28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilorangePas de carte blanche pour les élus lors de la rencontre à...

Pas de carte blanche pour les élus lors de la rencontre à Matignon

Social

C’est avec les épaules chargées que les élus de Mayotte prennent l’avion pour Paris : ils doivent défendre les 101 mesures de la Plateforme revendicative des leaders de la mobilisation, enfin celles qui n’ont pas été mises en suspens, « comme la piste longue ». Ces derniers ne sont pas conviés, et si la pilule a été difficile à avaler pour ces lanceurs d’alerte, ils ont tenu une réunion ce samedi à Tsingoni, pour cadrer les échanges avec le premier ministre Edouard Philippe lors de la rencontre le 19 avril.

Les élus conviés à Paris, les 4 parlementaires, 2 conseillers départementaux, le président Soibahadine Ibrahim Ramadani et Ben Issa Ousseni, en charge des finances, et non Issa Abdou comme initialement prévu, 2 maires, Saïd Omar Oili, président de l’Association des maires, et Mohamed Bacar, n’ont pas tous assisté à la réunion de Tsingoni, ce qui rend l’exercice délicat. C’est pourquoi les leaders ont adressé un communiqué (Lire Projet de lettre ouverte aux élus) pour mettre les choses au point.

Primo, ce qui n’est pas négociable : « Le statut de Mayotte Département Français régi par l’article 73 de la constitution ne peut être remis en cause par un quelconque toilettage institutionnel ». Premier écueil : le président Soibahadine, défend mordicus son toilettage institutionnel pour récupérer les compensations des compétences d’une région que Mayotte exerce déjà partiellement. Ce qui ne remet pas en cause l’inscription à l’article 73.

Sur la même voie du sens interdit, la feuille de route « ou tout autre projet de coopération visant à faciliter la circulation des hommes sur un périmètre strictement régional sera considéré comme une trahison quel que soient les enjeux diplomatiques ». Deuxième écueil, il y a fort à parier que la feuille de route soit l’enjeu des discussions actuelles entre l’Union des Comores et le gouvernement français.

Des routes, pas des préaux

La dernière rencontre des leaders avec le préfet-Délégué du gouvernement, ce 13 avril (Photo préfecture de Mayotte)

Deuxième point, les deux motifs initiateurs du mouvement, luttes contre l’insécurité et contre l’immigration clandestine, restent la préoccupation majeure de la population. Or, « les mahorais constatent que la situation s’est empirée malgré les grandes annonces de mesures d’urgence du gouvernement. Les ‘kwassa’ accostent sur nos plages par contingents au vu et au su de tous, et le niveau de cambriolage reste très soutenu. » Le dispensaire de Koungou, visité par Dominique Voynet, faisait notamment état de 6 nouveaux patients récemment arrivés quotidiens, ces dernières semaines. Les effets du blocus des reconduites par les dirigeants comoriens, qui vient d’être allégé ce week-end.

Troisième et dernier point, décliné au pluriel, le sous-investissement structurel dont a été victime Mayotte, et qui devra être largement abordé notamment en présence de la délégation interministérielle lors de la remise de son rapport : « L’alignement de Mayotte aux standards commun avec la métropole exige un plan d’investissement exceptionnel, qu’il s’agisse de l’éducation, de la santé, du réseau routier à créer, de la piste longue d’atterrissage, du Port de Longoni, de la liaison entre les deux îles, de l’assainissement, de l’habitat et du logement etc., pour ne citer que cela. Les mahorais ne sont plus en mesure de se contenter des mesurettes de réfection de caniveaux ou d’extension de préau en guise de réfectoire dans les écoles. Entretemps, au nom de l’égalité réelle, la continuité territoriale doit jouer pleinement son rôle dans tous les domaines (éducation, santé, justice, etc.) »

Le Collectif et l’intersyndicale alertent les élus sur l’épée de Damoclès au dessus de leurs têtes : « La population reste attentive et vigilante sur l’issue de ces échanges parisiens pour décider des suites à donner à la mobilisation en cours. Elle espère voir s’affirmer l’unité annoncée, l’unité et l’affirmation des élus dans cette vision ambitieuse de Mayotte et dans son ancrage dans la République. »

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Un jeune, une solution, Macron, DEETS,Apprentis d'Auteuil, Mayotte

Les enjeux de la prévention de la délinquance s’invitent à l’inauguration...

139533
« Oui je vous mets la pression, et oui nous attendons des résultats », déclarait le vice-président du CD Madi Velou aux associations, lors de la présentation du plan national « Un jeune, une solution ». Il est astucieusement décliné par Apprentis d’Auteuil au sein du service de prévention spécialisée. Une insertion durable des jeunes est attendue
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com