24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 30 septembre 2022
AccueilorangeHypertension : « On peut parler d’épidémie à Mayotte », déclare Olivier Brahic aux Soroptimist

Hypertension : « On peut parler d’épidémie à Mayotte », déclare Olivier Brahic aux Soroptimist

La semaine dernière, le Club Soroptimist Mayotte proposait à ses représentantes nationales, une présentation sur les caractéristiques de l’hypertension à Mayotte et ses conséquences pour la femme Mahoraise.

« Pour que la voix des femmes compte ». Le club Soroptimist Mayotte tisse sa toile discrètement, bien que créé il y a plus de 30 ans. Il prend place dans une organisation à l’échelle mondiale, Soroptimist International, qui s’étend de l’Amérique à l’Europe en passant par le Sud-Ouest Pacific, l’Afrique et la Grande Bretagne, forte de 72.000 membres dans 121 pays.

Ce sont deux figures locales bien connues qui animent le mouvement à Mayotte, Sophia Hafidhou, qui le préside, et Sanya Youssouf, sa secrétaire générale. C’est autour d’un sujet de santé primordial ici qu’elles recevaient ce mercredi trois invitées nationales du mouvement, Karinne Petchy, VP Outre-mer de Soroptimist International France, Christelle Philippe-Cerisier, VP en charge du Nord-ouest de la France, et Ketty Saint-Clair, VP Paris Est et Vincennes : l’hypertension artérielle chez les femmes mahoraises.

D’emblée, le premier intervenant, Olivier Brahic, directeur général de l’ARS Mayotte posait le contexte : « On peut parler d’épidémie à Mayotte tant le phénomène est répandu avec une personne sur deux souffrant d’hypertension en mai 2022, associé à une sur six touchée par le diabète ». Le plus grave, c’est que la moitié des hypertendus ne le savent pas. Et cette situation de méconnaissance vaut pour d’autres pathologies, complétait-il, « quatre femmes sur cinq n’ont jamais fait de mammographie, et trois sur cinq de dépistage du cancer de l’utérus ».

Les équipes mahoraises recevaient celles de métropole

Ce n’est pas faute d’avoir réclamé à l’ARS Mayotte d’initier des campagnes de prévention, mais à cette question, Dominique Voynet qui dirigeait auparavant la structure, répondait qu’elle avait eu fort à faire avec le Covid.

La priorité reste celle de réguler les naissances, le problème démographique étant le poids majeur sur les politiques publiques. On attend toujours l’équivalent du “1,2,3, bass”… Des actions de prévention qui vont permettre à la population de se connaître, et donc de mieux se prendre en charge. Avec in fine, moins de frais pour la société. « Lors de la campagne de dépistage gratuite que nous venons d’initier, ce sont 14 stands qui se déplacent chaque jour sur l’ensemble de l’île, nous voulons initier un choc de dépistage », informait-il son auditoire. En trois jours, ce sont 3.663 personnes qui ont ainsi été dépistées.

Un Nutri-score dans le Bouclier Qualité Prix

Les représentantes nationales de Soroptimist ne pouvaient mieux tomber puisque les consultations pour l’élaboration d’un Projet régional de Santé propre à Mayotte battent leur plein, comme ce fut le cas ce samedi sur les problèmes de l’accès aux soins et de l’attractivité médicale du territoire, après avoir ouvert le débat sur les maladies chroniques. En octobre, une concertation citoyenne sur la santé de la femme et de l’enfant sera organisée à Chirongui. « Nous avons actuellement deux objectifs, diminuer la consommation de sodas qui pose un problème de santé publique, et initier l’équivalent d’un Nutri-score au sein du Bouclier Qualité Prix ». Inédit. Le Nutri-score est un système d’étiquetage nutritionnel à cinq niveaux, allant de A à E et du vert au rouge, en fonction de la valeur nutritionnelle du produit alimentaire. Ce dispositif devrait donc permettre de marier qualité et prix.

Autre domaine où la prévention se positionne, l’infection à papillomavirus, une Infection sexuellement transmissible, « les chiffres ne sont pas bons à Mayotte, nous travaillons sur ce sujet avec le rectorat et REDECA ».

Le Nutri-score pourrait faire son entrée dans le BQP

A l’issue de la conférence, l’Hypertension artérielle n’avait plus aucun secret pour le public féminin, choyé par le docteur Combo Yacout Abdoul Djabar. « C’est la maladie chronique la plus fréquente dans le monde, et qui touche surtout les femmes enceintes. Etant donné le taux de natalité élevé ici, c’est dire s’il faut être vigilant ». Il faut savoir que chacun peut acheter un holter tensionnel ou le louer à l’hôpital. L’association de l’hypertension avec le diabète ou le surpoids est un facteur aggravant. On a vu lors de l’épidémie de Covid, que ces comorbidités précipitaient l’état du patient jusqu’au décès. « La pression artérielle est trop forte sur les vaisseaux, ce qui peut provoquer un infarctus du myocarde ».

L’hypertension peut être liée à des maladies rénale, hormonale, la prise de médicaments, le manque d’activité physique, « mais aussi la malbouffe et trop salée. En ce sens, la femme mahoraise a évoluée dans ses habitudes alimentaires, il faudrait reprendre de bons réflexes ». La traduction de l’hypertension en shimaore donne « maladie du sel », rapporte d’ailleurs le médecin.

Une matinée riche d’enseignements pour la délégation féminine qui se réjouissait, « au cours de cette présentation, nous avons pu retrouver notre devise Comprendre, Défendre et Entreprendre », nous glissait Karinne Petchy.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Aide à la pierre, Mayotte

Une quarantaine de nouveaux propriétaires grâce à l’aide à la pierre...

139533
C'est l'issue positive d'un partenariat noué entre la Société Immobilière de Mayotte (SIM), la DEAL et le conseil départemental qui bénéficiait ce jeudi à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139533
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139533
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com