24.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 juillet 2022
AccueilEconomieUne chercheuse mahoraise lance Nyfasi, le peigne qui apprivoise les cheveux crépus

Une chercheuse mahoraise lance Nyfasi, le peigne qui apprivoise les cheveux crépus

Elle se positionne sur un marché sans concurrence : le docteur Youmna Mouhamad lance un peigne pour que coiffure ne rime plus avec torture chez celles qui affichent avec coquetterie leurs cheveux afro. Chercheuse en Angleterre, elle y a bénéficié de gros coups de pouce qui lui ont permis de lancer son produit et de le breveter. Il faut maintenant passer à la vitesse supérieure en levant des fonds.

Youmna Mouhamad a eu une idée géniale : améliorer le sort de toutes les filles, petites ou grandes, dont les cheveux crépus ou trop frisés transforment en calvaire les séances de coiffure. Mais avant de tenir en main son peigne magique, l’expérimentée docteur en physique a dû puiser des ressources en elle-même.

Au départ, sa voie était toute tracée après ses études de doctorat. Alors qu’elle travaillait comme chercheuse en ingénierie à l’université de Swansea, la 3ème plus grande du Pays de Galles, elle se remet en question, « je me suis passionnée pour mon travail en recherche et développement, j’avais même créé #IloveMyjob ! Mais au bout de 7 ans, c’était quand même la routine, j’avais des idées que je voulais mettre en pratique ».

Elle se souvient de son job de jeune fille au pair et de Hazel, la petite fille de la maison, « elle n’aimait pas sa chevelure (elle dit ‘son cheveu’, comme les anglais, ndlr), et à chaque séance de coiffure par sa maman de ses cheveux afro, c’était des pleurs pour démêler les nœuds. J’ai eu l’idée d’un peigne adapté, mais je n’ai rien entrepris pendant deux ans, je manquais de confiance en moi ».

S’en suit un cheminement qui la fera passer par un « motive national talk », puis un « coach de vie », et là, elle comprend ses propres blocages, « je sais ce que sont des pensées limitantes maintenant ! » Et tente de trouver son chemin entre une société mahoraise, dont elle reste imprégnée, « qui affiche le mariage comme marqueur de réussite sociale », et la société française occidentale, « qui conserve une relation ambiguë avec la réussite financière, ce n’est pas toujours bien vu. »

L’après shampoing est intégré au peigne

Une bourse de 60.000 euros

Au moment où elle se lance, cela fait quelques années que les filles aux cheveux afro décomplexent à fond, c’est le mouvement nappy, traduction francophone de « natural hair movement ». « Auparavant, beaucoup de femmes se défrisaient les cheveux car c’était moins douloureux et moins long à coiffer. Or, à Mayotte, quand les femmes se coiffent entre elles, se sont des moments privilégiés, de complicité, de détente. C’est ce que j’ai voulu retrouver. » Elle a donc l’idée de créer un peigne doté d’un après-shampoing qui lubrifie et se diffuse au fur et à mesure sur la chevelure, et qu’elle nomme Nyfasi, « convivial, bon temps ». A prononcer à l’anglaise, et oui, « naïfasi » !

Youmna Mouhamad commence par créer un prototype, « moche », imprimé en 3D, dont elle dépose le brevet en Angleterre. Et décroche le gros lot, « j’obtiens une bourse de l’académie royale des ingénieurs, octroyée à seulement 15 découvertes chaque année ». 60.000 euros qui lui permettent de lancer une production à petite échelle, « le modèle et la marque Nyfasi Deluxe Detangler sont acceptés en Angleterre ». Premiers tests grandeur nature de ses soins capillaires sur 30 femmes, 70% l’adoptent.

Elle doit désormais passer à la vitesse supérieure, bien supérieure même, puisqu’elle procède actuellement à une levée de fonds pour déposer un brevet à l’international, d’un coût de 30.000 euros, et pour lancer sa production qui nécessite une configuration spéciale pour ce produit inédit, impliquant un fonds de 150.000 euros.

Un avenir rêvé… Parce qu’elle le vaut bien

Une coiffure avec soin capillaire intégré

C’est le domaine de son partenaire, Dhitoimaraini Foundi, financier et fondateur de la société Olive Crowd, spécialisé dans le financement de sociétés non cotées en Bourse. Il est basé à Maurice. « Quand j’ai rencontré Youmna il y a un an, j’ai tout de suite vu le potentiel de son projet. A ce stade, il faut procéder à l’ouverture du capital de cette société valorisée à 1,9 million d’euros », explique-t-il ce jeud lors de la conférence de presse organisée dans le cadre cosy du Samani Concept store à M’gombani.

L’ouverture porte sur 9% du capital, soit 190.000 euros, avec un versement plancher de 100 euros. Les investisseurs doivent se rendre sur le site de crowdfounding Olive Crowd,  et de se laisser guider. Les sommes sont libellées en roupies mauriciennes, la conversion est automatique. « Lors de l’inscription sur le site, un mail est envoyé pour donner la marche à suivre. » Il faut éventuellement en fonction de sa banque, passer par le système wise.

Le financier annonce des estimations de retour sur investissement de 8,9%, « et dans deux ans, nous procèderons à une nouvelle levée de fonds ». Ce qui ouvre des perspectives, notamment pour les actionnaires, qui pourront alors opter pour une valorisation de leur part en la revendant, « et il n’est pas impossible qu’un grand groupe comme L’Oréal rachète l’entreprise, avec une mise de 400 millions d’euros », anticipe Dhitoimaraini Foundi. Qui évoque une éventuelle introduction en Bourse.

Le système de crowdfunding impose d’atteindre un montant défini, sans quoi, les sommes sont remboursées aux investisseurs, « il faut parvenir à 80% du montant cible ». Ils n’ont pas l’air de se faire de cheveux blancs, pour avoir reçu des garanties financières sur une bonne partie de l’augmentation de capital. « Et j’ai effectué une prévente, sans opération de marketing, j’ai déjà 170 acheteurs », déclare la jeune cheffe d’entreprise. Qui souhaite que 5% de ses recettes soient allouées à une association caritative.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Conférence sur le thème de l’accompagnement des orphelins à Mayotte organisée...

139533
Ce dimanche, l’association DYAMA, Maison des orphelins de Mayotte organise à Mronabéja, en partenariat avec le Conseil Cadial et la Fédération des associations Islamiques...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
AMF, Délégation outre-mer, Mayotte

Création d’une délégation ultramarine au sein de l’Association des maires de France

139533
C'est une 1ère chez les maires de France: ils ouvrent une plage d'expression propre à leurs pairs d'outre-mer. Pour Mayotte, c'est logiquement Madi Madi Souf, président de l'AMM, qui y siège
Assemblée nationale, Mayotte, LR, LIOT, Outre-mer

Les derniers échos ultramarins de l’Assemblée nationale

139533
On sait dans quelle commission vont siéger nos deux députés mahorais. Quant au 10ème groupe politique qui devait être dédié aux députés outre-mer, LIOT, c'est une autre configuration qui émerge

Mayotte La 1ère et l’audiovisuel public vent debout contre le président Macron

139533
Dans le cadre de l’ouverture de la XVIe législature au Palais Bourbon aujourd’hui, les syndicats CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC et CFTC appellent au rassemblement. Un mouvement de contestation suivi localement par la rédaction de Mayotte La Première. L’objectif, alerter les parlementaires sur la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Des perturbations des programmes sont à prévoir.
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139533
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139533
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com