus, est la propriété absolue de la famille. Il ne doit ni être déplacé, manipulé ou enterré sans l’accord de sa famille et si elle est absente, la communauté musulmane doit prendre le relai, pas une autre communauté.» Les cadis se disent prêts à prendre en charge l’inhumation. «A partir du moment où un décès intervient à l’hôpital, il faut que les autorités médicales appellent les cadis qui viendront faire le rite et s’occuperont de l’inhumation.» Le financement de telles interventions est malgré tout à préciser.

Se soulever pour se faire entendre

Les cadis veulent connaître avec certitude le nombre d'enfants morts-nés concernés
Les cadis veulent connaître avec certitude le nombre d’enfants morts-nés concernés

«Il faut se soulever pour nous faire entendre pour ne pas que la colère monte dans la population», martelait le cadi de Mzouazia. Et ce propos ne concernait pas seulement les inhumations mais aussi d’autres sujets comme l’absence de mosquée, au sein du CHM mais aussi à l’aéroport. Dans la nouvelle aérogare, une «salle de prière» existe mais elle peut accueillir les croyants de toutes les religions. Les Cadis s’indignent que ce ne soit pas expressément une mosquée.

Alors que les autorités cadiales cherchent une place dans la société mahoraise, elles semblent décidées à sortir d’une longue période de silence pour prendre part aux débats sur la mutation rapide du département. «On fait la loi pour une population. On ne façonne pas une population pour qu’elle entre dans la loi», indiquaient fermement certains d’entre eux.

RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid, Mayotte

Covid : forte baisse des indicateurs à Mayotte

139125
Le taux d'incidence a chuté de 35% en 3 jours, passant de 2.069 cas pour 100.000 habitants à 1.346. Le taux de positivité est lui aussi en baisse, mais également, le nombre de patients hospitalisés
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139125
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139125
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139125
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139125
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...

Après plusieurs années, où en sont les travaux de la salle de cinéma Alpa...

139125
Cela fait déjà plusieurs années que l’idée de se faire une toile à Mamoudzou relève du fantasme pour nombre d’habitants. Depuis la fermeture, les travaux auront été nombreux, et à ce jour, restent inachevés....
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com