29.8 C
Mamoudzou
mercredi 30 novembre 2022
AccueilEconomiePremière exportation de gaz mozambicain dans un contexte de forte demande mondiale

Première exportation de gaz mozambicain dans un contexte de forte demande mondiale

Nous avions annoncé en début d’année l’arrimage de la plateforme ENI d’exploitation de gaz naturel liquéfié : les premiers mètres cubes de gaz viennent de prendre la mer. En revanche, la reprise du projet de TotalEnergies, davantage dépendant d’infrastructures à terre, n’est toujours pas d’actualité.

C’était dimanche et ça se passait à 450km à l’Est de Mayotte : le président mozambicain Filipe Nyusi annonçait l’exportation du premier méthanier de gaz naturel liquéfié (GNL). Comme nous l’avions indiqué, l’unité géante de liquéfaction de gaz naturel Coral sul de 432m de long avait quitté mi-novembre les chantiers navals de la Corée du sud et se préparait à se connecter au six puits pour lesquels elle possède un permis et extraira le gaz vers une usine à bord de la plate-forme où il subit un processus de refroidissement et de liquéfaction.

Ce n’est pas encore la reprise du projet mené par le géant français TotalEnergies, celui-ci étant encore dépendant d’un retour au calme après les actes commis par des groupes armés depuis 3 ans dans la région de Cabo Delgado. En avril 2020, un massacre de 52 jeunes est perpétré dans un village de la province, au motif qu’ils n’avaient pas voulu rejoindre les rangs des rebelles. Un conflit dont nous avions expliqué les tenants et les aboutissants dans cette région qui se plaint d’être délaissée, et qui, malgré les interventions armées des alliés du Mozambique, perdure.

En conséquence, les premières exportations sont possibles par une exploitation uniquement offshore (en mer) par Coral FLNG, la plateforme de l’italien ENI. Les navires prennent le chargement de gaz accosté à la plateforme, et repartent sans avoir touché terre.

Budget, Outre-mer, Carenco, Darmanin, Mayotte
Le terminal pétrogazier de Longoni

Hydrocarbures : entre pénurie mondiale et protection de la planète

Ce n’est donc pas tout à fait le Mozambique qui exporte, mais la disponibilité de ce gaz issu d’une immense réserve sous-marine dans ses eaux, découverte à 2.000m de profondeur, à 60km au large des côtes nord de Cabo Delgado au Mozambique, est la bienvenue dans un contexte de tension mondiale sur les prix. Estimée à 5000 milliards de m3, elle pourrait faire du pays le 4ème exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, à condition que les autres projets, dont celui de TotalEnergies, puissent être menés.

Or, le PDG Patrick Pouyanné a indiqué prendre « le temps qu’il faudra » pour que la sécurité du site et de la population soit garantie avant de relancer son projet.

Chahuté par des militants de la cause environnementale lors de l’actuelle COP27 qui pointaient les dommages provoqués par l’utilisation des énergies fossiles, le PDG de TotalEnergies rétorquait « Notre monde vit d’énergies fossiles, croire qu’on va changer le système en une nuit, ça ne marche pas ».

Ce projet du gaz mozambicain est sur toutes les lèvres depuis 2010. On ne pouvait pas imaginer que les premiers litres seraient extraits dans un tel contexte de tensions mondiales, provoquées par les restrictions que fait peser la Russie sur les livraisons à l’Europe après les prises de position inhérente à l’invasion de l’Ukraine, qui font passer le GNL pour du gaz rare.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
CRESS, Mozambique, Tanzanie, Kenya, Comores, Mayotte, INTERREG

Coopération – L’économie sociale et solidaire, « un outil de diplomatie économique »

0
Enfin une fenêtre s’ouvre sur la région qui va nous permettre de nous projeter depuis nos 374 km2. C’est l’économie sociale et solidaire qui donne le "la", et Mayotte y fait figure de chef de file des Outre-mer
Comores, pétrole, Mozambique, Azali Assoumani, GXT Technologies

Pétrole aux Comores : le président Azali privilégie la formation avant l’exploitation

0
Dans un long entretien accordé au journal "L’Opinion", le président comorien dit vouloir mobiliser les ressources humaines avant toute activité poussée d’exploitation des hydrocarbures dans l’archipel. Le Bureau Géologique des Comores parle aussi de « renforcement des capacités ». La loi pétrolière a été adoptée en 2012. Les travaux d’évaluation du volume des hydrocarbures étaient censés démarrer à partir de cette année 2022
Mayotte, Croix rouge, croissant rouge,Comores, Mozambique

Des assises de la jeunesse: « Pour élaborer les politiques de demain, il faut discuter...

0
A Mayotte où l’âge moyen de la population est de 23 ans, contre 41 ans en métropole, des outils adaptés doivent être mis en place en tenant compte de la population cible. Pour Issihaka Abdillah, ancien conseiller départemental et chroniqueur habituel de ces colonnes, on réfléchit sur des politiques portées sur la jeunesse sans les principaux concernés
Pétrole lampant, Total, Mayotte

Vers l’arrêt du pétrole lampant

0
Alors que la baisse des prix à la pompe était célébrée en grande pompe médiatique il y a dix jours, il en est une qui faisait moins de bruit, la petite bouteille de gaz, dont le prix baissait d’un petit euro. Pas d’aide gouvernementale, ni départementale pour elle, nous explique Eric Lefevre, Directeur général du groupe Somagaz, qui évoque un chantier en cours, celui de la fin du pétrole lampant, à horizon 2024
Comores, riz, gaz

Comores : la pénurie des denrées de base s’ajoute à la hausse du prix du...

0
Le pays fait face à l’une des plus graves pénuries de produits de base de son histoire. A Ndzuani (Anjouan), la situation deviendrait de plus en plus critique. Le gouvernement s’apprête à acheminer deux...

Recent Comments