29.8 C
Mamoudzou
samedi 24 février 2024
AccueilEducationLoto du patrimoine : 460 000 euros pour la réhabilitation de l'usine...

Loto du patrimoine : 460 000 euros pour la réhabilitation de l’usine sucrière d’Hajangoua

Lundi matin, la Communauté d'Agglomération Dembéni-Mamoudzou a reçu de la fondation Stéphane Bern un chèque de 460 000 euros pour entreprendre les travaux de réhabilitation du domaine de l’usine sucrière d’Hajangoua. Cette aide participera, à son échelle, à la sauvegarde du patrimoine de l’île.

« Cette aide de l’Etat va contribuer à préserver ce site exceptionnel, témoin de l’histoire de notre île ». C’est avec une émotion certaine que le président de la Communauté d’Agglomération Dembéni-Mamoudzou (CADEMA), Rachadi Saindou, s’est exprimé hier au pied de l’une des cheminées de l’usine sucrière d’Hajangoua, vestige imposant visible depuis la route.

Une partie des vestiges de l’usine sucrière

Ce site fait partie des dix-huit monuments prioritaires ayant été retenus pour le Loto du Patrimoine 2022. Une opportunité rendue possible grâce au dispositif imaginé par la mission Stéphane Bern et la Française des Jeux récoltant des fonds pour la Fondation du patrimoine. Dans le cadre de la cinquième édition de la mission pour la sauvegarde du patrimoine en péril, la CADEMA s’est ainsi vu remettre un chèque de 460 000 euros afin de réhabiliter les vestiges de l’usine.

Des travaux de sécurisation et de débroussaillages

Certes, si des chaudières sont encore visibles à l’instar des trois cheminées ou encore d’un moteur à vapeur et des hydroextracteurs, les vestiges sont soumis aux aléas climatiques entraînant, entre autres, des chutes de pierre. La végétation luxuriante courant le long des murs fragilise les édifices, témoins d’un pan entier de l’histoire industrielle de Mayotte. L’aide financière permettra dans un premier temps à la CADEMA d’entreprendre des travaux de sécurisation et d’engager des opérations de débroussaillage.

Le dévoilement du chèque

En outre, l’intercommunalité prévoit, dans un second temps d’autres actions de valorisation de l’usine sucrière notamment avec la réhabilitation de la voie d’accès, un cheminement piétonnier en prévoyant une signalétique appropriée ou encore l’organisation de visite guidée. Cette démarche participe incontestablement à « transmettre la mémoire de ce site », selon Dominique Marot, vice-président de la CADEMA, aussi bien envers la population de la commune qu’à celle de l’île toute entière.

Une histoire récente à préserver de l’amnésie

Le domaine sucrier d’Hajangoua, construit en 1870, est l’un des plus anciens de Mayotte. S’étendant alors sur une superficie de 702 hectares dont 95 dédiés à la canne à sucre, il préfigure l’essor de cette industrie sur l’île. Il a notamment contribué à « la transformation du paysage », note le préfet de Mayotte, notamment avec la création de nouveaux villages. Les ruines constituant jadis la maison de maître témoignent de la prospérité d’antan du site. Néanmoins, en 1898, il est laissé à l’abandon suite au passage d’un cyclone. La propriété a été mise en vente en 1902. Au milieu du siècle dernier, une cocoteraie et une bambouseraie, toujours visible aujourd’hui, occupent le site.

La réhabilitation du site permettra de faire place nette des carcasses de voiture

Certes, il s’agit d’« une histoire récente » mais qui n’en reste pas moins « menacée par l’oubli ou la confidentialité », souligne le délégué du gouvernement. Grâce à l’aide apportée par la Fondation du patrimoine, l’occasion est donnée de « rendre aux mahorais la lecture de leur passé dans des temps où les repères sont importants », poursuit Thierry Suquet. Pour Rachadi Saindou, il s’agit d’un patrimoine racontant à sa manière « l’évolution industrielle de notre île ».

L’usine sucrière est le quatrième projet mahorais retenu par la Fondation du patrimoine après l’usine sucrière de Soulou en 2018, la mosquée de Tsingoni en 2019 ou encore l’ancien tribunal de Mamoudzou en 2020. A travers ces lieux de mémoire, le passé est peu à peu rendu visible aux contemporains comme autant de repères historiques, indispensables boussoles pour guider les actions d’aujourd’hui.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Rachadi Saindou, CADEMA, 2024, Paris, JO, jeunes, emploi

Des jeunes mahorais pour encadrer les Jeux Olympiques de Paris 2024

0
A Mayotte, même si parler actuellement des jeux olympiques et paralympiques pourrait sembler un peu lunaire, grâce à la Communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou, 60 jeunes mahorais issus de la CADEMA sont sélectionnés pour participer à la sécurité de cet événement mondial

Mamoudzou : reprise de la circulation alternée

0
Par communiqué ce mercredi 10 janvier, la commune de Mamoudzou fait savoir à l’ensemble des concitoyens la reconduite de son dispositif de circulation alternée à partir de la semaine prochaine.

Déchets et insalubrité : Mayotte, l’île aux nouveaux parfums…

0
En cette période de fêtes de nombreux Mahorais se retrouvent en famille ou entre amis pour partager de bons moments. C’est notamment l’occasion de festoyer en consommant plus qu’à l’accoutumé. Aussi, cela a tendance à générer de nombreux déchets qui s’amoncellent de plus en plus dans les communes de l’île au détriment des habitants.

L’action Cœur de Ville dessine les aménagements de demain à la Cadema et en...

0
L’action Cœur de Ville, consistant à remodeler le centre des villes des communes pour offrir un meilleur cadre de vie à ses habitants, est passée à l’étape supérieure pour la Cadema et la Communauté de communes de Petite-Terre. Les présidents de ces dernières ont en effet signé ce mardi 12 décembre un avenant 2023-2026 au comité d’engagement régional pour permettre à cette action d’avancer.

La Cadema développe des solutions innovantes pour faire face à la crise de l’eau

0
Face à l’actuelle crise de l’eau et consciente qu’au vu du changement climatique, la situation risque de perdurer voire d’empirer dans les années à venir, la Cadema a décidé de développer des solutions alternatives et écologiques pour limiter les pressions sur le réseau d’eau potable.

Recent Comments