31.8 C
Mamoudzou
samedi 13 avril 2024
AccueilEconomieInsertion-Formation : le combo gagnant Mlézi Maoré

Insertion-Formation : le combo gagnant Mlézi Maoré

Précurseur à échelle départementale, ce premier atelier d’insertion mécanique automobile a été officiellement inauguré ce vendredi 10 février à Combani, en présence d’élus, de Thierry Suquet, préfet de Mayotte mais également des équipes du SIAE de l’association Mlézi Maoré aux côtés de leur direction.

Tenir compte des besoins liés à l’évolution du tissu socio-économique local et offrir des formations certifiantes à des stagiaires bien souvent au profil précaire au moyen d’un vrai contrat renouvelable, telle est la formule non pas miracle mais bien étudiée du service d’insertion Mlézi Maoré. Dans cette ère où l’art de la critique acerbe excelle notamment via les réseaux sociaux, l’association contre vents et marées de sa propre actualité garde la transparence du cap et de l’envie dans ses nombreux combats et actions menés depuis historiquement près de 20 ans.

L’indispensable expérience requise 

Partie de l’implacable constat que le manque d’expérience était le frein majeur des jeunes en recherche d’emploi et ce, quelque soit le cursus en amont et leur motivation réelle, l’association Mlézi Maoré a eu l’idée, il y a maintenant 2 ans de cela, de lancer le vaste projet d’ouvrir un atelier et chantier d’insertion mécanique auto offrant ainsi enseignement concret et formation aux personnes ayant pour vocation de s’engager sur cette voie professionnelle porteuse en notre territoire.

Un jeune homme pause les bras croisés
Mohamed B. prêt à postuler sur le marché de l’emploi à l’issue de son contrat d’insertion de 4 mois.

Après les premiers chantiers d’insertion mis en œuvre en 2019, liés aux espaces verts, au bâtiment et par la suite à l’agriculture et la préservation du patrimoine forestier, c’est donc un 5ème chantier qui a vu le jour, en fin d’année dernière. Parmi les 5 stagiaires de cette toute nouvelle promotion, Mohamed Boura, 20 ans, issu de la filière mécanique du lycée polyvalent de Kahani qui n’a pu trouver embauche à la fin de sa scolarité : « J’ai effectué des stages durant ma formation mais la boîte qui m’accueillait ne pouvait pas me proposer de poste au motif que je n’avais assez d’expérience. À l’issue du contrat de cette formation certifiée et de l’accompagnement qui nous est offert, je bénéficierai d’arguments plus forts pour me présenter sur le marché de l’emploi ». Un marché de l’emploi tristement pointé du doigt au regard des dernières données statistiques officielles de notre département qui indiquent une augmentation du taux de chômage s’élevant désormais à 34%, touchant principalement, et sans surprise, les jeunes.

Le CDDI

Un homme se tiret d'avant une machine à pneus professionnelle
Démonstration de la machine à pneus semi automatisée

Bénéficiant d’un agrément, ce contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI) se veut de 26h semaine, étalé minimum sur 4 mois renouvelables — jusqu’à 24 mois au besoin.  Sous la juridiction de l’encadrant technique d’insertion et responsable formation qu’est Toni David Smitt, cette formation offre une partie purement pratique qui s’effectue en garage, mais également un enseignement théorique poussé ainsi qu’un accompagnement insertion, sanitaire, social et économique tout comme des ateliers d’alphabétisation.

deux hommes sont penchés au dessus un moteur de voiture dans un atelier
Toni David Smitt en pleine explication technique

« Notre mission est de lever tous les freins liés à des potentielles problématiques parallèles qui peuvent affecter la recherche d’emploi du salarié stagiaire. Notre but est qu’il monte en compétence tout au long de sa formation », précise Brahim Dasse, chef du service SIAE. Une formation qui vise avant tout l’utilité à moyen-long terme afin de pousser ces futurs salariés qualifiés sur le marché également de l’entreprenariat pour devenir patrons de leur(s) propre(s) structure(s) et employeurs de salariés stagiaires. En somme une économie solidaire pérennisée par le principe de la valorisation qui lutte contre l’avenir tout tracé d’une jeunesse bien souvent en roue libre.

Une dame tient un micro et fait un discours derrière un pupitre transparent.
Hanima Ibrahima : « il faut valoriser cette jeunesse »

« Et on ne va pas s’arrêter là… », indique fièrement la présidente de l’association, Hanima Ibrahima, lors de son discours officiel d’inauguration, avant de poursuivre « notre mission est de sortir ces jeunes de la rue et notre force est l’engagement groupé de nos équipes ».

