29.8 C
Mamoudzou
vendredi 19 avril 2024
AccueilPolitiqueLes Forces Vives demandent « un peu de temps » pour analyser...

Les Forces Vives demandent « un peu de temps » pour analyser le courrier de Gérald Darmanin

Le courrier tant attendu de Gérald Darmanin n’est arrivé que ce mercredi 14 février vers midi entre les mains des Forces Vives alors que tous ses membres étaient réunis en un grand congrès à Pamandzi. Les leaders demandent « un peu de temps » pour analyser son contenu avant d’envisager une levée des barrages.

Drapeau français et drapeau à l’effigie de Zena M’déré ont flotté côte à côte lors du congrès de Pamandzi

Attendu mardi soir, le courrier de Gérald Darmanin aux Forces Vives n’est arrivé entre leurs mains que mercredi midi alors que tous les manifestants étaient réunis en un grand congrès de plus de 1000 personnes à Pamandzi. Il était temps, car certains membres du mouvement commençaient déjà à crier au « mépris » et au « mensonge » du gouvernement. Toutefois, ce courrier du gouvernement a divisé les Forces Vives. En effet, alors que le point principal de revendication était, et est toujours, « l’abrogation immédiate du titre de séjour territorialisé », le courrier n’en fait mention que sur une ligne en près de trois pages de texte, en ces termes : « Nous vous confirmons que le gouvernement proposera de refondre totalement le droit des étrangers à Mayotte pour baisser drastiquement le nombre de titres et mettre également fin au titre de séjour territorialisé ». Il est précisé que cette refonte intègrera le projet de loi d’ « urgence pour Mayotte » que Gérald Darmanin et Marie Guévenoux présenteront au conseil des ministres du 22 mai 2024.

Safina Soula a appelé au calme et a décrété que la décision de lever les barrages ne pouvaient être prise avant analyse scrupuleuse du courrier du ministre

Une prose qui présente plusieurs points d’ambiguïté et c’est là que le bât blesse. Ce projet de loi d’ « urgence pour Mayotte » correspond-il à la « loi Mayotte » sur le feu depuis plusieurs années ? Si l’abrogation du titre de séjour territorialisé est conditionnée au vote d’une loi, est-ce donc qu’il y a une chance qu’il ne soit pas réellement abrogé ? Autant de questions que se sont posés les différents leaders des Forces Vives. Certains, comme Saïd Kambi, ont appelé au durcissement des barrages, faute d’une abrogation immédiate de ce titre de séjour, haranguant la foule de sa colère tout comme Sylviane Amavie. Mais les plus sages à savoir Safina Soula et Badirou Abdou, ont appelé au calme et à la réflexion, deux qualités qui ne pouvaient pas éclore en plein milieu d’un congrès de plus de 1000 personnes et des harangues des uns et des autres.

Le courrier sera analysé par une équipe de juristes au service des Forces Vives

La plupart des élus étaient présents au congrès ce dont se sont félicité les différents leaders des Forces Vives

« Chat échaudé craint l’eau froide » : cette expression convient tout à fait aux Forces Vives et à la population mahoraise en général d’ailleurs. Comme l’a rappelé Badirou Abdou à la foule : « nous nous sommes fait berner par le gouvernement en 2011, nous nous sommes fait berner par le gouvernement en 2018, eh bien en 2024 nous ne nous laisserons pas nous faire berner ! ». Redoutant le langage politicien du gouvernement, les Forces Vives veulent être sûres qu’il n’y ait pas « de piège » dans le courrier du ministère de l’intérieur et des Outre-mer. « Nous ne pouvons pas prendre notre décision tout de suite. Nous allons faire analyser scrupuleusement ce courrier par notre équipe de juristes », a déclaré Safina Soula à l’issue du congrès. Si le juriste Thomas M’saïdié est connu pour travailler pour les Forces Vives, Safina nous confie qu’il ne sera pas le seul à analyser ce courrier. « C’est le juriste le plus médiatique, mais nous en avons d’autres », précise-t-elle.

