27.8 C
Mamoudzou
jeudi 29 février 2024
AccueilorangeSécurité : Le dispositif des parents-relais étendu à la commune de Dembéni

Sécurité : Le dispositif des parents-relais étendu à la commune de Dembéni

La commune de Dembéni va expérimenter à compter de lundi prochain et jusqu’aux vacances de juillet 2024 le dispositif des parents-relais. Déjà mis en place à Mamoudzou depuis plusieurs années, ce procédé a permis de réduire la violence et les agressions aux abords des établissements scolaires grâce à l’implication, la prévention et la médiation des parents.

La commune de Dembéni est de par sa population la 3e ville en Grande-Terre et comptait en 2017 près de 16.000 habitants. « La croissance démographique est exponentielle et les jeunes de moins de 25 ans représentent une grande part de la population, indique l’édile de la commune, Moudjibou Saidi. Les quartiers prioritaires sont un véritable enjeu et nécessitent une attention particulière car 71% des personnes vivants sur la commune n’ont pas de diplôme, c’est une jeunesse marquée par l’échec scolaire », constate tristement le maire.

Les parents-relais porteront des gilets jaunes.

Aussi, c’est par le biais de trois associations communales que Dembéni va expérimenter le dispositif des parents-relais grâce à une soixantaine de parents bénévoles qui vont faire de la médiation de proximité. Leur implication sera déterminante dans la mesure où ils vont être aux premières loges pour désamorcer les conflits et les tensions aux abords des écoles en faisant avant tout un travail de médiation. Ils ne seront ni policier, ni gendarme, ils tenteront par leur présence d’éviter des actes de violence ou de délinquance. L’objectif premier étant comme l’a rappelé le maire de Dembéni de « Repositionner et recentrer le rôle des parents en créant du lien avec la jeunesse pour éviter les conflits ».

Pour mener à bien cette expérimentation la commune de Dembéni a reçu une subvention de 30.000 euros de l’État. Des parents-relais seront ainsi positionnés aux abords du collège, du lycée, vers la plage d’Iloni ou encore du côté du CUFR de 5h30 jusqu’à 7h pour la matinée, à 12h pour la pause déjeuner et l’après-midi de 15h30 à 17h30. « Nous devons ainsi mutualiser nos efforts et travailler en étroite collaboration pour parvenir à une société meilleure », a ainsi insisté Moudjibou Saidi.

« La sécurité c’est l’affaire de tous ! »

Kayeenda Chebani fait partie de de la direction de la prévention et de la sécurité urbaine de la police municipale de Mamoudzou.

Le capitaine Chamassi en charge de la prévention et de la sécurité urbaine de la police municipale sur la commune de Mamoudzou est à l’origine de ce dispositif. Pour son représentant à l’occasion de cet événement, Kayeenda Chebani, de la police municipale de Mamoudzou, « Ce dispositif fonctionne très bien à Mamoudzou et a permis par la médiation et l’implication des parents-relais de faire diminuer les actes de violence aux abords des établissements scolaires. Ils ont apporté la sécurité et la confiance en défendant les intérêts communaux.

Pour le Préfet de Mayotte, Thierry Suquet, « La sécurité c’est l’affaire de tous et il est nécessaire d’avoir une participation citoyenne à ce dispositif pour avoir des résultats bénéfiques. Pour garantir et améliorer la sécurité à Mayotte cela nécessite d’une part la présence et l’engagement des forces de l’ordre pour lutter les actions violentes des bandes ; d’autre part l’aménagement des villes en vidéo protection, par exemple, afin de lutter contre la délinquance ; et enfin par la prévention et la participation citoyenne. Nous ne devons pas laisser l’espace public aux délinquants et être attentifs en étant présents sur le terrain. Il faut faire grandir nos jeunes pour qu’ils deviennent les adultes de demain », a-t-il déclaré.

Un dispositif qui a déjà fait a fait ses preuves

Mohamed Ibrahim est président de l’association Mayeledzeyo de Tsoundzou.

