Le comité Jeunes de Koungou fête le retour de ses ambassadeurs

0
237

Ils sont restés 15 jours à La Réunion pour chercher de bonnes idées à transposer dans leur commune. Et ils ont déjà tiré de belles leçons de cette expérience.

Joyeuse rencontre entre le comité Jeunes de Koungou et une association Mahoraise de La Réunion
Joyeuse rencontre entre le comité Jeunes de Koungou et une association Mahoraise de La Réunion

Des effusions de joies, des chants, des danses… La nuit était tombée depuis longtemps hier soir quand, dans l’aéroport de Pamandzi, on a fêté le retour de La Réunion de jeunes de Koungou. Ils sont partis deux semaines pour une opération attendue depuis longtemps. Financée par la mairie, il a fallu deux ans pour boucler le budget. Mais à voir la joie des voyageurs, leur patience a été récompensée. «On avait envie de voir comment ça se passe ailleurs», expliquent ce jeunes, tous âgés de 17 à 20 ans.

Ils sont 11 à être partis encadrés par 2 élus et une coordinatrice. «On a établi le programme à Mayotte et ils étaient surpris de la quantité d’activités et de rencontres prévues. Ils pensaient partir pour des vacances mais chaque soir, ils étaient sur les rotules», explique Machiatta Ismael, chef de projet politique de la ville à Koungou. Réveil à 6 heures avec au menu de la découverte avec par exemple un tour de l’île, un passage au volcan ou la visite de la mairie de Saint-Denis, et des échanges avec des associations. Un voyage instructif, même si le comité jeunes de Saint-Denis leur a fait faux bond.
«Moi, j’ai aimé découvrir l’histoire de La Réunion, l’esclavage, le travail des maires de Saint-Denis depuis le début», raconte Nouria.

Donner de l’espoir

Les élus aussi ont appris des choses. «Ce qui est frappant à Saint-Denis, c’est la place qu’ils donnent aux jeunes, l’intérêt qu’ils ont pour eux. Ils les encouragent à réaliser des projets», explique Anfiati Oussene, coordinatrice du comité Jeunes de Koungou. «Ils ont compris que la cohésion sociale passe par la réussite de la jeunesse. Il donnent de l’espoir en accompagnant toutes les idées, artistiques, de création d’entreprise ou d’échanges», complète Maoulida Hamisse, maire adjoint chargé de la jeunesse et de la culture.

Les jeunes du comité et leurs accopagnateurs ont échangé avec des élus de Saint Denis
Les jeunes du comité et leurs accompagnateurs ont échangé avec des élus de Saint Denis

Le comité Jeunes de Koungou a été créé en 2013. Ce n’est pas une association mais bel et bien un service de la commune. Son ambition: mettre un terme aux querelles entre villages et faire en sorte que les jeunes se retrouvent et fassent des activités ensemble. Ainsi, le comité réunit ses membres une fois par mois pour parler de ce qui ne va pas et tenter de trouver des solutions à partir des expériences des autres. «Ils échangent entre eux et ensuite, ils nous font remonter les infos et leurs idées», explique Maoulida Hamisse. C’est eux, par exemple, qui étaient à l’origine d’un concours de lecture pour inciter les jeunes à s’inscrire à la bibliothèque ou encore de journées de nettoyage.

Se développer tous ensemble

«On veut changer l’image des jeunes de la commune parce qu’ils le méritent. L’idée est de mettre en place des actions positives pour les valoriser et les mobiliser», précise Machiatta Ismael. Le mot d’ordre du comité : «Organiser, encourager, promouvoir et développer». Et précisément, sur la question du développement, tous les jeunes ont unanimement été touchés par le discours du maire de Saint-Denis qui les a reçus lors de la visite de la mairie.

Rencontre à Saint André avec les membres de l'association Uragan
Rencontre à Saint André avec les membres de l’association Uragan

«C’est ce qui m’a le plus marqué. Quand il parle, même si tu n’as pas envie, tu es obligé de l’écouter tellement il dit des choses justes», s’enthousiasme Raïssa. «Il dit que les politiques parlent tout le temps de développer Mayotte. Mais en fait, c’est les Mahorais qu’il faut développer». Nouria complète: «Si tu fais une belle vitrine et que le gars à côté il n’a rien, il va la casser. Il faut qu’on avance tous ensemble, les uns avec les autres pour que ça marche». Une belle philosophie qu’ils promettent tous de transmettre à ceux qui n’ont pas pu partir.

Se structurer pour avancer

Le bilan complet du voyage devait être fait en fin de semaine mais leur programme trop chargé ne le permet pas. Leur week-end à Koungou promet en effet d’être vivant entre une battle de danses et de chants traditionnels et un tournoi de foot.

Mais avant même de faire ce bilan, tous ont compris que leur comité doit être bien structuré pour monter des projets et les mener à leur terme. Bref, ces jeunes sont plus motivés que jamais pour faire avancer leur commune et, en même temps, bien avancer dans leur vie.
RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here