Le courrier de Gérald Darmanin n’a pas l’heur de plaire à Saîd Kambi qui a appelé au durcissement

Toutefois, elle avoue à demi-mot qu’elle considère quand même ce courrier comme « une première victoire, une porte d’entrée à d’autres négociations ». En effet, certaines revendications des Forces Vives sont absentes du courrier : aucune mention de l’état d’urgence sécuritaire, pas de calendrier précis concernant la lutte contre l’insécurité, rien sur la situation diplomatique avec les Comores ni la question du sort des mineurs délinquants qui font régner la terreur sur l’île. Afin d’aborder ces questions, Safina Soula souhaiterait dans l’idéal la visite à Mayotte du ministre des Affaires étrangères et celle du ministre de la Justice.

Le courrier ne plait pas non plus à Sylviane Amavie, leader du collectif de Petite-Terre qui estime que « un vote au mois de mai » est encore « une supercherie du gouvernement » et appel au durcissement des barrages

En tout cas, dans l’attente de l’analyse du courrier pour déterminer si le titre de séjour territorialisé sera bien abrogé d’une manière certaine et concrète, les barrages sont pour l’instant maintenus. Certains, comme celui de la barge, tenu par Sylviane Amavie, vont même se durcir. Car chaque leader a sa propre interprétation du courrier. Toutefois, tous les leaders nous ont confirmé que, même en cas de durcissement, les secours, les soignants et toutes les personnes mentionnées dans la charte pourront continuer à passer. « Durcissement signifie juste une multiplication des points de barrage », précise Saïd Kambi. Ce ne sera cependant pas le cas sur toute l’île. Ce « chaos » règnera encore quelques jours, le temps qu’ils aient fait analyser le courrier par leurs juristes. D’ici là, les habitants de Mayotte doivent encore prendre leur mal en patience quelques temps !

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Wuambushu, Marie Guévenoux, Gérald Darmanin, Mayotte

Marie Guévenoux : « On va mettre « le paquet » pour Wuambushu 2...

0
La ministre déléguée aux outre-mer Marie Guévenoux s’est entretenue pendant plusieurs heures ce jeudi 4 avril avec les services préfectoraux et les forces de l’ordre afin de préparer l’opération Wuambushu 2. Celle-ci commencera probablement dès la fin du ramadan et durera plusieurs semaines.
Maternité, accouchement, sage-femme, CHM, CMR

La pénurie de sages-femmes met en péril les soins maternels

0
Depuis plusieurs jours, le Centre médical de référence (CMR) de Mramadoudou est bloqué par des habitants et des membres du collectif des forces vives de Mayotte. Au coeur de cette contestation, résonne le manque crucial d'effectifs de sages-femmes à Mayotte
Mayotte, blocage, forces vives,

Tribune – Mouhoutar Salim : « Barrages comme mode d’expression de la colère »

0
Dans cette tribune, un de nos chroniqueurs et écrivain mahorais, grand connaisseur de l’historique sanitaire du territoire, met en perspective la colère de la population ayant conduit à une ampleur sans précédent des blocages de l’île au regard des gains à en attendre
Citeo, Tri-O, Mayotte

Le directeur Outre-mer de Citeo promet de mettre « les bouchées doubles » pour...

0
Le mois de blocages qu’a subi Mayotte l’a laissée dans un état de saleté alarmant. Les acteurs de la gestion des déchets sur l’île ont donc « du pain sur la planche » pour rattraper le retard accumulé. Philippe Moccand, directeur Schéma industriel et Outre-mer de l’éco-organisme Citeo, annonce un renforcement des moyens de collecte des déchets ménagers recyclables.

Mlezi Maore s’explique

0
Lors du tout récent mouvement social qui a secoué notre île, l’association Mlezi Maore a fait partie de ces associations d’aide aux personnes en situation de précarité qui ont cristallisé tout le ressentiment des manifestants des Forces Vives. Afin de dissiper les amalgames et malentendus dont elle a fait l’objet, sa présidente Fahoullia Mohamadi et son directeur général Hugues Makengo, ont souhaité s’exprimer dans nos colonnes.

Recent Comments