27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilEconomie14 dispositifs de concentration de poissons pour une pêche plus durable et...

14 dispositifs de concentration de poissons pour une pêche plus durable et plus rentable

Le Parc naturel marin a financé et installé 14 DCP, des dispositifs censés attirer les poissons, tout autour de l'île. L'objectif est de faciliter la pêche hors lagon tout en soulageant les espèces récifales. Un premier pas vers une pêche durable, qui s'accompagne d'une réflexion sur l'avenir des thoniers senneurs dans les eaux du parc marin.

« Voilà, c’est ça qu’on essaye de protéger ». Souriant, Christophe Fonfreyde, directeur du parc naturel marin de Mayotte, voit un grand groupe de dauphins longs-becs sauter de toutes parts autour du bateau du Parc. « C’est ce qu’on appelle une approche idéale » sourit le directeur, constatant que les dauphins sont venus d’eux-mêmes près du bateau. Un moment aussi joyeux qu’inattendu, car la mission de vendredi ne consistait pas à promouvoir l’approche respectueuse des mammifères marins (dont nous rappelions les règles ici) mais à installer, au large de la passe Longoni, un dispositif de concentration de poissons, ou DCP.

Si la chambre d’agriculture et de pêche de Mayotte  (CAPAM) en avait déjà installé quelques uns il y a une dizaine d’années, avant donc la création du Parc, c’est la première fois que ce dernier prend à sa charge une telle opération. Après plusieurs réunions de concertation avec les professionnels de la pêche, 14 sites hors lagon ont été retenus, tous à proximité des différents villages de pêcheurs, et des passes permettant de s’y rendre. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Christophe Fonfreyde présente les 14 sites d’installation des DCP du Parc tout autour de Mayotte

Chaque DCP est constitué d’un bloc de béton posé au fond de l’eau, à 1000m de profondeur pour celui de Longoni, lequel est relié à la surface par un bout, le long duquel des fanions de plastique reproduisent dans le courant le mouvement des algues. En surface, une bouée équipée d’un réflecteur radar et d’une lumière permettent aux pêcheurs de trouver le site.  Sur le fonctionnement, deux phénomènes naturels conduisent les espèces pélagiques à élire domicile autour des DCP en quelques mois à peine. D’abord, progressivement, « toute une chaine alimentaire se développe autour, au début des algues viennent se fixer, attirant des petits poissons qui attirent à leur tour des plus gros comme les thons » à la manière d’un récif artificiel, explique la docteure Cyrielle Jac, chargée de mission pêche au Parc Marin. « L’autre hypothèse c’est que ça fait un abri », complète Christophe Fonfreyde. « Des fois, sous un simple tronc d’arbre on voit des tonnes de thonidés s’abriter, car ils ont gardé l’habitude depuis tout petits de chercher un abri, et ça fait un agrégateur naturel. Sous un seul tronc on peut voir des milliers de poissons. « 

C’est donc une idée simple et « inspirée par la nature » sourit le directeur du Parc marin.

Un enjeu économique et environnemental

Les marins du Zorba II mettent le mat réflecteur à l’eau

L’intérêt est lui aussi double pour ces dispositifs installés au large. « L’idée c’est que les poissons vont s’agréger autour et on va venir pêcher dessus. Actuellement la pêche est principalement orientée autour de la pêche lagunaire, c’est 35% de la pêche effectuée à Mayotte, mais ce sont des ressources particulièrement sensibles à la pêche alors que les ressources pélagiques comme les thons sont beaucoup moins sensibles à la surpêche, donc l’idée c’est de pousser la pêche vers le large en ciblant les thons, marlins et autres voiliers, qui sont moins sensibles et qu’on peut pêcher en plus grande quantité » explique encore le directeur, soucieux de promouvoir une « pêche durable ». Une pêche qui sera d’autant plus durable que le seront les DCP. Le Parc rappelle à cet effet qu’il est interdit de s’amarrer à ces bouées qui ne sont pas faîtes pour cela. Cette pratique serait la principale cause de casse de DCP dans le monde.

