25.9 C
Dzaoudzi
vendredi 1 juillet 2022
AccueilEconomieSodifram : risques de pénuries et d’affrontements

Sodifram : risques de pénuries et d’affrontements

Rassemblement des non-grévistes, chômage technique, fermeture des magasins à partir de lundi… la Sodifram envisage de multiples scénarios si les forces de l’ordre n’interviennent pas contre le piquet de grève qui paralyse l’entreprise. La société lance également une alerte à la pénurie.

La préparation du rassemblement des non-grévistes de lundi matin à Kawéni
La préparation du rassemblement des non-grévistes de lundi matin à Kawéni

Au 7e jour du blocage de tout ravitaillement des magasins Sodifram, le groupe avance un risque sérieux de pénurie d’un grand nombre de produits. Depuis lundi, une partie des 120 salariés en grève sur les 550 du groupe empêche la circulation des camions de la société de distribution et les magasins commencent à manquer de produits. Les rayons frais sont vides dans les plus petites structures et ce sont maintenant les denrées de première nécessité qui disparaissent des rayons faute de réapprovisionnement. Plusieurs magasins n’ont plus de sucre, celui de Chiconi n’a plus de riz. A Passamainty, ce sont l’huile et la farine qui ne sont plus disponibles.

La direction de la Sodifram au grand complet avait organisé une conférence de presse ce samedi pour souligner le risque pour l’ensemble du département : «A Mayotte, quand la Sodifram est en rupture, les autres le sont en 48 heures», expliquait les cadres du groupe, car les consommateurs font leurs achats chez les concurrents et surtout, ils font des stocks.

La chaîne logistique se bloque

Au-delà des magasins, c’est toute la chaîne logistique qui se bloque peu à peu. Si les enseignes ne sont plus réalimentées, cela signifie que les entrepôts du groupe sont pleins et que les containers de marchandises s’entassent sur le port. Selon la direction de la Sodifram, 230 containers sont en attente à Longoni, contre moins d’une centaine en temps normal. On approche de la saturation d’autant qu’un bateau avec une trentaine de containers supplémentaires est attendu jeudi.

La conférence de presse de la direction de la Sodifram ce samedi
La conférence de presse de la direction de la Sodifram ce samedi

Dans la zone logistique du groupe à Kawéni, 80 containers sont également en attente de déchargement. Lorsque le déblocage sera effectif, il faudra du temps pour que l’ensemble de la chaîne rattrape son retard et fonctionne à nouveau normalement.

Si les conséquences économiques ne sont pas encore quantifiables pour le groupe, la période est sensible. «Durant les huit jours qui encadrent le début du ramadan, le chiffre d’affaires est multiplié par trois», indiquait la direction et l’ensemble des produits doivent être répartis trois semaines avant. Or, le ramadan débute dans moins de deux semaines.

Quelle issue ?

La Sodifram commence à envisager du chômage technique pour certains salariés, notamment dans les petits magasins qui n’ont plus de stock ou pour les chauffeurs des camions dont l’outil de travail est bloqué par les grévistes. Une pétition circule déjà parmi les salariés non-grévistes du groupe pour demander un retour à la normale.

"Laissez nous bosser", slogan de la manifestation de lundi matin
“Laissez nous bosser”, slogan de la manifestation de lundi matin

Si le blocage persiste lundi matin, la tension pourrait atteindre son paroxysme. La direction envisage de demander à l’ensemble des magasins du groupe de rester fermé pour que les salariés non-grévistes se regroupent à Kawéni. Le slogan du rassemblement serait tout simplement «Laissez nous bosser» et les panneaux sont en préparation. Mais le regroupement pourrait se transformer en manifestation voire en opération coup de poing contre le barrage des grévistes.

Compte tenu du climat extrêmement tendu, on pourrait s’acheminer tout droit vers un affrontement. «Si un salarié perd son sang-froid et que ça se termine dans un bain de sang qui est responsable ?», demandait un cadre du groupe. L’Etat est directement visé, accusé de «non-assistance à entreprise en danger» pour n’avoir pas envoyé les forces de l’ordre pour faire respecter la décision de justice de jeudi.

Retour devant la justice

Après avoir été longuement reçu après le coup de force de vendredi à la préfecture, le groupe ne comprend toujours pas pourquoi le préfet n’a pas autorisé cette intervention. La direction a donc décidé de faire appel de l’ordonnance pour que soit notifié de façon explicite l’envoi des forces de l’ordre pour faire appliquer l’interdiction du blocage des camions.

Lundi matin à 8 heures, la justice écoutera à nouveau les arguments des uns et des autres pendant que les non-grévistes iront au contact des grévistes. Le conflit social pourrait se transformer en conflit tout court.
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Ateliers de la coopération internationale, le futur de Mayotte se construit...

139127
Ce jeudi s’est tenue la première édition des Ateliers de la coopération Internationale en présence d’une délégation d’officiels malgaches. Faire la promotion des échanges économiques, culturels, sportifs et renforcer la coopération afin d’améliorer l’intégration du 101e département dans son environnement régional, des objectifs ambitieux pour préparer le futur de Mayotte.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
AMF, Délégation outre-mer, Mayotte

Création d’une délégation ultramarine au sein de l’Association des maires de France

139127
C'est une 1ère chez les maires de France: ils ouvrent une plage d'expression propre à leurs pairs d'outre-mer. Pour Mayotte, c'est logiquement Madi Madi Souf, président de l'AMM, qui y siège
Assemblée nationale, Mayotte, LR, LIOT, Outre-mer

Les derniers échos ultramarins de l’Assemblée nationale

139127
On sait dans quelle commission vont siéger nos deux députés mahorais. Quant au 10ème groupe politique qui devait être dédié aux députés outre-mer, LIOT, c'est une autre configuration qui émerge

Mayotte La 1ère et l’audiovisuel public vent debout contre le président Macron

139127
Dans le cadre de l’ouverture de la XVIe législature au Palais Bourbon aujourd’hui, les syndicats CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC et CFTC appellent au rassemblement. Un mouvement de contestation suivi localement par la rédaction de Mayotte La Première. L’objectif, alerter les parlementaires sur la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Des perturbations des programmes sont à prévoir.
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139127
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139127
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com