27.8 C
Mamoudzou
samedi 28 janvier 2023
AccueilOcéan IndienComores/Retro 2022 : Six événements majeurs ont marqué l’année écoulée

Comores/Retro 2022 : Six événements majeurs ont marqué l’année écoulée

La première participation du pays à une Coupe d’Afrique des Nations en janvier 2022 au Cameroun, la tenue du procès de l’ancien chef de l’Etat Ahmed Abdallah Mohamed Sambi ou encore les médailles d’or obtenues en marge des 12eme Jeux des jeunes de l’Océan indien à l’Ile Maurice sont en tête de liste. Mais d’autres évènements comme la grave pénurie des denrées alimentaires ou la crise du riz ayant entrainé des échauffourées à Ndzuani (Anjouan) restent dans la mémoire. L’année a été bouclée par cette accession annoncée des Comores à la présidence en exercice de l’Union africaine à partir de février 2023.

L’année 2023 démarre dans la paix aux Comores. Le pays a toutefois connu des évènements joyeux mais aussi des épisodes douloureux en 2022 qui ont alimenté les débats dans les places publiques. Comme tous les petits pays insulaires, les Comores subissent les conséquences des dérèglements climatiques et multiplient, malgré tout, les actions pour contenir les effets comme cette grande campagne de reboisement lancée fin janvier 2022 par le président Azali Assoumani. L’ile de Mwali (Mohéli) a été reconnue un an plutôt comme « île de réserve de biosphère » par l’Unesco

Le succès des Cœlacanthes des Comores

L’évènement qui reste gravé dans la mémoire des Comoriens en 2022 n’est autre que la participation de leur pays à une première Coupe d’Afrique. Les Cœlacanthes de Ben Elfardou avaient atteint les huitièmes des finales avant d’être éliminés par le pays hôte, le Cameroun, après une prestation épique qui aura surpris la communauté footballistique africaine et mondiale. Les Comores avaient suscité l’admiration des grandes nations de football en raison de leur audace et leur persévérance face à des Lions indomptables qui avaient jeté toutes leurs forces sur la pelouse pour éviter une élimination dans leurs propres terres. Jouant même à 10 contre 11, les Cœlacanthes ont vu leur gardien de but blessé, remplacé par un inconnu des cages, nommé Alhadhur Chaker qui s’est déclaré volontaire, élu parmi les dix personnalités de l’année 2022 par le journal Al-watwan. Le pays a aussi savouré les médailles d’or obtenues à l’occasion des 12eme Jeux des jeunes de l’Océan indien tenus en décembre dernier à l’Ile Maurice.

La crise socio-économique marquée par une inflation terrible reste vive

La grave pénurie des denrées alimentaires

Les pays a également connu un moment particulier marqué par une grave pénurie des denrées alimentaires. La crise de la Covid-19 qui a bouleversé la chaîne logistique internationale a été en grande partie à l’origine de ce phénomène. De nombreux commerçants ont vu leurs conteneurs bloqués partout ou ne parviennent pas à trouver de navires pour acheminer leurs marchandises. Conséquence : les denrées alimentaires manquent. Les prix explosent. La guerre en Ukraine n’a pas arrangé les choses. Le pays faisait face à un dilemme après la hausse des prix du baril du pétrole : maintenir les prix pour éviter une crise dans la crise ou faire les augmenter pour sauver la société au bord d’une situation de quasi-faillite. Le gouvernement a fait le choix de faire monter les prix, entrainant une inflation généralisée et non maitrisable. Le quotidien de la population s’est aggravé encore davantage car d’autres hausses ont été procédées : électricité, eau, gaz. Les commerçants profitent pour faire spéculer les prix des autres denrées de base. L’inflation est estimée à 18%, selon le dernier bulletin de l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC).

La crise du riz, des échauffourées à Ndzuani

L’autre évènement majeur est la crise du riz. Le pays importe 60.000 tonnes de riz chaque année. L’Office national d’importation et de commercialisation du riz (ONICOR), en graves difficultés financières, était dans l’incapacité de fournir au pays les quantités suffisantes au moment qu’il faut. La demande a fortement explosé en raison des festivités traditionnelles. En 2022, le pays devrait assister à des cérémonies de grands mariages cumulées et équivalentes à trois années de suspension à cause de la Covid. Les tonnes disponibles ont été cachées comme du diamant. Conséquence : le pays est en rupture de stock. L’Onicor, débordé, est dans l’impossibilité de satisfaire la forte demande. Les spéculateurs ont profité pour faire augmenter le prix du sac jusqu’à 300% vendu au marché noir.

La situation se complique encore car le manque du riz fait augmenter les prix des denrées agricoles. Les agriculteurs, faute de riz, ne vendent pas leurs produits qui deviendront rares dans les marchés. Les choses s’empirent surtout à Ndzuani (Anjouan) qui consomme plus de 50% du stock annuel de l’ONICOR. Le gouvernement décide d’acheminer les deux premières nouvelles cargaisons sur l’île. Mais la distribution prêtait à confusion. Des jeunes s’emparent des bennes et bloquent les rues à Mutsamudu avant l’intervention des forces de sécurité. Le gouvernement avait même presenté des excuses officielles à la population. La crise du riz n’est pas totalement résolue mais limitée après l’arrivée de plusieurs cargaisons ayant permis d’approvisionner le marché.

