UA-49455827-15
27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 janvier 2022
AccueilEconomieUn pilote de "kwassa sanitaire" dispensé de peine au tribunal

Un pilote de “kwassa sanitaire” dispensé de peine au tribunal

Interpellé alors qu'il rapatriait son père adoptif paralysé en kwassa, un jeune homme s'est vu poursuivi pour aide à l'entrée d'étranger sans titre. L'objectif humanitaire et non intéressé du trajet en barque ayant été retenu par la justice, il a été dispensé de peine.

Les affaires de passeurs s’enchaînent et se ressemblent au tribunal de Mamoudzou. Des barques chargées à bloc de passagers et de marchandises, ou des kwassas VIP à plusieurs milliers d’euros pour trois ou quatre passagers, qui tentent de fuir les forces de l’ordre au mépris de la sécurité des occupants, occupent chaque semaine les équipages surveillant les frontières maritimes. Mais celle-ci ne ressemble à aucune autre. On est le 24 décembre 2020, soir de réveillon, quand un radar repère une barque au large. La gendarmerie lance un intercepteur à ses trousses et là, surprise, le pilote coupe le moteur et accueille les militaires à bord. Les gendarmes y trouvent un unique passager, paralysé des deux jambes et d’un bras, et le conduisent rapidement au CHM.

Dans la poche du pilote, la somme de 967€ pose question. Le parquet rejette l’option habituelle d’une comparution immédiate au profit d’une enquête plus poussée. Contrairement à nombre de passeurs, le jeune pilote habite à Mayotte, dispose d’un titre de séjour périmé, mais renouvelé cinq jours plus tard, son profil tranche avec celui des trafiquants d’êtres humains habituels.

“Ce monsieur, c’est lui qui m’a élevé, il n’avait pas d’espoir de guérison, j’ai mis ma vie en péril car pour moi, c’est mon père” explique celui qui n’en “pouvait plus” d’entendre l’état de santé du vieil homme se dégrader à chaque conversation téléphonique. Il l’assure, l’argent, c’était pour payer des soins à Anjouan. Mais en voyant l’état de paralysie du vieil homme, il a finalement décidé de revenir avec lui pour l’amener au CHM.

“Pour moi c’est une fiction totale” a balayé le procureur. “J’ai une autre explication ; il y a des kwassas VIP, une seule personne paye très cher son voyage, et ça explique la somme retrouvée sur lui” poursuivait-il, requérant 6 mois de prison avec sursis et une interdiction du territoire français de 3 ans.

Kwassa VIP ou immunité humanitaire ?

“Nous avons deux sons de cloche dans ce dossier” a constaté l’avocat de la défense, Me Ekeu.  “Il y a une traçabilité pour cette somme, il l’avait sortie du gabier. Le dossier précise qu’il a coupé immédiatement le moteur, ce qu’on voit souvent c’est que les pilotes mettent les gaz et qu’il y a une poursuite, ce n’est pas ce qui s’est passé ici. On parle de barque VIP, ce monsieur est parti de Mayotte à 5h du matin, quand il revient des Comores il aurait pu y embarquer une ou deux personnes de plus, il ne revient qu’avec son papa. On voit qu’il a une carte de séjour épuisée depuis 5 jours, qu’elle va être renouvelée. S’il y avait l’ombre d’un soupçon dans ce dossier, on ne lui aurait pas renouvelé sa carte” plaidait alors l’avocat pour qui “la contrainte morale l’emportait sur la loi”.

“Je ne recommencerai pas, je l’ai fait parce que je n’avais pas le choix” a juré le prévenu à l’issue du procès. A l’issue d’une délibération rapide, le tribunal l’a finalement reconnu coupable d’aide à l’entrée d’étranger sans titre, mais l’a dispensé de peine, “considérant les conditions de l’infraction et qu’en l’absence d’audition du passager, la preuve que vos explications seraient fausses n’est pas rapportée”.

Un kwassa intercepté par la gendarmerie (archives)

Une décision qui rime avec indécision. En effet, une relaxe aurait même pu être prononcée, puisque le Ceseda (le code de l’entrée et du séjour des étrangers et demandeurs d’asile) prévoit qu’on ne peut poursuivre pénalement “toute personne physique ou morale lorsque l’acte reproché n’a donné lieu à aucune contrepartie directe ou indirecte et a consisté à fournir des conseils ou accompagnements juridiques, linguistiques ou sociaux, ou toute autre aide apportée dans un but exclusivement humanitaire”.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

La chanteuse mahoraise Kueena remporte le concours de chant Nyora

139533
Diffusé à la télévision comorienne ainsi que sur les réseaux, le concours Nyora mettaient en concurrence de nombreux chanteurs de l’archipel des Comores. Et...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
UA-49455827-15