La paix sociale en-jeux à Koungou

Mra, morpion, jeu de dame ou de palets, les jeux sont nés sous la patte des BAFA Citoyens à Koungou. Ils vont servir de ponts entre villages, et à retisser du lien entre parents et enfants.

0
255
Mra, BAFA CItoyen, Koungou, Mayotte
Les BAFA citoyen disputent une partie de m'ra qu'ils ont eux-mêmes construits

Thème roi des Assises de la Sécurité avec l’école coranique – et il lui est étroitement lié – la parentalité est déjà au cœur de multiples actions sur le territoire. Les Céméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active) qui travaillent sur le lien parents-enfants par le jeu font figure de leader. Le Centre communal d’action social (CCAS) de la Koungou et la politique de la ville les avaient sollicités sur une action à triple détente : attirer les parents pour une pause jeu partagée avec leurs enfants, mélanger les jeunes de différents villages pour tuer dans l’œuf d’éventuelles guerres de bandes de conquête territoriales, et donner du grain à moudre aux 60 BAFA Citoyens en cours de formation que nous avions suivis.

Tous les samedis ce petit monde se retrouve en alternant les lieux de rendez-vous dans chacun des 6 villages de la commune : les deux Majicavo, Koungou, Trévani, Kangani et Longoni. « Les BAFA citoyens ont réalisé des jeux en bois, encadrés par les associations propre à chaque village. Niamoja, Mashakamedia et Regards du cœur sont de Longoni, APECCK de Majicavo Lamir, 100 limites de Trévani, etc. », rapporte Nadia Manteau, Chargée de l’insertion au CCAS.

« Ça me plaît l’animation »

Salami Ahmed explique avoir trouvé sa voie

Salami Ahmed est en train de disputer un M’ra, confectionné par lui et ses petits copains du BAFA. Avant de le passer, il ne savait pas quoi faire de ses journées et de ses 22 années : « J’avais raté le diplôme au lycée professionnel de Chirongui, et je trainais. Mon coach de foot est venu me proposer de passer le BAFA, et je suis maintenant animateur à ‘Je veux savoir’ à Majicavo Lamir. » S’il a validé le BAF pratique, il faut encore qu’il s’accroche, « je suis en contrat de 6 mois, mais j’ai envie de rester pour m’occuper des 3-6 ans. Je leur faits faire des activités manuelles et sportives, ça me plaît l’animation. »

Travailler l’expression orale, c’est un des challenges notamment pour Saïd Omar Elamine et Rachid Ibrahim, de Majicavo Koropa 2, BAFA comme lui, pour mener à bien leur projet, eux qui ne faisaient rien de leurs journées, et s’insérer définitivement.

Ce samedi ils présentaient leurs réalisations aux élus de la communes, avant de lancer cette semaine le Festival de jeux sur 3 jours. Il débutera le 19 novembre au collège de Koungou, nous apprend Zouhoura Assani, Référente Céméa coordonnatrice des partenaires et présidente de Regards du cœur : « Les élèves qui sont en étude pourront venir profiter des jeux construits par les BAFA Citoyens, qui mettront en pratique ce qu’ils ont appris en animant. »

Une partie de palets disputée

Le 20 novembre, ce sera au tour du collège de Majicavo, « mais nous investirons aussi des salles de classes d’écoles primaires à Trévani et Longoni. » Le dernier samedi du festival, ils seront tous réunis au collège de Majicavo pour une finale en beauté. »

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here