Les coupeurs de route sèment l’inquiétude dans certains axes routiers

Un phénomène jusqu’ici inconnu des services de sécurité avait fait la Une aux Comores au milieu de l’année 2022. Alors que le pays est réputé être un havre de paix où chacun peut circuler partout et en tout temps, les rumeurs d’insécurité gagnent tout le pays. Des jeunes dont une bonne partie venait de Mayotte s’étaient constitués en gang, menaçant des citoyens au beau milieu de la nuit dans certaines zones du pays, à Ngazidja (Grande-Comores) plus particulièrement. Cagoulés, ils immobilisaient les véhicules, obligeant les occupants à leur donner de l’argent ou des objets de valeur. La gendarmerie nationale, après des investigations, a multiplié les patrouilles nocturnes dans les zones suspectes. Environ, dix jeunes seront arrêtés lors d’une embuscade. Des gendarmes se font passer pour des civils. Arrêtés, ils prolongent la discussion avant l’arrivée des éléments de la Police d’intervention de la gendarmerie nationale (PIGN). Les jeunes sont actuellement en détention dans un camp militaire. Et depuis, la vie a repris son cours normal. Point de coupeurs de route, du moins pour l’instant.

L’ancien président a regagné la prison annexe aménagée spécialement chez lui

Un ancien président jugé et condamné, une première

L’autre fait marquant de l’année 2022 est le procès de l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi vivement contesté par l’inculpé et ses avocats. L’ancien chef de l’Etat a été jugé pour corruption, détournement de fonds publics, forfaitures, requalifiés en « haute trahison » devant la Cour de sûreté de l’Etat. Une juridiction décriée et dont le président, le doyen des magistrats, Omar Ben Ali, a été récusé par les avocats de M. Sambi du fait que ce dernier soit également le président de la chambre d’accusation de la Cour d’appel. Les avocats et l’ancien président ont décidé de quitter le procès. N’empêche, les audiences ont eu lieu. L’ancien président a été condamné à la perpétuité. La justice comorienne cherchait à lever le voile sur l’affaire de la vente des passeports comoriens concoctée par le franco-syrien Bashar Kiwan, absent à l’audience, mais dont les Comoriens apprendront les subterfuges entretenus pour rouler l’Etat comorien et ses dirigeants de 2008 à 2011. Le préjudice causé par ce cartel, spécialisé dans le blanchiment, a été estimé à plus d’un milliard d’euros. La justice a ordonné la saisie de tous ses biens ainsi que ceux de l’ancien président qui a retrouvé sa résidence administrative transformée en prison annexe depuis quatre ans. (Lire nos articles sur l’affaire Sambi et le procès du 21 novembre 2022).

Le président Azali ici à Moroni à l’occasion d’un sommet virtuel des chefs d’Etat africain

Les Comores à la tête de la présidence de l’Union africaine en 2023

C’est l’évènement qui a bouclé l’année 2022 aux Comores. Le président Azali Assoumani est quasi assuré pour devenir le prochain président en exercice de l’Union africaine en succédant au Sénégalais Macky Sall. La prise officielle des fonctions est prévue au mois de février à l’occasion du 36eme sommet ordinaire des chefs d’Etat prévu à Addis-Abeba. La particularité vient du fait que ce sera la première fois depuis la création de l’Union africaine en juillet 2022 à Durban en Afrique du Sud que les Comores président aux destinées de l’Afrique pendant 12 mois. L’évènement est de taille d’autant qu’un autre pays, le Kenya, 9eme puissance industrielle du continent, avait exprimé officiellement les souhaits d’assurer la même présidence. Mais, à la dernière minute, le Kenya s’est retiré donnant le champ libre à l’Union des Comores. Reste à savoir comment les autorités de Moroni comptent-elles marquer l’histoire de l’organisation continentale pendant leur mandat à la présidence.

A.S.Kemba, Moroni

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

« Les Merveilleux de l’océan Indien », le 28 janvier à 18h à l’auditorium...

0
L'association Hippocampus existe depuis 2009 et propose régulièrement des spectacles au travers de sa programmation culturelle. Pour lancer cette nouvelle saison, elle met en valeur les contes de l’océan Indien avec un spectacle du...
Catherine Colonna, Jean-Louis Bourlanges, COI, Comores, Union africaine, Mayotte

Reconnaissance de Mayotte à la COI : un alignement de planètes ?

0
Le retrait de l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord portant révision de l’accord général de coopération entre les États membres de la COI, provoque diverses réactions allant de la révolution à la prudence dans notre classe politique. Elles sont révélatrices de la complexité du sujet
COI, La Réunion, Mayotte, Comores, France

Le député Kamardine demande de réviser à la hausse l’accord entre Etats de la...

0
Après l'intervention en commission des affaires étrangères de la députée Estelle Youssouffa pour demander à l’Assemblée nationale de ne pas ratifier le nouveau traité de la Commission de l’océan Indien qui ne fait pas...

Comores : Une maladie végétale détectée après la fièvre aphteuse

0
La fusariose TR4 qui décime les bananiers existe probablement dans l’archipel, selon l’Institut national de recherche pour l’agriculture, la pêche et l’environnement (INRAPE). Il y a quelques jours, le directeur général de cet institut, Dr Hamza Abdou Azali, avait annoncé un travail en cours d’identification de la souche de la fièvre aphteuse découverte chez des bovins en provenance de la Tanzanie et du Kenya. Des échantillons ont été envoyés en Afrique du sud pour des analyses préliminaires.

Interpellations de 238 étrangers en situation irrégulière le week-end dernier

0
Le week-end du nouvel an a été l’occasion pour les forces de l’ordre de mener plusieurs opérations de contrôle notamment d’alcoolémie, d’usage de stupéfiants ou encore de défauts d’assurance et de permis. La gendarmerie de Mayotte a, par ailleurs, effectué un certain nombre d’interpellations en marge du déplacement du ministre de l’Intérieur.

Recent Comments