28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 28 novembre 2021
AccueilAfrique"Filière d'immigration africaine", quatre Congolais condamnés

“Filière d’immigration africaine”, quatre Congolais condamnés

La supposée "bande organisée" que pensait avoir démantelé le GELIC s'est réduite à quelques amis ayant aidé des proches à rallier Mayotte, sans enrichissement ni organisation définir. Mais les trajets entre le Congo et Mayotte via Madagascar sont, selon la justice, allés bien au delà du simple geste de solidarité humanitaire. Des peines jusqu'à 12 mois de prison avec sursis ont été prononcées.

Entre 2016 et 2018, l’immigration à Mayotte depuis la région des Grands Lacs a connu une forte hausse. En cause, le règlement de Dublin, qui ne permet d’obtenir l’asile que dans le pays d’entrée dans l’Union Européenne, et qui a convaincu nombre de migrants d’éviter la route via l’Espagne, mais aussi la dégradation sécuritaire dans cette région d’Afrique en proie à l’instabilité et aux exactions.

C’est dans ce contexte qu’avait été créé le GELIC, groupe d’enquête et de lutte contre l’immigration clandestine, après le mouvement social de 2018.

Quelques mois plus tard, ce groupe d’enquête voyait une occasion de démanteler une bande semblant organisée et suspectée d’orchestrer des trajets du Congo vers Mayotte. A la source de cette enquête, un “renseignement anonyme” selon lequel des Congolais venaient à Mayotte demander l’asile politique, prétendant avoir marché jusqu’au Kenya ou la Tanzanie, avant de rallier les Comores puis Mayotte en kwassa, alors qu’ils transitaient en réalité par Madagascar en avion. Selon ce même renseignement, le réseau était animé depuis la région lyonnaise, et les voyageurs payaient autour de 4000€ pour rejoindre Mayotte. Dans les faits, les passagers allaient jusqu’à Tananarive en avion, puis rejoignaient Nosy Be avec un chauffeur de bus avant de prendre une barque direction Mayotte. Là ils étaient orientés vers Solidarité Mayotte pour avoir un hébergement provisoire, et un compatriote leur proposait un travail informel pour subsister le temps de la demande d’asile.

Début 2019, un juge d’instruction était nommé, et rapidement, avec ces renseignements, des interpellations étaient effectuées, 3 à Mayotte et une à Lyon. Au total, plus de 1000 enregistrements téléphoniques étaient versés au dossier pour tenter d’établir des liens entre les quatre mis en cause, et de nombreux flux financiers, notamment par Western Union, étaient tracés.

Mais cette minutie a surtout servi les avocats de la défense, qui ont dégonflé ce qui était un temps présenté comme un gros réseau, responsable de très nombreux passages. “On dit qu’ils facturaient 4000€, jamais un tel montant n’a été atteint” constate Me Simon qui évoque “un grand n’importe quoi”. A l ‘audience, ce sont plutôt des sommes totales de 300à à 4000€ qui sont listées, et encore, réparties en plusieurs dizaines de virements, et reversées en partie à des proches. De quoi convaincre jusqu’au procureur de l’absence “d’enrichissement personnel, là on voit bien que l’intention n’était pas criminelle, mais plus de faire de l’entraide entre compatriotes”.

Délit de solidarité ou filière condamnable ?

Pour l’avocat de la défense Me Andjilani, les accusations sont “un délire”

De plus, si les écoutes téléphoniques montrent bien des liens entre les quatre prévenus, aucune ne met en exergue une hiérarchie ou une organisation permettant de qualifier la “bande organisée”. “Le maître mot de ce dossier, c’est la solidarité” estime Me Souhaïli, quand son confrère Me Andjilani qualifie la procédure de “délire”.

Et quand le substitut du procureur rappelle qu’il faut condamner la mise en danger des passagers des kwassas, Charles Simon bondit. “La sécurité sur les kwassas, d’accord, mais la sécurité au Nord-Kivu, on en parle ? La liberté d’aider autrui dans un but humanitaire est licite” plaide-t-il, réclamant à l’instar de ses confrères la relaxe des prévenus. D’autant qu’aucun kwassa n’a été intercepté, permettant de se rendre compte du nombre potentiel de passagers, ou de leurs conditions de sécurité à bord. Tout au plus les prévenus reconnaissent-ils avoir aidé leurs familles et quelques amis à les rejoindre.

Pas suffisant pour convaincre les juges d’entrer en voie de relaxe. Si la circonstance aggravante de bande organisée a été écartée, tous ont été condamnés pour aide à l’entrée d’étranger sans titre,  trois des prévenus sont condamnés à 12 mois de prison avec sursis, et un à 6 mois avec sursis.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Vanille, Mayotte

Filière en structuration, la vanille se fête le 11 décembre

0
Le territoire va fêter un des produits qui fit l'excellence de la filière agricole en ayant par le passé été couronné au niveau national: la vanille de Mayotte doit retrouver son statut, c'est ce qu'impulse l'association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Une semaine de festivité autour de l'or noir des pâtissiers
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan