29.8 C
Mamoudzou
vendredi 19 avril 2024
AccueilorangePas de carte blanche pour les élus lors de la rencontre à...

Pas de carte blanche pour les élus lors de la rencontre à Matignon

Social

C’est avec les épaules chargées que les élus de Mayotte prennent l’avion pour Paris : ils doivent défendre les 101 mesures de la Plateforme revendicative des leaders de la mobilisation, enfin celles qui n’ont pas été mises en suspens, « comme la piste longue ». Ces derniers ne sont pas conviés, et si la pilule a été difficile à avaler pour ces lanceurs d’alerte, ils ont tenu une réunion ce samedi à Tsingoni, pour cadrer les échanges avec le premier ministre Edouard Philippe lors de la rencontre le 19 avril.

Les élus conviés à Paris, les 4 parlementaires, 2 conseillers départementaux, le président Soibahadine Ibrahim Ramadani et Ben Issa Ousseni, en charge des finances, et non Issa Abdou comme initialement prévu, 2 maires, Saïd Omar Oili, président de l’Association des maires, et Mohamed Bacar, n’ont pas tous assisté à la réunion de Tsingoni, ce qui rend l’exercice délicat. C’est pourquoi les leaders ont adressé un communiqué (Lire Projet de lettre ouverte aux élus) pour mettre les choses au point.

Primo, ce qui n’est pas négociable : « Le statut de Mayotte Département Français régi par l’article 73 de la constitution ne peut être remis en cause par un quelconque toilettage institutionnel ». Premier écueil : le président Soibahadine, défend mordicus son toilettage institutionnel pour récupérer les compensations des compétences d’une région que Mayotte exerce déjà partiellement. Ce qui ne remet pas en cause l’inscription à l’article 73.

Sur la même voie du sens interdit, la feuille de route « ou tout autre projet de coopération visant à faciliter la circulation des hommes sur un périmètre strictement régional sera considéré comme une trahison quel que soient les enjeux diplomatiques ». Deuxième écueil, il y a fort à parier que la feuille de route soit l’enjeu des discussions actuelles entre l’Union des Comores et le gouvernement français.

Des routes, pas des préaux

La dernière rencontre des leaders avec le préfet-Délégué du gouvernement, ce 13 avril (Photo préfecture de Mayotte)

Deuxième point, les deux motifs initiateurs du mouvement, luttes contre l’insécurité et contre l’immigration clandestine, restent la préoccupation majeure de la population. Or, « les mahorais constatent que la situation s’est empirée malgré les grandes annonces de mesures d’urgence du gouvernement. Les ‘kwassa’ accostent sur nos plages par contingents au vu et au su de tous, et le niveau de cambriolage reste très soutenu. » Le dispensaire de Koungou, visité par Dominique Voynet, faisait notamment état de 6 nouveaux patients récemment arrivés quotidiens, ces dernières semaines. Les effets du blocus des reconduites par les dirigeants comoriens, qui vient d’être allégé ce week-end.

Troisième et dernier point, décliné au pluriel, le sous-investissement structurel dont a été victime Mayotte, et qui devra être largement abordé notamment en présence de la délégation interministérielle lors de la remise de son rapport : « L’alignement de Mayotte aux standards commun avec la métropole exige un plan d’investissement exceptionnel, qu’il s’agisse de l’éducation, de la santé, du réseau routier à créer, de la piste longue d’atterrissage, du Port de Longoni, de la liaison entre les deux îles, de l’assainissement, de l’habitat et du logement etc., pour ne citer que cela. Les mahorais ne sont plus en mesure de se contenter des mesurettes de réfection de caniveaux ou d’extension de préau en guise de réfectoire dans les écoles. Entretemps, au nom de l’égalité réelle, la continuité territoriale doit jouer pleinement son rôle dans tous les domaines (éducation, santé, justice, etc.) »

Le Collectif et l’intersyndicale alertent les élus sur l’épée de Damoclès au dessus de leurs têtes : « La population reste attentive et vigilante sur l’issue de ces échanges parisiens pour décider des suites à donner à la mobilisation en cours. Elle espère voir s’affirmer l’unité annoncée, l’unité et l’affirmation des élus dans cette vision ambitieuse de Mayotte et dans son ancrage dans la République. »

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Sport : Bientôt la 4ème édition du « Trail du Caméléon »

0
Le Club d’Athlétisme de Mamoudzou (CAM) et la mairie de Mamoudzou lancent la 4ème édition du « Trail du Caméléon » le dimanche 26 mai à la MJC de Kawéni. L’objectif de cette édition est de créer un événement rassembleur de toutes les générations.
Mayotte, rectorat,

Face aux directeurs d’école, Jacques Mikulovic ambitionne de « relever le défi du choc...

0
Les chefs d’établissements du premier degré avaient rendez-vous mercredi après-midi avec le recteur et son équipe afin de faire « un bilan d’étape » mais aussi préparer en amont la prochaine rentrée scolaire de septembre. Plusieurs thèmes étaient à l’ordre du jour comme les moyens mis en œuvre pour le 1er degré, la carte scolaire, l’évaluation des élèves mais aussi l’organisation de la nouvelle 6e.
DRFIP, impôt, Mayotte, EFS, France services

Impôts : pour déclarer, souriez, vous êtes accompagnés !

0
Si quelques petites nouveautés sont à noter pour cette campagne d’imposition sur les revenus mouture 2024, c’est surtout du côté du recouvrement de l’impôt que ça bouge à Mayotte. Avec un accent mis sur « l’aller vers » dans les 15 Maisons France service, et la lutte contre la fraude
eSIM, Orange, smartphone, Mayotte, La Réunion

L’eSIM, la carte SIM virtuelle de téléphone, disponible à Mayotte

0
Notre département franchit un peu plus le pas vers le virtuel avec l'arrivée de l’eSIM annonce l’opérateur Orange qui met cette évolution en place également à La Réunion
Place nette, Guévenoux, Mayotte

Premier épisode de l’opération « Mayotte place nette » à Doujani 2

0
Alors que le début de l’opération « Mayotte place nette » n’avait même pas encore été annoncé officiellement, son premier épisode consistant à détruire 220 habitations illégales dans le quartier informel de Doujani 2 a commencé ce mardi matin

Recent Comments