28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 28 novembre 2021
AccueilEducationLe dispositif « Cadres d’avenir » commence à porter ses fruits

Le dispositif « Cadres d’avenir » commence à porter ses fruits

Lors d’une cérémonie à la Case Rocher ce vendredi 22 octobre au matin, le sous-préfet Jérôme Millet a remis leurs lettres de félicitations aux Mahorais membres du dispositif « cadres d’avenir » revenus récemment sur le territoire. Ce dispositif d’excellence a été mis en place en 2018 pour aider les étudiants ou professionnels souhaitant se former à bien s’adapter hors de leur île de manière à y revenir avec les compétences requises.

Nous avions illustré la réussite de ce programme par l’interview de Nourdine Boinahery, plus jeune inspecteur des finances publiques de France.

Mis en place en 2018, le dispositif « Cadres d’avenir » a été décliné par la préfecture, en partenariat avec LADOM et l’association « Emanciper Mayotte ». Sélectionnant les étudiants ou professionnels en reprise d’études dotés d’un potentiel évident, il a pour objectif de les aider à s’adapter aux conditions très différentes de celles de Mayotte auxquelles ils ont à faire face en métropole ou à La Réunion où ils sont contraints d’aller se former. En effet, les autorités ont constaté que 93% des étudiants mahorais partis dans ces territoires échouaient leur première année, parfois même pour les meilleurs d’entre eux. Un constat que trop de personnes relient à un niveau scolaire particulièrement bas sur l’île au lagon, mais qui en réalité a des origines plus complexes et diverses. « Un étudiant mahorais qui se rend pour la première fois en métropole doit faire face à trois chocs qui peuvent l’entraver dans sa réussite : le choc administratif, le choc culturel et le choc climatique », a expliqué Jérôme Millet.

Le sous-préfet a ensuite détaillé la nature de ces chocs en évoquant notamment la difficulté aux quelle sont confrontés les étudiants pour trouver un logement, pour obtenir leurs droits en termes de sécurité sociale par exemple, mais également leur ignorance parfois des différences existant entre les systèmes métropolitains et mahorais en terme de transport notamment. « J’ai récemment eu vent d’une anecdote véridique à propos d’un étudiant mahorais qui a laissé sa première bourse entre les mains d’un chauffeur de taxi pour lui avoir demandé de faire le trajet Paris-Poitiers, ignorant le prix exorbitant d’une telle course », a expliqué le sous-préfet.

Une aide financière et un suivi psycho-pédagogique sous condition de retour

Fraîchement revenus sur leur île, certains étudiants ont déjà trouvé un emploi quand d’autres sont encore en recherche.

Afin de pallier ces problèmes et de contribuer à la réussite des talents mahorais hors des frontières de leur île, le dispositif sélectionne chaque année 30 étudiants ou professionnels en mobilité. « Nous leur dispensons une formation initiale avant leur départ pour leur expliquer comment cela va se passer là-bas. Ainsi, ils ont moins de surprises. », explique Manarssana Boina, la chargée de mission cohésion sociale au sein de la préfecture, qui pilote le dispositif. Ces étudiants sont évidemment boursiers (via LADOM), mais ils bénéficient surtout d’un suivi psycho-pédagogique. Un conseiller les appelle régulièrement pour leur demander à quelles difficultés ils se heurtent de manière à les aider à les résoudre au mieux. Ce suivi est psychologiquement important pour les étudiants mahorais qui, séparés de leur famille, se sentent souvent isolés d’autant plus avec les confinements qui ont eu cours ces dernières années.

Toutes ces facilités proposées ont cependant un coût : les étudiants bénéficient de la bourse de LADOM pendant une période de 5 ans maximum au terme desquels ils s’engagent à revenir à Mayotte pour y trouver un emploi. « En revanche, les étudiants qui se sont engagés dans des études plus longues, comme les étudiants en médecine par exemple, peuvent continuer à bénéficier de l’accompagnement psycho-pédagogique », précise Manarssara Boina. « Cadres d’avenir » est donc un moyen pour Mayotte non seulement d’aider ses jeunes talents, mais également de limiter la fuite des cerveaux dont notre île est malheureusement bien souvent victime.

Ce vendredi matin, une petite dizaine de jeunes diplômés se sont vu remettre leurs lettres de félicitation par Jérôme Millet. Ils correspondent à la première génération des étudiants du dispositif revenus à Mayotte avec un diplôme en poche pour aider à développer le territoire.

Nora Godeau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Vanille, Mayotte

Filière en structuration, la vanille se fête le 11 décembre

0
Le territoire va fêter un des produits qui fit l'excellence de la filière agricole en ayant par le passé été couronné au niveau national: la vanille de Mayotte doit retrouver son statut, c'est ce qu'impulse l'association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Une semaine de festivité autour de l'or noir des pâtissiers
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan