26.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 août 2022
AccueilorangeInsécurité : sans réponse du gouvernement, le président Soibahadine sollicite le Sénat

Insécurité : sans réponse du gouvernement, le président Soibahadine sollicite le Sénat

L’inefficacité des moyens mis en œuvre pour lutter contre la délinquance, a incité le chef de l’exécutif à interpeller Gérard Larcher. Nous étayons son point de vue sur le Plan Sécurité 2018, dépassé et que très partiellement appliqué.

C’est une histoire de sénateur LR. Nul doute que le président Soibahadine ait gardé des liens de son mandat de sénateur de 2004 à 2011. Il a en tout cas contacté le président Gérard Larcher du Sénat, pour raviver le contenu du courrier cosigné avec ses collègues élus de Mayotte, adressé au premier ministre Jean Castex.

En dehors de la réaction du ministre des outre-mer, pas de réponse pour l’instant à leur demande de placer le territoire en état d’urgence sécuritaire. Ils se basaient sur la loi 55-385 du 3 avril 1955 permettant de placer tout ou partie du territoire métropolitain, ou les départements et collectivités d’outre-mer, en état d’urgence notamment « en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ».

Plusieurs données les y incitent. Dans le courrier du 28 janvier adressé à Gérard Larcher, le président du Département rappelle l’assassinat à Koungou d’un homme de 43 ans le 18 décembre dernier, les meurtres de trois personnes dont 2 mineurs collégiens de 14 et 15 ans à la Vigie le week-end du 22 janvier, et l’insécurité permanente qui sévit, « beaucoup de nos concitoyens se sont fait agresser et sont en situation de détresse ».

On peut désormais rajouter l’explosion des vols avec violence en 2020, +47%, rapportée par le ministère de l’Intérieur.

De la sécurité hors-sol

Un Etat major de sécurité qui date de janvier 2019, sans participation d’un élu ou d’un cadre local

Une situation que la population a fait remonter en 2018, rappelle l’élu, donnant lieu à un Plan sécurité, « mais qui n’a jamais fait l’objet d’une évaluation », et aux moyens « insuffisants et inadaptés ».

Si plusieurs mesures ont été mises en place, d’autres se sont perdues en route, comme la 4ème, « communiquer trimestriellement les chiffres de la délinquance aux élus et aux médias, et associer les citoyens, les représentants de la société civile et des collectivités, à la définition de la politique de sécurité à Mayotte ». Il faut savoir qu’aucun représentant local, élu ou cadre, n’assiste aux Etats-majors de sécurité. Si la 5ème a été concrétisée sur la mise en place d’un centre éducatif renforcé, c’est désormais un Centre éducatif fermé qui est demandé par les élus.

Si ces manquements sont à critiquer, le défaut de vigilance des élus est à souligner, un tel plan, obtenu après la mobilisation de la population, aurait nécessité la mise en place d’un comité de pilotage.

En réaction, un élu local, le maire de Mamoudzou, a organisé des Assises de la sécurité, rappelle Soibahadine Ramadani, « dont les propositions sont en cours de mise en œuvre », mais qui ne porteront pas leurs fruits immédiatement.

Une « indifférence polie », en réaction à la délinquance à Mayotte

Inauguration du Centre éducatif renforcé début juillet 2019, une des mesures du plan Sécurité

Or, la population a besoin de se déplacer sans être agressée quotidiennement, une délinquance « trop longtemps marginalisée ». L’élu souligne notamment « l’émotion unanime et justifiée », soulevée par le « lynchage d’un jeune francilien », quand le triple meurtre de janvier provoque une « indifférence polie ».

Les termes de son courrier reprennent les demandes des élus de Mayotte dans leur courrier : une véritable coopération avec l’Union des Comores pour « fixer durablement les populations chez elles », l’intégration des spécificités de Mayotte dans le code de justice pénale des mineurs, la mise en place de structures adaptées à la prise en charge des mineurs délinquants, l’extension de la circulaire Taubira de partage de la prise en charge de ces mineurs avec les département voisins, etc.

En terme d’immigration clandestine, on ne retrouve étonnamment pas la mesure qui permettrait de la freiner considérablement : l’implantation d’une base avancée d’intercepteurs à l’ilot Mtsamboro, qui permettrait de déployer des moyens rapidement, avec une meilleure portée pour d’éventuels drones.

Le président revient sur l’action pendant sa mandature : le nombre de mineurs placés est passé de 292 en 2015, à 800 actuellement.

Un nouvel appel au gouvernement donc en passant par le numéro 2 de l’Etat, pour « créer une commission d’enquête sénatoriale » sur ce sujet à Mayotte.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Circulation perturbée sur le pont de Dzoumogné au cours des nuits...

139532
La préfecture de Mayotte informe les usagers de la route qu’afin de finaliser le dimensionnement de l’ouvrage de substitution du pont Bailey de Dzoumogné,...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Impunité chez les délinquants ? Un mercredi de violences à Kaweni

139532
A quelques jours de la rentrée scolaire et de la visite prochaine du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer ainsi que du ministre délégué aux Outre-mer, la tension est montée d’un cran ce mercredi à Kaweni. Des violences ont éclaté à la suite de contrôles de la Police aux Frontières obligeant les riverains à se calfeutrer chez eux et la circulation à s’arrêter.
Législatives, Mayotte

Accorder le droit de vote aux étrangers, un sujet politique récurrent toujours aussi épineux

139532
Début août, « à titre personnel », le député Renaissance (ex-LREM) Sacha Houlié a déposé une proposition de loi afin « d'accorder le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales » à tous les étrangers. Un sujet difficilement éludable pour le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin à quelques jours de sa venue à Mayotte.

Commission permanente du CD : l’ensemble des rapports étudiés adoptés

139532
Vendredi dernier, la salle de cinéma Alpa-Joe a accueilli la Commission permanente du Conseil départemental. Pas moins de 36 rapports ordinaires et 13 rapports complémentaires étaient à l’ordre du jour. Tous ont été adoptés qu’il s’agisse de la réduction du taux de taxation sur les produits pétroliers ou encore le maintien du dispositif temporaire d’emplois exceptionnels pour l’accompagnement des transports scolaires.

Vidéo de simulation du projet de piste longue : le virtuel en attendant le...

139532
L’intégration paysagère de la piste longue de l’aéroport de Mayotte a récemment fait l’objet d’une vidéo de simulation dans laquelle le spectateur peut découvrir l’infrastructure finale vue depuis plusieurs sites du lagon et de Petite-Terre. L’occasion de revenir sur l’avancement du projet avec Christophe Masson, délégué à la piste longue de l’aéroport de Mayotte, dans la perspective des visites ministérielles prévues ce mois-ci.

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139532
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com