UA-49455827-15
27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 janvier 2022
AccueilEducationDes centres de dépistage mis en place par le rectorat à destination...

Des centres de dépistage mis en place par le rectorat à destination des personnels de l’Education Nationale

Pour faire face à la saturation dans les pharmacies, le rectorat de Mayotte a décidé d’ouvrir trois centres de dépistage Covid à destination des personnels de l’Education Nationale. L’initiative s’effectue en parallèle des protocoles de dépistage des élèves dans les établissements, et a vocation à être généralisée sur le territoire.

« Ici on teste les personnels, mais aussi tous ceux qui veulent » déclarait Gilles Halbout lors de la visite du site de dépistage du lycée de Tsararano. Sur place, une salle spéciale a été mise à disposition de quiconque souhaiterait se faire dépister, par un test rhino-pharyngé. L’initiative, comme l’explique le recteur, a été prise en tenant compte de la situation actuelle de l’île : « On a une grosse saturation dans les pharmacies, parce que beaucoup de demandes de la population pour se faire tester. Nous, éducation nationale, on a une obligation de résultats puisque nos personnels sont en première ligne pour le maintien du service public de l’éducation, et donc on se devait d’offrir à nos personnels aussi la possibilité de se faire tester, pendant évidemment la journée, et avec un accès facilité. Quoi de mieux finalement, que d’ouvrir dans nos établissements ces centres de tests pour les personnels ? ».

Le lycée de Tsararano, où un centre de dépistage a été ouvert

Ces centres, au nombre de trois pour le moment, ont ainsi été établis au lycée de Tsararano, au SDIS et à Tsingoni. Tous trois sont ouverts toute la semaine, sur les horaires de travail.  « On verra dans les prochains jours si on peut étendre ces dispositifs, et en ouvrir deux ou trois supplémentaires » précise M Halbout. « Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est que ça soulage les personnels, cela fait qu’ils n’ont pas à aller attendre devant les pharmacies » continue-t-il. Et effectivement, quelques kilomètres plus loin, les abords de la pharmacie du village débordaient de monde.
A l’entrée du site, les personnes venues se faire se faire dépister sont d’abord prises en charge par les équipes administratives, avant d’être orientées vers des sièges soigneusement espacés. Puis, ils passent entre les mains des personnels de la réserve sanitaire qui effectuent eux-mêmes les tests. Un travail partenarial rendu possible grâce bien sûr aux renforts sanitaires venus de métropole, mais aussi à l’équipe de lutte anti-covid créée par le rectorat, et composée d’une quinzaine de personnes recrutées spécialement pour cette mission. Après avoir contribué aux campagnes de vaccination, ces derniers se concentrent sur les tests.

Le recteur à la rencontre des personnels en charge de l’administratif

Mais dans l’établissement, les personnels ne sont pas les seuls à se faire tester. Le recteur rendait alors visite à une infirmière scolaire, qui annonçait s’apprêter à tester trois classes. Du moins, à leur montrer comment utiliser des autotests pour que les jeunes se testent d’eux-mêmes. Pour les élèves recensés positifs, une classe spéciale est mise à disposition pour les isoler. Ils se voient ensuite distribuer les ressources nécessaires pour se retester par la suite.  Tester trois classes entières, « Ça va faire beaucoup de travail, mais notre politique, c’est d’accompagner les élèves pour s’autotester » explique le recteur.

Les personnels de l’Education Nationale en attente du test

Face à tant de complications, beaucoup s’interrogent sur le bien-fondé d’une ouverture des établissements en de telles conditions. A ceci, le recteur répond :
« Les uns et les autres disent : pourquoi est-ce qu’on ne fermerait pas, au premier cas ?
D’abord, parce qu’on a envie aussi de permettre à un maximum d’élèves de pouvoir continuer.
Et puis, plus on sait, plus on restreint les risques.
C’est comme avec d’autres épidémies. Il vaut mieux savoir où on en est et adapter son comportement, et ce n’est pas parce qu’aujourd’hui on est négatif qu’on va pouvoir faire n’importe quoi, c’est l’inverse, c’est parce qu’on sait qu’on est positifs qu’on va se restreindre ».

Mathieu Janvier

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

La chanteuse mahoraise Kueena remporte le concours de chant Nyora

139533
Diffusé à la télévision comorienne ainsi que sur les réseaux, le concours Nyora mettaient en concurrence de nombreux chanteurs de l’archipel des Comores. Et...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
UA-49455827-15