21.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilEconomieStade de Cavani, cinéma… ou comment redresser de grands projets bancals

Stade de Cavani, cinéma… ou comment redresser de grands projets bancals

Se faire une toile ou un jogging, c’est la même punition, « en travaux » ! On comprend l’agacement du commun des usagers à Mayotte, qui tournent leur regard vers la grande maison marron sur les hauteurs de Mamoudzou. Si le conseil départemental a redressé ses finances lors de la précédente mandature, celle-ci laisse des chantiers en cours, un fort arrière-goût d’inachevé que le vice-président Salime Mdere récupère en se retroussant les manches. La méthode est à revoir, selon lui.

Les élus départementaux seraient-ils maudits, ou leur méthode pour mener les grands projets serait-elle à revoir ? A cette deuxième option, Salime Mdere, 1er vice-président du Département, qui a la lourde tâche de trois secteurs stratégique, l’Aménagement du territoire, les infrastructures et le foncier, a bien voulu nous répondre.

Le stade de Cavani est une illustration de ce qui peut se faire de pire. Février 2016, pose de la 1ère pierre par le préfet Morsy et le président Soibahadine. Mai 2017, à l’occasion de l’inauguration de la pelouse synthétique, on apprend de la bouche de Mustoihi Mari, Directeur des services techniques au conseil départemental, que la facture a grimpé de 8 à 10 millions d’euros, cofinancés par l’Etat et le conseil départemental, en raison de la découverte d’une zone instable sur une partie du terrain de foot. Qui devait être inauguré deux mois plus tard… Novembre 2019, un procès pour contestation d’avenant est ouvert contre la Colas et le terrain synthétique n’est finalement pas aux normes, nécessitant d’importer du sable d’Egypte. Boostée par ces importations exotiques, la facture continue de monter, jusqu’à 12,8 millions d’euros, intégrant quand même des améliorations par rapport au projet initial. La piste et le mur d’escalade sont alors annoncés.

Voilà pour le retour sur investissements, et la visibilité à ce jour n’est guère meilleure, à en croire Salime Mdere : « Le responsable de la commande publique a trouvé des incohérences sur l’analyse des offres, donc, nous sommes obligés de recommencer. Certaines entreprises ont répondu à nos marchés mais n’ont pas les moyens de faire. » La conséquence directe des retards de paiement des collectivités, qui rendent frileuses les entreprises compétentes à l’idée de soumissionner à leurs marchés. Il va falloir redonner confiance.

Salime Mdere : “Il nous manque des ingénieurs”

Une clôture à épines

Deux volets sont à distinguer : le premier porte sur les vestiaires et les gradins, et le second, sur les courts de tennis et la piste d’athlétisme. « Nous avons fait de nouveaux avenants, mais ça ne solutionne pas tout. Par exemple, les ouvriers ne voulaient plus se rendre sur le chantier pour boucler les travaux, car ils étaient attaqués par des chiens et des voyous qui étaient là pour voler. Nous avons placé des agents de sécurité, ça va pouvoir redémarrer. » C’est le 2ème volet qui pose des problèmes, sur la piste et les courts de tennis, il y a 15 lots, dont une partie est attribuée. Mais par exemple, une entreprise devait intervenir pour réhabiliter la clôture qui en réalité, ne tenait pas. J’ai demandé à tout revoir. » Mais « tout revoir », c’est relancer un marché, alors que l’entreprise l’avait déjà décroché, « elle a menacé de déposer plainte ». Et dans le cas de la signature d’un avenant pour obtenir une nouvelle clôture, même punition, « les concurrents peuvent déposer plainte pour favoritisme envers cette entreprise ». Et l’exemple de la clôture est déclinable à l’envi.

