29.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 mai 2022
AccueilorangeProjet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils.

A la dernière minute de l’examen du projet de loi ce jeudi 13 janvier, le président Ben Issa Ousseni signait son avis défavorable au projet de loi Mayotte en l’annexant d’une « demande réitérée d’un projet de loi programme pour le développement économique, social, et sanitaire », à l’invitation du député Kamardine et avant lui, des conseillers départementaux d’opposition qui craignaient qu’un veto non argumenté s’apparente à un caprice vu de Paris. Une mention qui permet de rester dans la course, mais ça c’est le gouvernement qui va en décider.

Pour tenter de sauver in extremis ce qu’ils considèrent comme « une opportunité unique pour Mayotte », les maires, par la voix de leur président Madi Souf, qui avaient livré un avis favorable au projet de loi, ainsi que Thani Mohamed Soilihi, Ramlati Ali et Hassani Abdallah, trois parlementaires du parti présidentiel, soutiennent la démarche initiée par l’Etat, et le font savoir : « Pensé pour moderniser le département et tracer le chemin vers l’égalité républicaine, ce projet permet de répondre par l’action aux préoccupations des mahoraises et des mahorais s’agissant notamment de la lutte contre l’immigration clandestine, du renforcement de l’offre de soins, de l’extension des minimas sociaux et de la modernisation des institutions ».

S’ils rappellent que ce projet est le fruit d’une co-construction avec les élus locaux et parlementaires, chefs d’entreprises, responsables associatifs et citoyens en mai 2021, ils se disent « conscients qu’un certain nombre de points du texte restent à approfondir », et regrettent que d’autres comme l’alignement des droits sociaux, le déplafonnement de la retraite, de nouveaux moyens en fonctionnement et en investissements pour les policiers municipaux Mahorais, ou la suppression des titres de séjour d’exception, « n’aient pas été retenus ».

Le président Ben Issa Ousseni va-t-il reconvoquer son assemblée pour un réexamen ?

Des « postures politiciennes »

Nous avions reproché à certains élus de ne pas avoir su résister comme Ulysse aux sirènes de de la vox populi, les maires et les trois parlementaires parlent eux de « postures politiciennes », alors que l’intention est là, disent-ils, « dix ans après la départementalisation, ce projet permet de sortir d’une certaine inertie antérieurement observée ».

Ils appellent à se baser sur le document envoyé tardivement des 85 propositions pour développer Mayotte, dont nous nous sommes fait l’écho, « tout ne passe pas par la loi », en demandant que la nouvelle génération du Contrat de convergence et de transformation (CCT) de Mayotte « permette d’accompagner financièrement la mise en œuvre des ambitions prévues par la loi ». Signé en 2020, il se monte à 1,6 milliard d’euros pour Mayotte.

Chacun est prié de faire son mea culpa dans cette demande de compromis qui fait écho à une partie des critiques du Conseil économique et social : au gouvernement en dévoilant un calendrier de mise en œuvre des mesures et en tenant compte, comme l’a demandé le conseil départemental, des propositions formulées par l’ensemble des élus, et au conseil départemental de réexaminer le projet de loi sous l’éclairage notamment des « 85 solutions opérationnelles pour Mayotte ».

Le projet de loi organique, dont nous maintenons qu’il est un grain de sable dans l’engrenage, n’est mentionné qu’à travers la volonté affichée d’une “modernisation des institutions”.

Ne pas tirer un trait sur des mois de consultations de la population

Prêchant pour leurs paroisses, les maires demandent enfin une dotation à la hauteur des enjeux exceptionnels de l’île (chômage, immigration, etc.).

Seront-ils entendus alors que le texte devait passer le 2 février en conseil des ministres, comme nous l’a appris notre confrère Patrick Roger du Monde ?

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Colloque sur “La place de la coutume à Mayotte” au CUFR

139533
Le Centre Universitaire de Recherche et de Formation (CUFR) organise la restitution publique du projet de recherche intitulé "La place de la coutume à Mayotte" porté notamment par Aurélien Siri, directeur du CUFR et maître de conférences en Droit privé, qui se déroulera le mercredi 1er juin 2022 à l'amphithéâtre du CUFR de Dembéni
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139533
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139533
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139533
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139533
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139533
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com