26.8 C
Mamoudzou
vendredi 3 février 2023
AccueilFil infoGrève à EDM : la Justice attendue pour faire toute la lumière

Grève à EDM : la Justice attendue pour faire toute la lumière

Depuis le 22 décembre dernier, chaque jour qui passe est porteur de son lot de dysfonctionnements sur le réseau électrique alors que l’entreprise Electricité de Mayotte est déjà aux prises avec un mouvement social.

Lancé le 22 décembre dernier par l’intersyndicale FO-EDM et CGT-Mayotte, le mouvement de grève à Electricité de Mayotte (EDM) s’inscrit dans la durée après plus de quinze jours de mobilisation. Le dialogue n’a cessé de se tendre entre les syndicalistes et la direction, à l’instar du blocage, mardi dernier, du site de Kawéni par les grévistes, constaté par un huissier. Les négociations censées débuter le matin à 8h ont été promptement stoppées par la direction dès 8h10 par la direction.

La grève se poursuit à EDM, image d’illustration

Des négociations qui piétinent

Dès le 2 novembre, EDM avait convié « les organisations syndicales à ouvrir les négociations salariales annuelles ». Dans un contexte de forte inflation, « la direction a proposé une augmentation de la masse salariale de 8,70% ». La validation par le conseil de surveillance de l’entreprise le 15 décembre dernier n’a pas empêché la CGT-Mayotte et FO de déposer un préavis de grève pour le 21 décembre. Pour tenter de sortir de l’enlisement, le 30 décembre dernier, la direction a ouvert à la signature, de l’ensemble des organisations syndicales un nouvel accord salarial EDM 2023 prévoyant, entre autres, de porter « à +10% en moyenne les évolutions des rémunérations pour 2023 » dans l’entreprise. Des avancées qui selon le directeur général d’EDM Claude Hartmann, vont bien au-delà de ce qui était possible : « si on paye plus que prévu, on embauche moins pour rentrer dans les clous des lignes budgétaires ». Certes, « la prime convenue est plus importante mais elle coûtera quelques embauches », s’explique-t-il. Actuellement, la situation est bloquée selon lui car « la CGT et FO veulent des choses qui sont au-delà de l’acceptable sans bouger aucunement leur ligne depuis le début du mouvement ».

Dix-sept dysfonctionnements recensés depuis le 22 décembre

Les négociations, au regard de la situation, laissent entrevoir peu de marges de manœuvre alors même que les incidents sur le réseau électrique se multiplient. Depuis le début de la grève jusqu’au dysfonctionnement de mercredi 5 janvier, seize coupures ont été recensées ainsi qu’un acte de sabotage à la centrale de Longoni la veille du 31 décembre. Pour la direction, « les grévistes invitent au bal les clients » avec ces coupures tout en poursuivant l’objectif second de « faire tomber le réseau » dans son ensemble. Si les grévistes se défendent de tous actes malveillants, malgré certains propos tenus, en arguant qu’il s’agit d’« une stratégie de déstabilisation » visant à monter « la population contre les syndicats ». Ils précisent aussi que les dysfonctionnements proviennent de « la fragilité du réseau d’électricité » ainsi que de la période en elle-même, avec la saison des pluies. Cependant, pour la direction, leur culpabilité ne semble pas faire l’ombre d’un doute.

Mayotte compte plus de 400 postes HTA / BT

Une technicité des faits reprochés ne pouvant être à l’origine d’amateurs

La raison invoquée ? Les microcoupures sont le résultat de courts-circuits réalisés à partir des postes HTA/BT. Ce sont des locaux inaccessibles au public – en raison d’une part du danger évident qu’ils représentent, mais aussi de la clé tout à fait spécifique nécessaire à l’ouverture de leurs cadenas. Le but de ces postes est d’assurer la liaison entre le réseau haute tension (HTA) depuis les trois postes sources de l’île (Kaweni, Sada et Longoni) et le réseau basse tension (BT) pour les clients. Au total, Mayotte en compte plus de 400. Quand un court-circuit survient sur un de ces postes, tous les autres du secteur concerné doivent être vérifiés un à un afin de s’assurer qu’aucun autre n’ait été manipulé, au risque de faire à nouveau sauter le réseau. Un méticuleux travail de patience et de pragmatisme expliquant le délai nécessaire pour sa remise en marche. Ces soubresauts imprévus sur le réseau, par ailleurs, ne sont pas sans conséquence, selon la direction, pour les moteurs thermiques qui subissent des à-coups. Ainsi, en temps normal, lorsque des opérations de maintenance sont planifiées, la production d’électricité s’adapte pour ne pas subir ces à-coups. Néanmoins, une seule certitude semble émerger : les faits répertoriés ne peuvent être ceux d’amateurs.