L’association Mayeledzeyo de Tsoundzou a signé il y a quelques mois une convention avec la mairie de Mamoudzou. Les parents-relais sont ainsi présents sur cinq secteurs de la commune aux abords des établissements primaires et du collège. « Les parents ont tout d’abord un rôle de médiation envers d’autres parents qui viennent des fois pour insulter le Principal du collège, raconte Mohamed Ibrahim, président de l’association. Ils ont également la faculté d’identifier les jeunes fauteurs de troubles et de dialoguer éventuellement avec eux ou aller voir directement leurs parents pour leur signaler les mauvais agissements de leur enfant comme le caillassage ou les agressions par exemples. Nous connaissons les jeunes et leur famille… La médiation est alors primordiale. Les parents-relais permettent ainsi d’apaiser les tensions en allant vers les individus et en leur expliquant certaines règles calmement ».

Grace aux parents bénévoles de cette association la délinquance a baissé, selon Mohamed Ibrahim. En effet, ils sont sur le pont dès 5 heures du matin et jusqu’à 8 heures pour faire des maraudes en partenariat avec la société Transdev. L’après-midi dès 15 heures ils assurent le calme à la sortie des établissements scolaires et ce jusqu’au départ du dernier bus. « Nous assurons la sécurité pour le départ en bus des collégiens. Notre présence fait que les jeunes n’ont pas envie de faire des bêtises de peur d’être identifiés. Quand on est là c’est calme, notre travail est efficace puisque nous avons constaté une baisse de la délinquance », affirme-t-il.

Des élus et des habitants de Dembéni sont venus assister aux signatures des partenariats.

Ainsi, à compter de lundi prochain les habitants et les travailleurs à Dembéni devraient remarquer des personnes avec des gilets jaunes aux abords des établissements scolaires de la commune durant les heures de sorties et de rentrées dans le but d’assurer la sécurité des jeunes sur la commune. « Nous devons tout faire pour mieux vivre ensemble car ce sont nos enfants », a conclu Mohamed Ibrahim.

B.J.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, délinquance, Gérald Darmanin, Marie Guévenoux, Vigipirate, place nette

Point post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à grande échelle

0
Avant même de se lancer dans un Wuambushu II, un bilan du premier n’est pas inutile et permet de repositionner le curseur sur les besoins. Sur son volet délinquance, le dispositif « place nette » a été rajouté par Marie Guévenoux. Et faute d’état d’urgence sanitaire, utilisons "place nette" et pourquoi ne pas décliner Vigipirate actuellement en vigueur en France ?

Redécouvrir Mamoudzou de nuit : Mamoudzou by night !

0
Arpentez le centre-ville de Mamoudzou la nuit à travers une marche nocturne de 7,1km. Mamoudzou by night se déroulera le vendredi 08 mars 2024 à partir de 17h30 au départ de l’Hôtel de Ville...

Appel aux exposants pour le marché paysan de la foire ramadan

0
A l’occasion du ramadan, la Ville de Mamoudzou organise un marché paysan afin de promouvoir les activités économiques du territoire, de permettre aux producteurs locaux de valoriser et vendre leurs produits. Il se tiendra les mercredis et les samedis de 8h à 16h du 13 mars au 10 avril 2024.

Marie Guévenoux : « La mise en place de l’état d’urgence à Mayotte n’aurait...

0
Pour sa deuxième visite en un peu plus de deux semaines dans le 101e département français, la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, est venue rassurer les Mahorais sur les engagements pris par le Gouvernement tant d’un point de vue sécuritaire, éducatif mais aussi économique.

Justice : Le dépôt de plainte en ligne bientôt généralisé pour simplifier les démarches...

0
C’est désormais officiel, suite au décret du 23 février 2024 relatif au dépôt de plainte par voie de télécommunication audiovisuelle et publié au Journal officiel dimanche 25 février, le dépôt de plainte en ligne va être généralisé sur l’ensemble du territoire d’ici quelques mois.

Recent Comments