25.9 C
Dzaoudzi
mercredi 25 mai 2022
AccueiljusticeQualifié de "prédateur" il échappe à la prison malgré un gurua sur...

Qualifié de “prédateur” il échappe à la prison malgré un gurua sur une fillette de 11 ans

Deux ans de prison dont un ferme aménageable, c'est la peine infligée à un homme accusé d'avoir pratiqué un gurua sur une toute jeune adolescente, dont il disait être "amoureux" depuis qu'elle était bébé. Malgré le profil inquiétant du prévenu, les réquisitions du parquet, qui demandait 4 ans ferme, n'ont pas été suivies.

Agresser sexuellement une fillette de 11 ans, refuser de répondre aux questions du tribunal, être qualifié de dangereux par le parquet et présenter selon les experts un risque de récidive, et malgré tout ressortir libre. C’est le scénario improbable qui s’est déroulé ce mercredi au tribunal judiciaire de Mamoudzou.
A la barre, un quadragénaire mutique, qui refuse de répondre aux questions, invoquant son droit à garder le silence. Face à lui, des magistrats qui peinent à cerner le personnage. Il lui était reproché une agression sexuelle commise sur une fillette de 11 ans, en 2015. L’adulte aurait entraîné celle qu’il qualifie lui-même de  “petite fille” dans son banga avant de la déshabiller et de pratiquer sur elle un “gurua”. Cette pratique, aussi appelée “pinceau” consiste à se frotter sexe contre sexe jusqu’à l’éjaculation sans déflorer la victime. Certains auteurs présentés à la justice ne voient ainsi pas le mal, en l’absence de pénétration. Une absence de pénétration qui leur fait aussi échapper à la qualification de viol, et donc à la cour d’Assises.

De fait dans cette affaire, l’examen médical de la victime n’a montré aucune lésion gynécologique permettant de qualifier un viol, et l’affaire a été portée devant le tribunal correctionnel, avec tout de même 10 ans de prison encourus.

Mais au delà des faits, c’est la personnalité du prévenu qui interpelle. Après six ans d’instruction et 4 mois de détention provisoire au début de l’enquête, l’homme ne montre à la barre aucune remise en question, n’a pas un mot pour la victime. En garde à vue, il avait affirmé être “fiancé” avec la fillette “depuis un mois”, et être amoureux d’elle “depuis qu’elle a deux ans”. Dans le quartier, son surnom de “demi-dieu” qu’il arbore fièrement sur son masque en tissus, lui viendrait de sa réputation de “prédateur”. Et si le psychiatre ne voit “pas de signe évocateur d’une perversion pédophilique”, ses propos interrogent. “Si je ne l’avais pas fait, d’autres hommes l’auraient fait” a-t-il ainsi assuré au médecin expert qui a conclu à un “risque de récidive “. L’homme aura aussi tenté de se faire passer pour “impuissant”, souffrant de troubles érectiles qui l’innocenteraient, ou d’homme “pieux”. Sans convaincre davantage.

Un “spectacle désolant”

Face à un homme qu’il qualifie de “dangereux”, le procureur exclut la “clémence” et réclame 4 ans ferme, regrettant le “spectacle désolant” d’un prévenu qui garde le silence. “Ce qui trouble aussi, c’est qu’il avait ciblé la jeune fille depuis toute petite, il l’a vue grandir, il ne peut donc pas dire qu’il ignorait son âge. Ce que je vois dans ce silence, c’est un mélange de honte et une difficulté à faire face à ses difficultés. Or cette difficulté est une source de réitération, comment la justice pourrait faire confiance à quelqu’un qui a très peu de recul par rapport aux faits. C’est le signe qu’il ne voit pas le mal dans ce qu’il a fait, il n’a formulé aucun regret, aucun mot d’excuse pour la victime. 6 ans après les faits, le temps de la réflexion est passé. Le rapport qu’il a à ces faits est particulièrement inquiétant, il n’a pas identifié l’infraction qu’il a commise, et sa dangerosité est établie” poursuivait le substitut.

Alors qu’en 2020, un autre prévenu prenait 8 ans de prison pour des faits analogues, les juges ont cette fois été bien plus cléments, prononçant 2 ans de prison dont un avec sursis, la partie ferme étant aménageable par le juge d’application des peines. Si le condamné y est convoqué dans les délais. En attendant, il est ressorti libre.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Baobab Festival, le retour en force des planches

139533
C’est un programme très riche que nous offre l’événement co-organisé par le rectorat de Mayotte et la direction des affaires culturelles de l’Etat. Après deux années de privation sous l’effet Covid, la scène du lycée des Lumières est de nouveau piétinée par des acteurs et actrices amateurs ou confirmés, plus nombreux qu’auparavant en raison de la séquence « Jeunes pousses ». Les classiques y sont remaniés au goût du jour
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139533
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139533
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139533
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139533
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139533
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com