29.8 C
Mamoudzou
mercredi 17 avril 2024
AccueilEnvironnementSaison des baleines : prévention et sensibilisation, les indispensables du Parc marin

Saison des baleines : prévention et sensibilisation, les indispensables du Parc marin

La saison des baleines, moment majestueux et joyau de l’écosystème de l'île au lagon, offre un spectacle époustouflant pour celles et ceux qui ont eu la patience et la chance d’observer les cétacés. Une richesse incommensurable que le Parc naturel marin s’efforce de protéger en sensibilisant le public et, si besoin, en sanctionnant les comportements non conformes à la réglementation en vigueur.

La découverte du milieu marin et de la biodiversité est l’une des sept missions du Parc naturel marin de Mayotte. Avec près de 69 000 km² de superficie, la protection de l’écosystème qui s’y développe ne peut faire l’économie de la compréhension des cycles de vie des espèces évoluant dans ses eaux. Comprendre, c’est avant tout prendre conscience.

Contrairement à la baleine à bosse les espèces de dauphins sont des résidents permanents ou semi-permanents

Parmi les 2 300 espèces animales connues évoluant dans le lagon, « il y a des mammifères marins dont les grandes caractéristiques sont, entre autres, des poumons pour respirer et les femelles ont des mamelles pour allaiter les petits », renseigne Annabelle Djeribi, directrice déléguée adjointe et cheffe du service opérations. Les estimations portent à 24 le nombre d’espèces de mammifères marins, lesquelles sont réparties en deux grandes familles « les cétacés avec les dauphins et les baleines et les siréniens avec les dugongs », précise la directrice déléguée adjointe.

Les saison des baleines à Mayotte

Si certaines de ces espèces sont résidentes ou semi-résidentes dans le lagon, comme le grand dauphin indopacifique, il y en a d’autres, telles que la baleine à bosse, qui ne sont présentes qu’une certaine partie de l’année. Ces espèces sont alors dites migratoires. « Le site de Mayotte est particulièrement intéressant car il y a beaucoup de baleines avec leurs baleineaux », fait savoir Naomi Scholten, chargée de mission Ecosystèmes marins. Elle poursuit avec les raisons pouvant expliquer leur présence dans les eaux de Mayotte en cette période de l’année : « durant l’été austral, les baleines à bosse évoluent dans les eaux froides de l’Antarctique pour se nourrir de krill. Lorsque ses eaux se refroidissent trop, elles se déplacent vers des endroits plus chauds dans l’océan Indien. Un voyage de plus de 2 mois avec près de 5000 km à parcourir, sans manger ».

Observer et faire preuve de patience pour espérer croiser une baleine à bosse

Une prouesse d’autant plus prodigieuse que le voyage inverse se réalise lui aussi sans s’alimenter, ou trèspeu », s’émerveille Annabelle Djeribi. « A Mayotte, les individus observés vont essayer de se reproduire, les femelles vont mettre bas. Pour les baleineaux, des eaux plus chaudes leur évitent de perdre trop de graisses », abonde Naomi Scholten. Mais d’autres hypothèses peuvent expliquer cette migration telle que « la présence de prédateurs plus importants dans les eaux froides », poursuit-elle.

Des techniques d’approches réglementées

Au regard des activités énergivores réalisées par les baleines, sachant que les individus ne s’alimentent pas durant cette période, le Parc marin veille scrupuleusement aux respects de la réglementation en lien avec les techniques d’approche. « Si on arrive trop brusquement, on peut stresser l’animal et changer son comportement en arrêtant son activité du moment », explique Annabelle, avant d’ajouter « cette perturbation va créer une dépense d’énergie pour l’animal qui, à la longue, s’affaiblit ». Puis abonde Naomi « si on s’approche trop près de la baleine, il y a plus de risque pour qu’elle s’échappe ». 

Une situation préjudiciable qui peut être évitée en respectant certaines consignes dont le non-respect entraîne inévitablement une sanction. « Pour tous les mammifères marin, la distance d’observation c’est entre 300 et 100 mètres minimum avec une vitesse réduite à 5 nœuds et pas plus de deux navires dans la zone mais cela s’applique aussi aux jets skis, aux plongeurs etc. », informe Donatien Pelourdeau, agent de médiation en mer. « L’objectif est vraiment d’avoir une approche progressive. On se cale par rapport au rythme de l’animal, ce n’est pas l’inverse. S’il y a un changement brutal de comportement, on ne le course pas. En d’autres termes, s’il ne veut pas de nous, il ne faut pas insister », note l’agent de médiation.

Tout l’enjeu de la sensibilisation du public et d’éviter d’arriver à la sanction

Observation et patience sont donc les maîtres mots pour espérer apercevoir l’animal.

Le non-respect des consignes est susceptible d’entraîner des sanctions

Et en cas d’infraction flagrante quels sont les risques encourus ? « Des inspecteurs assermentés sont en mesure de sanctionner les contrevenants. Les amendes vont de 750 euros pour une personne physique à 3 500 euros pour une personne morale », détaille Annabelle Djeribi. Néanmoins, tient-elle à préciser, « à ce stade, c’est un aveu d’échec car le rôle du Parc marin n’est pas d’arriver à cette extrémité compte tenu de notre travail de prévention et de sensibilisation », concède-t-elle, avant de conclure, « il est important de respecter le monde vivant. Respecter, c’est laisser le choix aux animaux d’accepter notre observation ou non. Il est essentiel que les gens comprennent que les mammifères marins ont une vie complète comme se reproduire, se reposer, s’alimenter ».

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Interdiction de la pêche au poulpe à compter du 1er avril

0
Le Parc naturel marin de Mayotte rappelle que la période d'interdiction de pêche au poulpe va débuter le 1er avril afin de permettre à ces animaux de se reproduire et ainsi préserver les ressources...
DCP, Lagon, Mayotte, poisson, pêche

Le lagon de Mayotte menacé

0
Depuis le début de l'année, trois dispositifs de concentration de poissons ont été retrouvés dans le lagon de Mayotte. Le Parc naturel marin de Mayotte a tiré sa sonnette d'alarme

Episode de blanchissement corallien à Mayotte

0
Aujourd'hui, la principale cause du blanchissement corallien est le changement climatique. Aussi le Parc naturel marin de Mayotte informe sur l'ampleur des dommages et sur la mise en place des mesures pour protéger les...

Le Parc naturel marin va lancer l’appel à projet « Ambassadeurs du lagon »...

0
Chaque année, le Parc naturel marin subventionne des projets d'associations et de collectivités avec le dispositif « Ambassadeurs du lagon », pouvant aller jusqu’à 20.000 euros. Le but est de soutenir des projets qui s'inscrivent dans une démarche de médiation environnementale.

Le CUFR futur partenaire incontournable pour le développement de la recherche scientifique dans les...

0
La ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, et le ministre délégué aux Outre-mer, Philippe Vigier, ont officiellement assisté hier à la signature de lancement du programme de recherche France 2030 « Résilience au changement climatique » (PEPR BRIDGES) dans lequel l’île au lagon va apporter sa contribution.

Recent Comments