29.8 C
Mamoudzou
lundi 4 mars 2024
AccueilorangeUne intrusion dans son champ qui coûte cher au maire de Chiconi

Une intrusion dans son champ qui coûte cher au maire de Chiconi

Les faits remontent au début de l’année, quand ce 2 janvier 2022, Mohamadi Madi Ousseni, décide de se rendre à son champ à Chiconi, commune dont il est maire depuis 2017. Il a subi plusieurs vols les semaines précédentes, et c’est donc accompagné de son beau-frère et de son père qu’il arpente ses 5.000m2, chacun muni d’un téléphone en cas de mauvaise rencontre.

Et c’est le cas, puisqu’ils surprennent deux personnes sur deux zones éloignées. Le premier sera appréhendé par le beau-frère du maire qui contacte la gendarmerie, c’est pour le second I.S., que les choses se gâtent. Il est surpris par Mohamadi Madi Ousseni avec une botte de paille sur la tête, vraisemblablement pour nourrir son zébu. La juge revient sur les faits : « I.S. se présente à la gendarmerie de Sada le 6 janvier pour déposer plainte, il rapporte avoir reçu un coup de machette sur sa cheville gauche après avoir pénétré dans un champ qui ne lui appartenait pas. Et explique vous avoir vu, monsieur le maire, lancer la machette dans sa direction après qu’il ait sauté les barbelés, lui occasionnant 10 jours d’ITT. » Le jeune explique avoir eu des difficultés pour revenir jusque chez lui, « je n’arrivais plus à bouger ». Et a été transporté à l’hôpital.

Mohamadi Madi Ousseni risque gros, étant dépositaire de l’autorité publique, « et vous devez montrer l’exemple ». Il conteste avoir été l’auteur de l’acte dont on l’accuse. L’élu explique avoir appelé son beau-frère au téléphone lorsqu’il entend du bruit dans sa bananeraie. « Quelqu’un était là, avec une botte de paille sur la tête, je lui demande de s’arrêter, mais il se retourne et s’enfuit en sautant par dessus les barbelés. »

Me Souhaili replaçait les faits dans le contexte de vols répétés sur les exploitations

Un devoir d’exemplarité

Pour la juge, le fait que I.S. soit quand même allé voir les gendarmes bien qu’entré illégalement sur le terrain est un début de preuve de bonne foi. « Et vous étiez armé ! », lançait-elle à l’endroit du maire. A sa réponse négative, la juge reprend, « Si ! Vous aviez une machette », faisant par la même occasion de l’ensemble des agriculteurs de l’île une nouvelle force armée qui s’ignorait. Sur ce thème, le vice-procureur Tarik Belamiri, semblait tout aussi connaisseur des us et coutumes locales, « pourquoi aviez-vous une machette ? ». Mohamadi Madi Ousseni signalait qu’en allant au champ, « on la prend toujours », et complétait par un phénomène qui est devenu de société, « et je ne veux plus y aller sans et seul avec le risque de tomber sur quelqu’un ».

La faille, c’est de ne pas avoir saisi la machette sur le coup, lors de la plainte, fait valoir le parquet, « on aurait pu en faire une analyse ADN ». C’est le maire lui-même qui ira remettre le coupe-coupe le lendemain à la gendarmerie, « vous avez largement eu le temps de le nettoyer ! ». Pour le vice-procureur, c’est « parole contre parole », mais il ne croit pas à la version de l’élu, « et vous avez un devoir d’exemplarité étant un personnage public ». Il requiert 6 mois de prison avec sursis probatoire* de 24 mois, obligation d’indemniser la victime, interdiction de port d’arme pendant 5 ans.

Beaucoup d’intrus risquent de devenir des victimes…

Le tribunal judiciaire de Mamoudzou

En face, l’avocat du maire Yanis Souhaili replaçait les faits dans le contexte des violences quotidiennes à Mayotte, en s’adressant à la cour : « A travers vos questions, on perçoit les reproches de s’être rendu sur son terrain à cette heure matinale. L’intrus devient la victime. » Il mettait en évidence une exaspération telle chez la population qu’un simple vol peut dégénérer. « Quand c’est tous les jours que vous vous faites voler, vous voyez les choses différemment », plaidait-il.

De sa haute stature l’avocat rappelait la bonne réaction de la famille de son client, quand l’autre homme interpellé dans le champ avait été laissé en liberté, « après que la gendarmerie leur ait dit qu’à 6h30 c’était trop tôt, que la brigade n’était pas ouverte, ils n’ont pas cherché à le maintenir de force avec eux, ils l’ont laissé partir », tentant de donner des gages de bonne foi. En expliquant aussi que le prévenu, fonctionnaire, n’avait jamais eu maille à partir avec la justice.

Si le vice-procureur avait indiqué qu’il ne jugeait pas l’élu mais le citoyen, avec quand même la circonstance aggravante de son rôle de dépositaire de l’autorité publique, la collégialité de juges collera à ses réquisitions, en le condamnant à 6 mois de prison avec sursis simple pour violences avec arme, 5 ans d’interdiction de détention d’une arme, et pas de dispense d’inscription au casier judiciaire. Pas de demi-mesure donc pour ce jugement qui colle à la réalité métropolitaine, mais déconnecté du contexte mahorais.

Me Souhaili nous annonçait que son client interjetait appel.

Anne Perzo-Lafond

* Peine suspendue sous condition du respect des obligations et interdictions qui sont fixées par le tribunal.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Cadres, avenir, Mayotte, CUFR, Université, Mayotte

Cadres d’avenir : cerveaux brillants, manifestez-vous !

0
Pour sa nouvelle promotion 2024-2025, le dispositif « Cadres d’avenir pour Mayotte » ouvre ses recrutements. Lancée en 2018, cette initiative vise à promouvoir la formation de cadres locaux pour soutenir le développement de Mayotte. 

Majikavo : union des habitants pour encadrer les jeunes

0
Ils sont commerçants, pompiers, chefs d’entreprise ou simples citoyens, et ont tous en commun la volonté de participer au rétablissement de la paix dans leur village, "l'Etat apporte sa part, nous devons prendre la nôtre" fusion des énergies et donc de solutions autour de jeunes délinquants désœuvrés dont certains sont diplômés mais sans avenir

Environnement : Le reboisement comme solution pour préserver notre ressource en eau

0
Dans le cadre du projet « Reboisement et remobilisation de la ressource en eau dans le bassin versant de Mbouanatsa », la Fédération Mahoraise des Associations Environnementales en partenariat avec le Groupement Intercommunal des Agriculteurs du Sud de Mayotte ont organisé samedi une opération de plantation d’arbres.
DEAL, Mayotte, MNE

Containers dans la mangrove : la MNE dépose plainte, la DEAL s’explique

0
C’est dans un contexte très tendu de décision préfectorale de rétablir la circulation dès les premiers barrages que sont tournées les images de containers poussés dans la mangrove par des engins de chantier. La levée des blocages permettant, ils seront enlevés dans la semaine, indique la DEAL
CMA, Mayotte, CFA

Sortie de convalescence pour la Chambre des Métiers et de l’Artisanat

0
Après les fortes turbulences d’années de gestion chaotique, il a fallu que la maison mère et l’État se portent au chevet de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et lui prescrivent les remontant appropriés. Après des mois de salaires non payés, les choses rentrent dans l’ordre grâce à une Commission provisoire nommée en octobre 2023. Son président nous parle d’avenir

Recent Comments