Un garage plein d’avenir 

Dédié exclusivement à la maintenance du parc automobile de l’association et des professionnels partenaires du milieu social, en qualité de chantier d’insertion, ce garage présente tous les outils récents et nécessaires en lien avec la réparation purement mécanique des véhicules mais aussi leur entretien technique, périodique et même pneumatique et ce, dans le respect des règles environnementales imposées par la DEAL — direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement — notamment dans l’approche du traitement des déchets mécaniques.

Un homme se tiret d'avant une machine à pneus professionnelle
Marion Frutoso, Directrice établissement pôle insertion à l’origine de la mise en place de l’atelier et chantier d’insertion mécanique auto.

Ayant aspiration à ce que cette structure s’auto-alimente en terme de rentabilité et modèle économique viable sur une période de 3 à 4 ans, l’idée sera à l’issue de transformer sa forme juridique en statut d’entreprise d’insertion, qui se veut un peu moins subventionnée au niveau des aides mais qui présentera l’avantage d’ouvrir ses prestations aux particuliers ayant de faibles revenus, dans le cadre similaire d’un garage de type solidaire.

Outils mécaniques correctement alignés sur leur établi
Des outils neufs pour un garage professionnel qui l’est tout autant

L’importance de l’activité économique par l’insertion 

Cette approche d’insertion à la fois privée de par l’initiative, et publique de par les aides et fonds soulevés, où il existe une mince frontière entre l’encadrement de jeunes par la formation et la création de richesse, représente une réelle plus-value pour notre département qui se veut justement différente d’un modèle stricto sensu lié au système de l’éducation nationale. Une formule relativement récente qui fait ses preuves et pour lequel le gouvernement confirme son soutien « pour faire face au défi de l’insertion professionnelle de ceux qui sont le plus éloignés de l’emploi », précise le préfet de Mayotte « nous sommes passés de 14 structures en 2019, à 21 en 2022 avec 6,4 millions d’euros de financement initiaux qui s’élèvent désormais à près de 9 millions d’euros pour soutenir ces activités ». Des activités qui représentent actuellement, toutes structures confondues, près de 560 emplois* directement liés à l’activité économique par l’insertion et qui tendent à voir leurs respectifs financements se diversifier justement par l’apport de clients. 

Deux hommes passent le casher sur un van noir
Nombreuses sont les prestations proposées au garage Fanya Gari

MLG

* Paysage actuel de l’insertion à Mayotte (données préfecture) : 13 chantiers d’insertion, 3 associations intermédiaires, 3 entreprises d’insertion et 2 entreprises de travail temporaire d’insertion.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
SMA, RSMA, formation, militaire, insertion

Immersion unique à la Maison du SMA de Kawéni

0
C’est une première ! La Maison du Service militaire adapté de Mayotte, qui avait été inaugurée en octobre 2022, propose désormais un parcours complet de sélection de jeunes, directement ici, à Kawéni, mettant ainsi fin à la nécessité de se rendre à Combani pour les étapes de sélection

Industrie : les clés de Nadine Levratto pour un « tissu industriel durable »

0
Mardi matin, l’hémicycle Younoussa Bamana accueillait de nouvelles Assises de l’industrie afin de présenter la feuille de route pour le secteur industriel de Mayotte des dix prochaines années : le "Livre blanc". Si ce livrable n’est pas encore finalisé, ce moment a été l’occasion de pallier un manque significatif de données sur le secteur industriel du territoire. 
Rachadi Saindou, CADEMA, 2024, Paris, JO, jeunes, emploi

Des jeunes mahorais pour encadrer les Jeux Olympiques de Paris 2024

0
A Mayotte, même si parler actuellement des jeux olympiques et paralympiques pourrait sembler un peu lunaire, grâce à la Communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou, 60 jeunes mahorais issus de la CADEMA sont sélectionnés pour participer à la sécurité de cet événement mondial
2024, Mayotte, nouvelle année

Ce qui a changé à Mayotte depuis le 1er janvier 2024

0
Chaque nouvelle année rime avec nouveautés. Nous avons fait le point sur ce qui change a Mayotte depuis le 1er janvier 2024.
Affiche Assises Industrie

Mayotte a reçu le label « Territoire d’Industrie » !

0
Jeudi 30 novembre, Bibi Chanfi, 2ème Vice-Présidente du Conseil départemental de Mayotte a ouvert les nouvelles Assises de l’Industrie de Mayotte, dans l’hémicycle Younoussa–Bamana du Conseil départemental, à Mamoudzou

Recent Comments