26.8 C
Mamoudzou
lundi 28 novembre 2022
AccueiljusticeComores : Sept ans de prison ferme contre les trafiquants de lingots d’or

Comores : Sept ans de prison ferme contre les trafiquants de lingots d’or

Des peines lourdes ont été prononcées contre l’ancien patron des Aéroports des Comores (ADC), Yasser Ali Assoumani, très proche du couple présidentiel et Abodo Nourdine Fardy, fils d’un conseiller à la Cour suprême. Des personnalités se considérant protégées par les plus hauts cercles du pouvoir, ce que contre le tribunal de Moroni qui indique vouloir s’affranchir de « toutes les tentations possibles ». Deux Malgaches considérés comme "les cerveaux" présumés du trafic de 49,75 kg de lingots d’or d’une valeur de plus de 3 millions d’euros, ont également été condamnés. Provoquant une réaction de protestation des autorités malgaches.

Le Tribunal correctionnel de Moroni a rendu publique sa décision sur l’affaire du trafic des lingots d’or qui avait défrayé la chronique aux Comores à la fin de l’année 2021. Jeudi 27 octobre, le juge a condamné à sept ans de prison ferme contre le patron des Aéroports des Comores (ADC), Yasser Ali Assoumani et le douanier Abodo Nourdine Fardy. Le président du tribunal a aussi condamné chacun à une peine pécuniaire d’un million de francs comoriens (2000 euros).

Un mandat d’arrêt contre les deux Malgaches

Trois agents de l’aéroport, Elhad Ibrahim Halifa, Harifadja, Anynoulhouda Djanffar et Nadhum Soufiane ont été également condamnés à la même peine d’emprisonnement alors que quatre autres ont écopé de cinq années. La justice a relâché deux autres personnes « au bénéfice du doute », estimant que « l’instruction n’a pas permis de déceler leur participation à ce réseau criminel de trafic », selon une source judiciaire. Le tribunal a également condamné les deux Malgaches, Stenny et Azaly Failaza Pachecco, considérés comme « les cerveaux » présumés du trafic des 49,75 kg de lingots d’or d’une valeur de plus de 3 millions d’euros. Un mandat d’arrêt a été émis contre les deux ressortissants par la justice après l’énoncé de leurs peines.

Les peines lourdes ont été surtout prononcées contre l’ancien patron des Aéroports des Comores (ADC), Yasser Ali Assoumani, très proche du couple présidentiel et Abodo Nourdine Fardy, fils d’un conseiller à la Cour suprême. Jusqu’à la dernière minute, un tel verdict paraissait inenvisageable contre des personnes se considérant protégées par les plus hauts cercles du pouvoir. « La justice travaille et rend des décisions tous les jours et s’efforce de s’affranchir de toutes les tentations possibles en rendant des jugements », soulignait pourtant un greffier du Tribunal de Moroni.

Les avocats de la défense ont crié au scandale à cause, selon eux, « des incohérences des dépositions faites par certains accusés » et dont une partie disculperait certains de leurs clients et éviterait des peines d’emprisonnement à d’autres. « Je vais consulter mes autres collègues pour la suite à donner à ce verdict qui me parait particulier. Nous n’excluons pas de faire appel », a précisé Me Hadji Chabane. « J’ai plaidé pour la relaxe de mes clients et je n’en crois pas mes oreilles ce que je viens d’entendre », a déclaré Me Fahardine Mohamed Abdoulwahid qui défendait les intérêts de certains clients condamnés à respectivement 7et 5 ans de prison ferme.

Les avocats promettent de faire appel de la décision du tribunal

Des pratiques mafieuses démasquées par un SMS

Les auteurs, co-auteurs et complices du trafic de lingots d’or ont été poursuivis pour « participation à un groupe criminel, contrebande, intéressé à la fraude, abus de fonction et complicité et corruption », selon le parquet. L’affaire remonte au 28 décembre 2021. Deux passagers d’origine malgaches étaient en transit à l’aéroport de Moroni. Ils devaient se rendre à Dubaï à bord d’un jet privé. Mais ils seront vite interceptés après un message Sms envoyé, par un agent de l’aéroport, au chef de la Brigade de la gendarmerie des transports aériens (BGTA). Ce dernier informe l’autorité de l’aviation civile qui ordonne l’immobilisation de l’appareil.

Les trafiquants étaient dans le viseur des autorités comoriennes mais celles-ci attendaient le bon moment pour les arrêter, selon nos informations. Le procureur de la République, Ali Mohamed Djounaid, confirmera « l’existence de ce réseau depuis 4 mois pendant lesquels 11 opérations avaient été effectuées ». L’affaire a suscité une mini-crise diplomatique entre Moroni et Antananarivo. Les autorités malgaches n’ont vraisemblablement pas digéré l’opération de démantèlement de ce réseau. Madagascar a même suspendu ses vols vers Moroni, obligeant de nombreux voyageurs malgaches, comoriens étrangers, à passer par Nairobi ou l’île Maurice pour rejoindre la Grande Ile.

A.S.Kemba, Moroni

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
CRESS, Mozambique, Tanzanie, Kenya, Comores, Mayotte, INTERREG

Coopération – L’économie sociale et solidaire, « un outil de diplomatie économique »

0
Enfin une fenêtre s’ouvre sur la région qui va nous permettre de nous projeter depuis nos 374 km2. C’est l’économie sociale et solidaire qui donne le "la", et Mayotte y fait figure de chef de file des Outre-mer
CGT Educ'action, Comores, Mayotte

Violences : la CGT Educ’Action interpelle l’Etat sur ses manquements nationaux et internationaux à...

0
Dans un édito d'il y a deux mois, nous avions titré "Ecosystème de l’immigration à Mayotte : une fabrique à délinquants bien rodée". Un peu comme en écho, et en réponse à une situation...
Comores, Sambi, Programme de citoyenneté économique

Comores : le procès de l’ancien président Sambi s’ouvre sous haute surveillance

0
L’ancien chef de l’Etat sera jugé, entre autres, pour corruption et détournements de fonds publics requalifiés en haute trahison présumée. Pour le justifier, la justice comorienne a fait savoir que les faits reprochés ont été commis dans l’exercice de ses fonctions. Deux anciens vice-présidents ainsi que cinq étrangers dont l’homme d’affaires franco-syrien Bachar Kiwan sont convoqués à la barre. Ahmed Abdallah Mohamed Sambi est le premier chef d’Etat des Comores à être traduit en justice depuis l’indépendance du pays en 1975
INTERREG, Mayotte, Comores, Madagascar

Action de coopération INTERREG agricole avec Madagascar et les Comores

0
C'est autour de l’agroécologie que le lycée agricole de Coconi organise toute une semaine d’échanges et de visites à Mayotte avec ses partenaires malgaches et comoriens, sous financement INTERREG transfrontalier Mayotte-Comores-Madagascar
Comores, Azali, France

Comores : un projet de loi veut « protéger » le statut du chef de l’Etat

0
Le candidat à l’élection présidentielle devrait notamment "renoncer à sa ou à ses autres nationalités étrangères", se faire parrainer par 3.000 électeurs répartis dans les îles et résider au moins douze mois sur le territoire national avant le scrutin. Le texte, porté par le ministère de l’Intérieur, suscite déjà des controverses chez des opposants au président Azali Assoumani. Ils le jugent discriminatoire quand le pouvoir à Moroni évoque le risque de conflit d’intérêts.

Recent Comments