Autre sujet, celui du collège que le rectorat souhaite implanter à proximité, et qui propose de déplacer les courts de tennis. L’élu explique n’avoir pas vu d’un bon œil le projet au départ, « mais maintenant je suis séduit face à un établissement de 600 élèves axé notamment sur l’excellence sportive, qui propose restauration et internat. » Il a reçu l’avis favorable de la Commission patrimoine et foncier. Rappelons qu’il va permettre de scolariser des élèves qui doivent actuellement prendre le bus pour être pris en charge par d’autres établissements.

La cité administrative de Mamoudzou…

Autres dysfonctionnements, ceux du cinéma Alpa Joe. Des bruits de couloir se sont amplifiés jusqu’à atteindre l’artère publique : après avoir mené de lourds travaux pour proposer à la population un cinéma digne de ce nom, et tel que nous l’avons connu il y a 5 ans, le conseil départemental s’apprêterait à le transformer en bureaux… « Pour l’instant, ce n’est pas le cas », nous répond l’élu qui ne reste pas évasif : « Il y a deux cités administratives en gestation. La première à Mamoudzou qui va englober le bâtiment actuel du CD jusqu’à celui de la communication, et intègre donc le cinéma. Qui est conservé tel quel car nous avons besoin d’un cinéma, et qui pourrait être déplacé sur un autre site dans 5 à 6 ans. » Les travaux de la cité administrative devrait commencer en 2023.

Ambiance glaciale au cinéma

Le cinéma affiche malgré tout un écran désespéramment noir, toujours en raison d’un problème de respect du marché, indique l’élu : « Agacés par la lenteur de livraison de la machine censée climatiser la salle, nous avons fini par résilier le marché attribué à l’entreprise… qui a fini par nous la livrer ! Nous allons donc rédiger un protocole d’accord pour que le nouveau prestataire rachète cette machine. C’est en permanence comme ça ! » En dehors de ce rabibochage, « tout est à peu prés prêt pour permettre l’ouverture prochaine de la salle », assure-t-il. Mais ce n’est pas la première fois qu’on nous fait ce film…

… et la cité administrative de Coconi

Une autre cité administrative est prévue à Coconi, « l’équipe de maitrise d’œuvre a été choisie pour une livraison en 2026 ». Un projet de 34 millions d’euros. Elle intègrera 1.500 agents, des DGA Aménagement et Solidarité, dans une logique de déconcentration des services pour désengorger Mamoudzou », qu’avait d’ailleurs initié le président Soibahadine. Ce qui implique de réfléchir au dimensionnement du réseau routier. « La loi 3DS introduit le transfert des 4 routes nationales, mais nous ne voulons récupérer cette compétence qu’avec un réseau en bon état et même élargi. »

Les agents transféré à Coconi pourront bénéficier des dessertes maritimes, rappelle Salime Mdere, qui a coprésidé un comité de pilotage ce jeudi à ce sujet, qui met en place une seule maitrise d’ouvrage pour l’ensemble des transports, maritimes et terrestres. Les premières études sont menées, notamment avec l’appui d’un cabinet conseil, et le choix semble se porter sur des petits navires de 40 à 50 passagers, de 20 à 25 nœuds. Ce qui semble donc écarter les aéroglisseurs auquel nous avions consacré un sujet. Un projet qui nécessite des infrastructures, « du côté de Longoni pas de problème pour le ponton, ce n’est pas le cas à Iloni où il faut aussi de la place pour créer un grand parking. »

Le cinéma est toujours en chantier

En conclusion, l’analyse des déboires est rapidement faite par l’élu : « Il nous manque des ingénieurs, non seulement dans notre DGA Aménagement, mais aussi sur le territoire. La DEAL m’a expliqué que rien que sur les chantiers du syndicat des eaux, ils ont du recruter 5 ingénieurs en métropole. Et nous devons éclater notre direction technique en une direction ports et routes et une direction des bâtiment ». Et nous pourrions rajouter, envoyer les techniciens sur le terrain pour contrôler l’efficience des travaux et encadrer ou donner des pénalités au besoin.

Anne Perzo-Lafond

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139533
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com