Les cadenas des postes HTA / BT nécessitent des clés spécifiques

Deux plaintes ont d’ores et déjà été déposées

Quant à l’acte de sabotage survenu vendredi soir à la centrale de Longoni, Ibrahim Nkavavo, élu CSE CGT Mayotte se défend de toute intervention des grévistes. La défaillance des moteurs en serait à l’origine. Une version s’opposant à celle de la direction pour qui la coupure générale d’électricité en Grande-Terre, ayant impacté plus de 30 000 clients, a été le résultat d’une fermeture volontaire des vannes de sécurité du réseau de carburant alimentant les moteurs. Une intrusion sur le site a été constatée par la direction à la suite de la découverte d’une ouverture à la cisaille pratiquée dans la clôture ceinturant le site. Depuis lors, des dispositions de sécurité renforcée ont été prises notamment concernant l’éclairage de la centrale ainsi que du renforcement de la présence managériale. A la plainte regroupant l’ensemble des courts-circuits, s’y est ajouté celle de la centrale de Longoni. Les enquêtes sont en cours. En attendant, le conflit social poursuit son enlisement. Et dans cette atmosphère électrique, plane au-dessus de la population une épée de Damoclès aux allures de black-out.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
électricité, EDM, Outre-mer, Borne

Et la lumière ’’fume’’…

0
Du moins sa facture, en ce 1er février ! +15% pour les ménages français, comme annoncé par le Gouvernement au motif majeur du conflit russo-ukrainien et la crise géopolitico-économique qui s’y est greffée. Une...
CCI, CAPAM, Mayotte

Rendre les entreprises mahoraises attractives pour attirer les compétences

0
La CCI de Mayotte a organisé hier matin en partenariat avec le cabinet ALGOE Consultants une table ronde sur le thème, « Management et ressources humaines à Mayotte : comment créer l’attractivité pour les organisations mahoraises et notamment par rapport aux jeunes générations ». Plusieurs entreprises étaient présentes parmi lesquelles, la SIM, EDM ou encore le CHM

EDM : la part belle à la décarbonation de l’énergie en 2023

0
Ce n’est qu’une question de temps avant que la Programmation pluriannuelle de l'énergie simplifiée ne soit approuvée par Paris. Cette feuille de route à court terme doit permettre de répondre aux urgences du territoire en matière de développement de l’énergie photovoltaïque ainsi que de renforcement de la puissance de production d’électricité. Le directeur général d’EDM éclaire les enjeux de cette feuille de route.

Une mobilisation en demi-teinte contre la réforme des retraites

0
A l’appel des confédérations et syndicats nationaux pour la journée de grève et manifestations interprofessionnelles le 19 janvier, l’intersyndicale de Mayotte a regroupé le nombre record de 11 syndicats et a sollicité tous les travailleurs à se mobiliser contre le report de l’âge légal de la retraite à 64 ans, avec un allongement accéléré de la durée de cotisation. Ce jeudi, ils étaient ainsi un peu plus 500 manifestants d’après la police et environ 1000 selon les syndicats à avoir battu le pavé dans les rues de Mamoudzou.

Les syndicats vent debout contre les projets de réforme du gouvernement

0
A deux jours de la grande mobilisation nationale contre le projet de loi du gouvernement d’Élisabeth Borne sur les retraites, les syndicats Snes-fsu en ont profité pour rappeler mais surtout mobiliser leurs adhérents en faveur d’une augmentation des salaires sans contreparties pour toutes et tous en début, milieu et fin de carrière ; mais aussi un rattrapage des pertes de pouvoir d’achat et une revalorisation des carrières, ainsi qu’un mécanisme pérenne d’indexation des salaires sur les prix.

Recent Comments