29.8 C
Mamoudzou
jeudi 1 décembre 2022
AccueilorangeLes grossesses précoces à Mayotte à la croisée de la précarité et...

Les grossesses précoces à Mayotte à la croisée de la précarité et de l’isolement

L’hôtel Sakouli a accueilli mercredi la première des Journées périnatales de Mayotte organisée par le Réseau Périnatal de Mayotte (REPEMA). Les débats se sont concentrés sur les grossesses précoces dans le département notamment en abordant la prise en charge des mineurs et la question de la prévention.

« La proportion de grossesses précoces est stable à Mayotte, aux alentours de 5 % de la totalité des naissances ». Julien Fontaine, sage-femme coordinateur maternité au Centre hospitalier de Mayotte (CHM), rappelle les chiffres pour l’année 2021 : « cela représentait 4,66 % des naissances sur l’île soit 490 accouchements ». Un nombre de grossesses précoces de mineures à mettre en parallèle avec la situation en France métropolitaine puisque ces dernières « représentait en 2013, 0,58 % des naissances en métropole ».

Les professionnels de santé ont fait le déplacement

Des situations de précarité sociale et économique

Certes, si d’un point de vue médical l’utilisation de la césarienne est inférieure aux autres tranches d’âge, il n’en reste pas moins que le jeune âge de la patiente constitue un facteur de risque avéré aussi bien pour elle (anémie) que pour le bébé (prématurité). En outre, les conséquences d’une grossesse précoce, à un âge où le corps subit de profonde transformation liée à la puberté, sont également visibles au niveau des troubles psychologiques avec le développement d’une certaine vulnérabilité. Et ce, alors que le milieu socio-économique est souvent fragilisé par une précarité importante. Sans oublier, si la mineure est scolarisée, le risque probant de sa déscolarisation et de son isolement.

Si certaines grossesses précoces sont post-viol, ce n’en est pas pour autant une constante. En revanche, note Houssamie Mouslim, psychologue clinicienne à Mayotte, « la majorité des mères indiquent avoir été victimes très tôt dans l’enfance  de violences à caractère sexuel ». Des violences souvent minimisées par le cercle familial, quand ce n’est pas la famille qui rejette la victime en lui faisant porter le fardeau de la culpabilité. Autant d’éléments participant à renforcer la détresse psychologique des futures mères. S’y ajoute également la difficile acceptation des grossesses hors mariage pouvant conduire à l’ostracisassion de la jeune mère accentuant davantage la détresse psychologique et sociale.

Pour les jeunes filles de quinze ans ou plus, le manque de communication sur la sexualité dans la sphère familiale peut générer un tabou « en raison de la peur d’inciter les jeunes à la pratique sexuelle », note Warda Chanrani conseillère conjugale et familiale. L’absence de contraception ou la négligence de cette dernière, y compris masculine, sont des facteurs qui entrent en ligne de compte. En revanche, la loi du 21 avril 2021 visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels et de l’inceste indique qu’aucun adulte ne peut se prévaloir du consentement sexuel d’un enfant s’il a moins de 15 ans.

Les signalements permettent de dépister des réalités difficiles

Le Centre Hospitalier de Mayotte

Dès lors des signalements sont effectués auprès du parquet par le CHM, les PMI ou encore le rectorat lorsque des jeunes de moins de 15 ans se retrouvent en situation de grossesse. A ce titre, la substitut du procureur Cassandre Morvan a pris la parole afin de rappeler que « pour prendre la meilleure décision possible suite au signalement, il faut obtenir un maximum d’informations possible pour retrouver la personne, l’entendre et lui proposer une aide ». Ainsi si la mineure est en danger ou l’enfant, il est alors possible de saisir le juge pour enfant afin d’envisager un éventuel placement. A cet égard, la cellule de recueil des informations préoccupantes du Département (CRIP) permet de faire également remonter des signalements. Selon sa coordinatrice Anna Dax, « 509 signalements ont été réalisés en 2020 et 737 en 2021 ». Créée en 2008 avec initialement trois professionnels, la cellule compte désormais 15 personnes. Cependant pour Anna Dax, « il faudrait au moins le double de l’effectif ».

Néanmoins, si le débat a permis de faire avancer des points de vue contradictoires sur les causes et les conséquences pouvant engendrer des grossesses précoces, tous les participants ont admis le caractère « complexe » que revêt cette réalité sociale.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
François Braun, Santé, Mayotte, ARS, CHM, PRS, CNR

Contre la désertification médicale de l’île, le ministre Braun inaugure l’agence de recrutement

0
Le mot de catastrophe n’est pas vain pour qualifier la désertion des professions médicales, accentuée depuis les agressions de ces dernières semaines, et que ne peut que constater le ministre de la Santé. Mayotte s’en sortira grâce à l’imagination des acteurs sur place, notamment ceux qui ont monté une machine à recruter particulièrement innovante

Ministre de la santé à Mayotte : « Je suis venu pour rencontrer les...

0
En voyage officiel à Mayotte depuis hier après-midi, le ministre a commencé son parcours par l’incontournable Centre Hospitalier de Mayotte. Une première séquence sans annonce ayant néanmoins permis d’aller au contact du personnel soignant de l’établissement.
François Braun, Mayotte, CHM, ARS

Arrivée du ministre François Braun au Centre hospitalier de Mayotte

0
C'est accueilli par les élus et les directions des instances de Santé, CHM et ARS notamment, que le ministre de la Santé a fait ses premiers pas à Mayotte. François Braun est très attendu sur...

Attractivité du territoire : Une matinée « Métiers de la santé, Mayotte a besoin...

0
Samedi 3 décembre, l’hôtel Mercure-Créolia (Saint-Denis) accueille à partir de 9h, une matinée destinée à l’information des étudiants en santé à La Réunion intitulée « Métiers de la santé, Mayotte a besoin de vous...
Prématuré, REPEMA, Mayotte

Les précautions à prendre pour diminuer les risques de naissance prématurée

0
Dans le cadre de la Journée Mondiale de la prématurité ce jeudi 17 novembre, le Réseau Périnatal de Mayotte informe la population de l'importance d'un suivi précoce et régulier de la grossesse, afin de prévenir et de dépister les risques de prématurité et de ses complications

Recent Comments