28.8 C
Mamoudzou
jeudi 8 décembre 2022
AccueilorangeLe spirituel au chevet des malades du cancer ? Le conseil cadial...

Le spirituel au chevet des malades du cancer ? Le conseil cadial et les associations mutualisent leurs forces

Le Conseil Cadial et les deux associations ASCA et AMALCA ont signé ce jeudi matin une convention afin de mutualiser leurs ressources dans l'accompagnement des malades atteints du cancer. Favoriser l’écoute, libérer la parole, lutter contre la dépression mais aussi apporter un soutien spirituel sont autant d’axes pouvant être renforcés grâce à la complémentarité de ces structures.

« Nous sommes réunis ce jour pour une cause noble : assurer l’accompagnement des personnes atteintes du cancer ». Des propos introductifs, de la part du traducteur du Grand Cadi, qui n’ont pas manqué de rappeler l’objectif de la signature de la convention avec l’Association des Soignants contre le Cancer (ASCA) et l’Association Mahoraise pour la Lutte contre le Cancer (AMALCA) : mutualiser les ressources respectives des différents acteurs et agir suivant leurs compétences.

Le Grand Cadi appose sa signature

Accroître la résilience du malade face au cancer

Certes, si la population de l’île est musulmane pour une très grande majorité, le Grand Cadi a souligné dans sa prise de parole que toute les confessions seraient prises en considération à partir du moment où un patient atteint de la maladie en ferait la demande. L’aumônier régional Said Ali Mondroba, dans sa prise de parole, a ainsi explicité son rôle d’interface entre le corps médical et les patients atteints de la maladie et qui souhaiteraient faire appel à la spiritualité. Grâce au partenariat avec le Conseil Cadial, les présidentes des deux associations espèrent améliorer le relais auprès des malades.

« Quand le malade est écouté et qu’il a la possibilité de parler, cela améliore l’acceptation de la maladie tout en permettant aussi de le rassurer sur les modalités du traitement », explique Nadjilat Attoumani, présidente d’AMALCA. En effet, selon elle, « il peut y avoir un décalage entre les mots utilisés par les médecins et la réalité vécue par les patients ». Démystifier la chimiothérapie, apporter des réponses aux peurs et angoissent mais aussi lutter contre la dépression des patients sont autant d’actions menées par les deux associations signataires sachant que pour beaucoup de ces personnes, « la religion devient un refuge ». Les familles des malades, bien souvent démunis ou désemparées face à la maladie bénéficient aussi d’une écoute, où l’empathie est au cœur de la démarche.

Lutter contre la dépression des patients

Les présidentes des deux associations signent la convention à tour de rôle

Concernant la lutte contre la dépression, Anrifia Ali Hamadi présidente d’ASCA abonde : « nous distribuons des kits de voyage pour les patients partant en EVASAN composés d’affaires de toilette mais aussi de vêtements et de livres ». Un réconfort, selon elle, pour les personnes devant quitter leur famille souvent dans la précipitation et sans forcément connaître leur date de retour. Avec cette convention, le Conseil Cadial s’est engagé à apporter son aide pour l’acquisition et le stockage du matériel composant ces kits de voyages ; un renfort logistique de taille.

Cette convention contribue à faire apparaître un large champ d’espoir. « Avec cette convention, on attend un meilleur accompagnement des malades, une libération de la prise de parole afin de briser les tabous liés à la maladie », escompte Nadjilat Attoumani. A ce titre, la pédagogie tient une place prépondérante notamment dans la rationalisation du cancer. « Certains patients vont voir les marabouts car ils pensent que la maladie provient d’un mauvais sort », constate Anrifia Ali Hamadi, présidente d’ASCA. Une pratique pouvant détourner les malades des spécialistes à même de véritablement les guérir. Sur ce point, le Grand Cadi Mahamoudou Hamada Saanda a insisté, comme le rapporte son traducteur, sur la nécessité « pour les malades atteints du cancer d’aller chez les spécialistes pour se soigner » et de « ne pas aller voir les marabouts ».

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Octobre rose, cancer, UFOLEP, Mayotte

Clap de fin tout en muscle pour Octobre rose

0
La lutte contre le cancer du sein a coloré un mois d'octobre habituellement teinté des couleurs automnales en métropole. La Ligue contre le cancer a réussi son coup, et depuis plusieurs années, toutes les...

Clôture de la semaine rose du CHM : « On sent que les consciences évoluent »

0
Ce vendredi voyait se clôturer la semaine rose du CHM : une semaine de prévention et de sensibilisation face au cancer du sein, en plein cœur du mois symbolique d'octobre rose.

Une classe de CM1 de Mayotte s’engage pour les enfants atteints de cancer

0
2500, c’est le nombre d’enfants et d’adolescents diagnostiqués d’un cancer chaque année en France. C’est pour lutter contre ce fléau que l’association 2500 Voix se mobilise pour porter haut la voix des enfants atteints...

Au CHM, des étudiantes en santé participent à Octobre Rose

0
Des étudiantes de la prépa aux études de santé ont participé à une action de sensibilisation à l'entrée du CHM. Une manière d'informer des usagers peu au courant des questions de dépistage et du fait que le cancer du sein se soigne bien s'il est pris à temps.

Cancer du sein : un « tabou » qui représente pourtant un tiers des cancers à...

0
Des parapluies sur la mairie de Mamoudzou, c'est Octobre rose qui s'installe à Mayotte. Pas à pas, le sujet "tabou" du cancer du sein s'invite dans l'espace public. Un enjeu crucial quand on sait que ce cancer est un des plus facilement soignables, s'il est dépisté à temps. Mais à Mayotte, des freins persistent, notamment dans la prise en charge des malades, invités à "partir" pour se soigner.

Recent Comments