Cette pêche autour des DCP se veut aussi plus rentable pour les pêcheurs, puisque les dispositifs sont pensés à une distance optimale, pour attirer les poissons du large sans nécessiter trop de carburant pour s’y rendre.

Un travail d’une grande minutie. Une fois le bloc à l’eau, rien ne le retient, la moindre erreur pourrait faire capoter toute la mission

Cet enjeu pourrait rapidement offrir un souffle bienvenu aux espèces du lagon, comme les mérous que l’on pêche de plus en plus jeunes. On peut le voir en supermarché, avec des mérous d’une vingtaine de centimètres, bien loin d’avoir atteint l’âge adulte. En effet confirme le directeur du Parc, « les espèces récifales, telles que mérous, carangues et vivaneaux sont très pêchées alors qu’elles se reproduisent tardivement. Or plus on va les pêcher jeunes moins on a de la chance qu’elles se reproduisent, et qu’on continue à en trouver par la suite ». Les pêcheurs sont pourtant dans leur droit puisque  » en termes de règlementation la taille minimale c’est 10cm, à partir de 10cm un pêcheur peut attraper un mérou » indique Cyrielle Jac. Faute d’outil juridique pour protéger ces juvéniles qui sont l’avenir de la ressource dans la lagon, l’idée de pousser la pêche vers le large s’imposait comme une évidence.

Mais au large aussi, les poissons subissent la pression de l’Homme, et la question de la ressource halieutique se pose nécessairement. De fait, en attirant les pélagiques vers les DCP, ces derniers viendront « en concurrence aux thoniers senneurs » qui croisent au large, souligne le directeur du Parc.

La pêche à la senne ne laisse que peu de répit à la vie marine, saisissant sans distinction espèces comestibles et protégées

Même si évidemment les proportions sont incomparables entre la pêche artisanale pratiquée par les professionnels mahorais et l’écumage à échelle industrielle pratiqué tout à fait légalement par ces navires-usines dans les eaux du Parc (en moyenne 3500 tonnes de thons sont pêchés chaque année dans les eaux du Parc). A termes, une délibération de ce dernier vise à bouter ces immenses bateaux plus au large, hors des eaux protégées du Parc Marin, dès le 1er janvier. En attendant de possibles nouvelles de l’Europe sur ce point en début d’année prochaine, une résolution a été prise à l’échelle de l’océan Indien en juin dernier, constant à réduire de quelque 20% la masse des poissons pêchés dans la zone pour les bateaux européens, les Français et Espagnols étant les principaux pêcheurs de la zone.

Ces évolutions témoignent d’une prise de conscience de la fragilité de la biodiversité des océans, et de la nécessité de lever le pied sur leur exploitation. Reste à mettre aussi des moyens pour informer le grand public de ces enjeux. Le consommateur de thon en boîte et autres produits issus de la pêche industrielle, reste en effet le premier et le plus puissant des acteurs pour impulser un vrai virage qui sauvera la pêche artisanale, et la biodiversité qui fait vivre les habitants de la zone.

Y.D.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Incident à l’usine de dessalement : eau coupée en Petite Terre ce samedi

0
La Mahoraise des Eaux informe d’une coupure de la distribution d’eau à la suite d’un dysfonctionnement sur l’usine de dessalement. "Nos équipes sont actuellement sur place pour remettre en service cette unité de production. Nous...

Safina Soula : « Si nous ne levons pas les barrages, nous courrons le...

0
Les Forces Vives « initiales », menées par Safina Soula, ont organisé une conférence de presse ce jeudi 22 février afin de réaffirmer la nécessité de lever les barrages pour pouvoir continuer les négociations avec le gouvernement. Les points de dissension avec le mouvement qui continue à paralyser l’île y ont été largement abordés.
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
DLEM, RSMA, Armées, Sébastien Lecornu, Mayotte, Gabriel Attal, TIG, TIE

Quelle contribution militaire pour encadrer la jeunesse de Mayotte ?

0
Au ministère des Armées, il ne fut pas seulement question de surveillance militaire en appui de la Lutte contre l’immigration clandestine pour les élus. Mais également, dans le droit fil du discours de politique générale du Premier ministre, du retour à l’autorité qu’incarne l’armée
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine

Recent Comments