29.8 C
Mamoudzou
samedi 26 novembre 2022
AccueilorangeDélinquance : à Mamoudzou, la République comme bannière

Délinquance : à Mamoudzou, la République comme bannière

C’est une politique volontariste contre la délinquance que mènent les élus du chef-lieu de Mayotte. Alors qu’Ambdilwahedou Soumaila est à Paris pour le congrès des maires de France, il en profite pour écumer les télés et radios nationales et tenter de faire bouger les lignes. Assurant son intérim, Nouraniya Loutoufi, s’est rendue auprès des habitants traumatisés de Mrohandra à Mtsapere ce mercredi soir.

Accompagnée des ses collègues élus, dont Zaïdou Tavanday, l’adjointe au maire de Mamoudzou Nouraniya Loutoufi, a visité les zones touchées par les actes de vandalisme menés dans la nuit de dimanche à lundi dernier. Sous le prétexte de vengeances tournantes entre bandes de Kawéni, de Doujani et de Majikavo, des habitants ont vu leur quartier s’embraser au propre comme au figuré. Ils ont pu faire remonter à l’élue leur terreur lorsque le feu a été mis à des commerces, des habitations, avec comme point d’orgue, le garage Caza où 80 voitures ont été incendiées. Comme le montrent les photos, des coups de machette ont été systématiquement porté dans la tôle des habitations. Fait aggravant, les tuyaux d’eau potable ont été sectionnés pour empêcher toute action des pompiers.

La forme prise par la délinquance, des jeunes cagoulés caillou dans une main, machette dans l’autre, décapitant tout ce qui se trouve à leur portée, relève de la barbarie, par le fait même d’être dénué de repères et de valeurs propres à la civilisation. Nous ne sommes donc pas en « guerre civile », mais dans une situation où quelques centaines de voyous sèment la terreur sans qu’aucune réponse adaptée soit apportée. Il suffit de sortir de la zone d’emprise de ces bandes au Nord et au Sud, pour comprendre qu’on est en train de galvauder le terme de guerre. La population des zones en souffrance attend a minima des interpellations qui ne viennent pas.

Nouraniya Loutoufi, au centre, auprès des habitants

Première remontée unanime des habitants, la présence de l’éclairage public a joué, « ça nous a sauvés la vie », ont-ils expliqué en remerciant Zaïdou Tavanday qui avait initié leur mise en place. Ensuite, ils ont signifié vouloir s’organiser en association pour monter des dispositifs de prévention de la délinquance, de type gilets jaunes floqués « Accueil, prévention, médiation », pour surveiller leur quartier. Nouraniya Loutoufi a indiqué qu’elle allait recevoir une délégation en mairie.

La « terreur psychologique » non chiffrée

Des habitants qui n’ont pas pu reconnaître leurs agresseurs, « ils étaient cagoulés », mais sont certains qu’ils ne sont pas du quartier, possiblement de celui de Kawéni. Des évènements comme ceux qui nous sommes en train de vivre, Mayotte en a connu par le passé. Et sur cette zone étendue de Doujani, Cavani, Kawéni et Majikavo, les passages des agresseurs d’un village à l’autre se font par les hauteurs, c’est là qu’il faut agir et positionner des forces, en même temps que la sécurisation de l’axe routier. Agir en hauteur et en contrebas permettra de contrôler les déplacements. Cela suppose d’avoir des forces de l’ordre en nombre. Et enquêter avec l’aide des locaux qui savent mieux que quiconque ce qui se trame sur ce petit territoire.

Agir, c’est le message qu’a fait passer le maire Ambdilwahedou sur les ondes de France info ce mercredi matin. Il avait déjà été invité au journal télévisé de France 24 ce mardi. Des propos alarmants au micro, provoqués par la sous-estimation de la situation qui est systématiquement minimisée quand elle est remontée à Paris. Ce qui explique l’absence de réaction du gouvernement alors qu’une agression mortelle a été commise la semaine dernière à Mtsapéré. Pour le maire, « cela fait 15 ans que Mayotte a basculé », et rapportait « des terroristes qui se déplacent en bandes armées, armés de machettes, qui s’attaquent aux symboles de la République. » En prenant pour exemple l’incendie de la mairie de Koungou il y a deux ans et celui de la PJJ (Protection judiciaire de la Jeunesse) ce mardi. « Ils sont là pour déstabiliser Mayotte ».

Terreur chez les habitants des cases à la tôle lacérée à coups de machette

Le maire suit le même axe que le député Kamardine, du même parti LR, jugeant que ce sont des violences organisées et orchestrées, « ils prévoient leurs déplacements d’un quartier à l’autre ». Il revenait sur les agressions contre les bus scolaires, qui sont parfois le fait de jeunes scolarisés, donc pas exclus des services publics : « Les enfants qui ne veulent qu’aller à l’école sont agressés et leur bus massacré. Le vrai bilan qui n’est pas mesurable par le baromètre délinquance de la préfecture, c’est la terreur psychologique. Il demandait que la volonté des mahorais d’être « français pour être libres », soit entendue, et que la sécurité soit garantie.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Hanseatic Spirit, Mayotte

L’Hanseatic Spirit en escale à Mayotte ce samedi

0
Après deux années de restriction Covid, première escale d'un paquebot ce samedi 26 novembre dans notre lagon. Trois excursions sont proposées aux touristes
Zily, Mayotte, Rabat, Visa For Music, Zanzibar

Zily a décroché son Visa for Music

0
Zily au Maroc, Zily à Zanzibar... l'artiste mahoraise aux mises en scène soignées a "mis le feu" à Rabat (Maroc), nous dit-on, lors du festival Visa For Music. C'était sa première prestation à l'étranger, et ce vendredi 18 novembre, elle a fait voyager le public pendant prés de trois-quarts d'heure
Vanille, Mayotte

Les sorties du week-end post Black Friday

0
Pour ce week-end, une multitude d’activités à travers l’île sont proposées pour chacun et chacune. Entre sorties dans la jungle, fête traditionnelle, cinéma, show, apéro et concert, il y en a pour tout le monde
Conseil constitutionnel, Mayotte, Fabius, CESEDA, Emmanuel Macron

Le conseil constitutionnel juge conformes les contrôles d’identité tels que pratiqués à Mayotte

0
Le Conseil constitutionnel vient de déclarer les contrôles d'identité pratiqués sur l’ensemble du territoire de Mayotte conformes aux droits fondamentaux, en raison du contexte migratoire exceptionnel. L’actualité commentée par le président Macron lui-même, n’a pas plaidé en faveur de la plaignante
Covid, Mayotte

Covid – Le nombre de cas toujours en forte hausse

0
Au cours de la semaine du 14 au 20 novembre, 594 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à Mayotte, soit un taux d’incidence de 198,4 cas pour 100 000...

Recent Comments