28.8 C
Mamoudzou
dimanche 25 février 2024
AccueilFaits diversTribunal judiciaire : coup de couteau sur fond de rivalité entre quartier

Tribunal judiciaire : coup de couteau sur fond de rivalité entre quartier

Un homme était présenté devant le tribunal ce lundi en comparution immédiate pour des faits violence aggravée par deux circonstances. Ils se sont déroulés jeudi dernier sur la commune de Koungou.

Alors qu’un homme rentrait chez lui après le travail, il s’est fait invectiver par un individu totalement ivre et à moitié nu sur la voie publique. Ce dernier lui a par ailleurs donné un coup de couteau dans le dos, fort heureusement sans trop de gravité mais la victime a quand même eu 10 jours d’ITT. Les causes de cette altercation? La victime en question aurait déménagé de Trevani pour aller habiter à Koungou et aurait soi-disant participé à l’agression d’une femme avec son enfant quelques jour auparavant, selon les dires du prévenu.

Il y avait comme un air de rentrée scolaire hier au tribunal judiciaire.

«  Vous vous faites justice vous-même ? Qui vous a donné ce droit ? Interroge la présidente du tribunal, Catherine Vannier. Tout ça parce qu’il a déménagé de Trevani pour Koungou, c’est ça ? – Je ne voulais pas… Mais quand les jeunes de Koungou descendent chez nous il font n’importe quoi », répond l’accusé. Il faut dire que ce dernier était mal placé pour dire cela car lui aussi a fait n’importe quoi sous l’emprise de l’alcool puisqu’il aurait bu durant la journée de jeudi une bouteille de whisky à deux, ainsi que des bières et une bouteille de vin. «  Vous savez que l’alcool n’est pas une circonstance atténuante mais aggravante, lui précise la présidente. Qu’est-ce que ça veut dire ?! Je ne comprends vraiment pas ces comportements, tout ce cycle de violence ! », s’insurge Catherine Vannier.

L’accusé était en récidive légale 

Comme l’a souligné le substitut du procureur, Tarik Belamiri, le prévenu était sorti de Majicavo le 3 mai dernier et avait l’interdiction de porter une arme pendant une durée de trois ans. De plus, son casier judiciaire portait déjà deux condamnations dont une pour vol en réunion avec violence. « Vous êtes sorti de prison il y a un peu plus de 6 mois… Vous comptez y aller souvent à Majicavo, ironise la présidente. Il va falloir régler vos problèmes d’addiction à l’alcool et au cannabis », complète-t-elle. Le procureur dans son réquisitoire a demandé une peine dissuasive au tribunal : « Il a déjà fait 6 mois de prison, et cette fois-ci il était totalement saoul. Ce sont des faits graves pour un motif futile. Je vous demande donc de la prison ferme ».

Le code pénal n’est jamais loin du président du tribunal…

L’avocat de la défense, maître Rahmani, a mis en exergue les problèmes d’addiction de l’accusé. « Il ne cherche pas d’excuses… il a reconnu les faits et a admis qu’il n’y a aucune légitimité à commettre des actes de violence. Son problème c’est l’alcool, quand il est saoul c’est une autre personnalité mais il n’a aucun antécédent psychiatrique », a- t-il expliqué devant le tribunal.

Après avoir délibéré, le tribunal a condamné l’accusé à deux ans de prison, dont un an assorti d’un sursis probatoire, avec en plus une obligation de soins, de trouver un travail ou une formation, et d’indemniser la victime pour le préjudice moral.

B.J.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
DLEM, RSMA, Armées, Sébastien Lecornu, Mayotte, Gabriel Attal, TIG, TIE

Quelle contribution militaire pour encadrer la jeunesse de Mayotte ?

0
Au ministère des Armées, il ne fut pas seulement question de surveillance militaire en appui de la Lutte contre l’immigration clandestine pour les élus. Mais également, dans le droit fil du discours de politique générale du Premier ministre, du retour à l’autorité qu’incarne l’armée
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Eric Ciotti, Mansour Kamardine, Mayotte, Emmanuel Macron,

Eric Ciotti demande l’instauration de l’état d’urgence sécuritaire à Mayotte

0
C’est la vertu du démarchage des élus, et le bénéfice d’avoir fait venir le président des LR à Mayotte : Eric Ciotti se fait un porte-voix de leurs demandes

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.

Recent Comments