26.8 C
Mamoudzou
vendredi 23 février 2024
AccueilorangeTransport scolaire : en dernier ressort le conseil de discipline pour sensibiliser...

Transport scolaire : en dernier ressort le conseil de discipline pour sensibiliser les élèves

Le deuxième conseil de discipline de cette année scolaire, en lien avec le transport scolaire, s’est tenu mardi matin au Conseil départemental à l’ancien CFA de Kawéni. Cinq élèves ont été convoqués pour des faits de bagarres et pour certains d’entre eux de caillassages.

Plus de trois heures, c’est le temps qu’il aura fallu au conseil de discipline pour entendre les quatre lycéens, sur les cinq convoqués, et prononcer les sanctions attenantes à leurs comportements aux antipodes du règlement intérieur dans les transports scolaires. Règlement dont la plupart des élèves ne prennent même pas connaissance alors qu’ils sont censés le signer.

Le règlement intérieur dans les transports scolaires

Ainsi, le 4 octobre dernier à Mtsangamouji, les lycéens en question se sont adonnés à des actes de bagarres et, pour certains d’entre eux, s’ajoutent également des faits de caillassages. Si le département a porté plainte contre les élèves ayant commis des actes de dégradations, les exclusions du réseau de transport se compte en mois et pour certains, des travaux d’intérêt général sont requis.

Le risque de la déscolarisation

« Ecouter les élèves et savoir ce qui s’est passé, c’est tout l’enjeu du conseil de discipline », informe Soihirat El Hadad, élue au Conseil départemental du canton de Pamandzi. Comprendre l’environnement social, prendre en considération les projets professionnels, la décision sur la sanction à prendre ne semble pas aussi aisée que les actes perpétrés laisseraient à imaginer. En effet, selon Homard Sahimi, de la fédération des parents d’élèves FCPE, « quel que soit le prétexte on ne devrait pas avoir un jeune dehors ».

Certes, si « interdire à l’élève de prendre les transports c’est prendre le risque de le déscolariser », il faut néanmoins tenir compte, nuance-t-il, qu’un bus « représente 60 élèves potentiellement mis en danger ». Ainsi, selon lui, la sanction comporte une subtile alchimie dont la poursuite de la scolarité semble constituer le fil directeur. Et pendant ce temps-là, note Anli Djoumoi, chargé de mission et référent partenaire de Transdev, « ce sont les transporteurs qui tous les jours subissent ces comportements. On s’interroge sur les dégâts matériels mais également sociaux car les chauffeurs ne veulent plus desservir certaines zones ».

Les contrôleurs verbalisent depuis lundi dernier

Les premiers procès verbaux ont été dressés en début de semaine

Or, comme le rappelle Homard Sahimi, « le transport scolaire est là pour leur réussite » facilitant par leur présence l’accès aux établissements scolaires. Mais dans certains cas, l’exclusion des bus est définitive. Lors du premier conseil de discipline de l’année scolaire 2022/2023, qui s’est tenu le 13 octobre dernier, sur les 4 élèves convoqués, l’un d’entre eux l’était pour des menaces de mort à l’égard du chauffeur, et un autre pour la détention d’une arme blanche dans le bus. L’exclusion définitive a été demandée.

Néanmoins, comment s’assurer que les sanctions sont bel et bien respectées ? Un suivi de la décision s’opère sur le terrain grâce à l’action des contrôleurs puisque les cartes de transports sont confisquées. Si depuis la rentrée scolaire d’août les contrôles étaient avant tout pédagogiques, depuis ce lundi, les premiers procès-verbaux ont été dressés. L’ensemble des quinze contrôleurs de Transdev ont verbalisé ce lundi 35 élèves dont une grande partie sur la zone Dzoumogné-Kaweni. Pour leur part, les conseils de discipline s’enchaînent, le prochain est prévu ce jeudi et le planning est établi jusqu’à fin novembre.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Santé : Une première promotion d’orthoptistes mahorais en formation à Paris

0
C’est une première ! Cinq mahorais ont commencé une formation d'orthoptiste dans le cadre d’un partenariat avec la prestigieuse université Paris Cité et l’hôpital Necker, un des plus grands hôpitaux d'Europe. Débutée à la rentrée de septembre 2023, elle va durer trois ans et sera sanctionnée par un diplôme de licence
Elus, locaux, Mayotte, insécurité, barrages, lettre, Macron, loi

La lettre des élus de Mayotte à Emmanuel Macron

0
Ce mercredi au Conseil départemental, les élus se sont réunis pour présenter une lettre, rédigée par les conseillers départementaux et les maires, adressée au Président de la République, Emmanuel Macron, afin de demander des actions concrètes à la situation « quasi insurrectionnelle » qui sévit actuellement à Mayotte

La conseillère départementale Mariame Saïd Kalame menacée de mort

0
Mardi soir en rentrant chez elle à Chirongui après la manifestation des Forces Vives, la conseillère départementale de Sada-Chirongui, Mariame Saïd Kalame, a découvert sa voiture personnelle recouverte d’une menace de mort. Un message était laissé sur le répondeur de son fils de 13 ans. Une enquête a été ouverte le jour même de l'arrivée de Christian Rodriguez, le directeur général de la gendarmerie nationale
Mayotte, Wuambushu, Renaissance, LFI, Salime Mdere

Inéligibilité et prison avec sursis requises contre Salim Mdéré suite à ses propos sur...

0
Le procès du premier vice-président du Conseil départemental, Salim Mdéré, s’est tenu jeudi au tribunal de La Réunion. Il lui était notamment reproché d’avoir tenu des propos plus que choquants en avril 2023, sur le plateau TV de Mayotte La 1ère, concernant les délinquants.
Conseil départemental, Mayotte

Mouvement social contre l’insécurité : les élus tentent de reprendre leur place

0
Parlementaires, conseillers départementaux et maires : plutôt muets lors des précédentes crises sociales, les élus prennent la parole et se positionnent unanimement aux côtés de la population pour demander une protection des citoyens face à une insécurité invivable. Une position inconfortable

Recent Comments