27.8 C
Mamoudzou
vendredi 23 février 2024
AccueilEducationDeux étudiantes mahoraises en métropole envisagent la réorientation pour un avenir meilleur

Deux étudiantes mahoraises en métropole envisagent la réorientation pour un avenir meilleur

En ce début de deuxième semestre, nous avons rencontré deux étudiantes mahoraises fraîchement débarquées en métropole. Elles sont toutes les deux inscrites en première année d’études, sociologie pour l’une et psychologie pour l’autre, à l’Université de Franche-Comté à Besançon. Quelle perspective pour ces deux étudiantes.

Après l’obtention de son baccalauréat avec la mention Bien au lycée Younoussa Bamana, Housna (1) a fait le choix d’aller poursuivre ses études en France métropolitaine dans le domaine de la sociologie. La majorité de sa famille étant restée à Mayotte, une fois dans l’Hexagone, elle savait qu’elle ne devait compter que sur elle-même. Cela ne l’effrayait pas au départ, mais avec la situation actuelle, elle avoue qu’avoir sa famille sur place lui aurait été d’une grande aide notamment dans les études.

En effet, la jeune fille vient de passer son premier semestre, mais a à peine obtenu la moyenne lui permettant de valider. Pourtant, elle avait de grandes ambitions en arrivant ici, elle s’attendait à mieux. Housna se pose déjà des questions sur le choix de cette filière : « Cela coûte cher au quotidien d’étudier en métropole, et j’ai peur de ne pas pouvoir supporter la pression. D’autre part, les études sont longues et j’ai du mal à évaluer les débouchés ». Bien que le choix soit difficile, elle a décidé de se réorienter dans un BTS négociation et digitalisation de la relation client (NDRC) : «  Je vais pouvoir me professionnaliser plus rapidement tout en gardant la notion sociologique de mes études. Cela va me permettre de pouvoir travailler directement à l’issue de ces deux années et ainsi de ne pas trop galérer économiquement ».

Le restau U à Besançon

La désillusion des études supérieures

Aescha (1) est inscrite en première année d’étude à la faculté de psychologie à Besançon. Lorsqu’elle est arrivée en septembre dernier, elle a su rapidement trouver ses marques, sa famille déjà bien installée en France, lui apporte toute l’aide dont elle a besoin au quotidien. La jeune fille a fait le choix de ces études par rapport à son envie du moment, ce qu’elle voulait étudier sans se poser de questions sur les débouchés. Pour elle, elle n’imaginait pas la faculté aussi différente du lycée, « il suffit d’être régulier, de suivre les cours pour avoir de bonnes notes ».

Aujourd’hui, en ayant les résultats du premier semestre dans les mains, elle se demande si elle a pris la bonne décision : « Lorsque j’ai fait ce choix, je n’ai pas pensé au temps que ça allait me prendre ni même les débouchés, des questions qui se pose maintenant. Mon choix d’études ne dépendait que de moi, c’est ce que je voulais faire, cela me plaisait, mais j’avoue que maintenant, je ne sais pas du tout si je vais poursuivre dans cette voie. ». La jeune fille pense à une possible réorientation, mais pour l’heure, rien n’est sûr.

L’université de Franche-Comté UFR sciences du langage, de l’homme et de la société

En attendant, elle a validé son premier semestre, ce qui lui permettra d’avoir son billet retour pour Mayotte afin d’aller se ressourcer et revenir plus forte.
Quant à Housna, elle confirme son choix de réorientation pour ne plus perdre de temps.

Sarah Feti

(1) Prénoms d’emprunt, les jeunes filles ne souhaitant pas dévoiler leur identité

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies

Blocage des routes : La filière avicole mahoraise en grande souffrance

0
Le salon international de l’Agriculture doit se tenir ce week-end à Paris dans un contexte où le monde agricole est en souffrance. Même s’il parait hasardeux de comparer l’agriculture mahoraise à celle de métropole, les éleveurs et les cultivateurs de l’île sont au bord de la rupture du fait des barrages routiers, car c’est toute une chaîne qui se trouve fragilisée et bientôt en péril si rien ne change.
EVASAN, CHM, La Réunion, Mayotte

Difficultés du CHU réunionnais : accusée, Mayotte a pourtant pris sa part

0
Alors que les difficultés du CHU de La Réunion font de nouveau la Une, pointant le coût des Evasan depuis Mayotte, un petit retour historique n’est pas inutile
mayotte, eau, tours d'eau

Crise de l’eau : poursuite des accompagnements de l’Etat jusqu’au 29 février

0
L’allègement des tours d’eau ne rime pas immédiatement avec l’arrêt des aides de l’Etat qui se prolongent pendant encore 10 jours, notamment envers les entreprises qui en ont bien besoin, ainsi que la distribution gratuite d’eau en bouteille

Recent Comments