26.8 C
Mamoudzou
mercredi 21 février 2024
AccueilFil infoRenforcement significatif de la sécurisation des transports... seulement en métropole ?

Renforcement significatif de la sécurisation des transports… seulement en métropole ?

Pour lutter contre l’insécurité dans les transports en commun, 77 nouvelles unités ont été créées par le ministre de l’Intérieur, totalisant prés de 2.000 policiers et gendarmes supplémentaires, « soit un doublement des effectifs dédiés à cette mission ».

Ces nouveaux effectifs seront rendus possibles par la Loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI), qui consacre notamment la création de 8500 postes au ministère au cours du quinquennat.

Des moyens qui seront progressivement mis en place jusqu’au printemps 2024 « afin d’être pleinement opérationnels pour les Jeux olympiques et paralympiques. »

Pour autant, tout le territoire sera concerné. En zone police, les grosses agglomérations sont dotées : 8 nouveaux Services interdépartementaux de sécurisation des transports en commun (SISTC) en plus des 3 existants (Marseille, Lyon et Lille), seront implantés à Bordeaux, Rennes, Toulouse, Orléans, Rouen, Strasbourg, Dijon et Nantes. Pour chacune d’entre elles, entre 60 et 90 policiers assureront des missions de sécurisation des gares, stations de transports en commun et réseau de transports en commun.

Pour les villes plus petites, 37 nouvelles brigades de sécurisation des transports en commun seront créées.

Et en zone gendarmerie, donc rurale, près de 600 gendarmes seront répartis dans 30 brigades dédiées aux transports publics en zone gendarmerie, composées d’environ 10 gendarmes chacune. Les territoires concernés ne sont pas encore connus, : »la localisation sera arrêtée à l’issue de la concertation en cours avec les élus sur les 200 nouvelles implantations de brigades de gendarmerie », indique le ministre Gérald Darmanin.

En l’absence de transport en commun public terrestre à Mayotte, et en attendant CARIBUS, nos élus doivent défendre le territoire auprès de ce ministère qui est aussi celui des Outre-mer, sur deux axes : le transport en commun maritime des barges, bien que celles-ci soient peu le théâtre d’incivilité, et le transport scolaire, un transport en commun non public mais très affecté par les actes de délinquance.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
PAF, Mayotte

Interpellation de trois kwassas dans le Nord de l’île

0
Dans la nuit de lundi à marci, la Brigade nautique de l’Unité nautique de la Police aux Frontières a interpellé 3 kwassas en provenance des Comores qui tentaient de pénétrer illégalement sur le territoire...

Blocage de l’île : Les élèves mahorais parmi les premiers impactés

0
Alors que les vacances de Carnaval arrivent à grands pas, dès ce vendredi soir, la crise sociale qui touche notre territoire depuis maintenant plus d’un mois ne semble pas s’atténuer, bien au contraire. Plus de quatre semaines ! C’est autant de jours où les élèves du 101e département français n’ont pas eu cours ou au mieux en mode dégradé, avec des différences majeures selon le lieu où l’on habite
Marie Guévenoux, Mayotte

La sécurité s’invite à la rencontre entre les élus de Mayotte et Marie Guévenoux

0
La ministre délégué aux Outre-mer annonce son arrivée à Mayotte dans la foulée de l'installation du nouveau préfet le 24 février. Sans surprise, sa feuille de route est sécuritaire
Emmanuel Macron, Mayotte, droit du sol, l'Humanité

Droit du sol : Emmanuel Macron avait déjà évoqué en 2017 son évolution à...

0
Le ministre Darmanin l'avait indiqué: l'idée de la suppression du droit du sol à Mayotte revenait entièrement à Emmanuel Macron, qui s'exprime à ce sujet dans l'Humanité. Une annonce qui a l'air de produire ses effets du côté d'Anjouan
Comores, AFD, Mayotte, Afrique

Aides de l’AFD aux Comores : « Ils ne respectent pas leur part du contrat », fustige...

0
Jusqu’où la France peut-elle aller pour aider les Comores sans contrepartie ? C’est la question qui se pose après l’audition du directeur Outre-mer de l’Agence Française de Développement au Sénat, portant notamment sur la convention franco-comorienne de 2019

Recent Comments