26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilEconomie"50% d'inflation", la grande distribution réunie autour du président Ben Issa Ousseni...

“50% d’inflation”, la grande distribution réunie autour du président Ben Issa Ousseni pour enrayer l’hécatombe

"Chaos", "pénuries", l'inflation fait rage à Mayotte où le président du Département a réuni les principaux acteurs de la grande distribution, de Sodifram à Bourbon distribution en passant par Ballou. Tous constatent une chaîne de causes qui dépasse de loin les frontières de l'île, ou la seule guerre en Ukraine. Pour éviter les pénuries et freiner l'explosion des prix de l'alimentaire, du BTP et de l'énergie, le Département va créer une cellule de travail où Etat, port et distributeurs devront "jouer le jeu".

“On ne s’organise pas, on subit” lâche Nassrudine Mlanao, directeur de Sodifram au président du CD Ben Issa Ousseni. “On ne subit même pas, on ne gère plus rien” renchérit Safdar Ballou, gérant de l’entreprise d’équipement.

Réunis autour de cadres du Conseil départemental pour trouver des solutions à la crise d’approvisionnement qui s’annonce à Mayotte et fait craindre des pénuries sur les produits de première nécessité, de l’alimentaire aux matériaux de construction, la première posture des distributeurs est assez claire : l’effort ne pourra pas venir de ceux qui subissent la crise de plein fouet. Cette première rencontre était donc moins celle des solutions que de l’écoute.

A la clé, quelques constats d’abord, peu rassurants. “Les difficultés ont commencé bien avant la crise en Ukraine -avec la crise sanitaire NDLR- et se sont accentuées en mai 2021” assure le patron de Sodifram. Parmi les difficultés principales, “les compagnies maritimes qui ont changé de routes commerciales pour la desserte de Mayotte”. Résultat, “des problèmes de transbordement, certains produits restent stationnés dans des ports pendant plusieurs mois”, comme le riz. Le représentant de Bourbon Distribution, Marc Berlioz, assure que ce sont 3 mois de commandes de riz qui vont être livrés en 10 jours à peine, témoignant d’un manque de régularité dans les approvisionnements. “Ça provoque des ruptures mais pas de pénurie” tient-il à rassurer néanmoins. En revanche, les coûts explosent. “Certains trajets sont passés de 2000€ à 10 000€ par conteneur” affirme l’entrepreneur. Résultat, alors que “la viande a déjà pris 27% en un an”, le gros des hausses de prix liées à la guerre en Ukraine devrait se ressentir d’ici le mois d’août, notamment sur les pâtes, l’huile et la farine.

Flambée du BTP

Le BTP est inquiet lui aussi. Avec la hausse des prix des carburants, la tonne de béton coûterait 600€ à Mamoudzou, 650€ à Passamaïnty et 1000€ à Chirongui. “Mayotte ne va pas se construire comme ça, une tonne de sable de Majicavo à Chirongui coûte le prix d’un billet pour La Réunion” déplore un intervenant.

Quant à l’acier, il serait passé selon le patron de Ballou de 700 dollars la tonne à plus de 1000 dollars sur le seul mois de février. Le ciment lui, aurait pris 20€ la tonne, passant de 160 à 180€. “Et on ne sait même pas dire quand le prochain bateau va arriver, il faut alerter l’Etat” plaide Safdar Ballou. “On parle d’une inflation de 5 à 7% en France, mais ici on est entre 40% et 50%, des produits ont pris 50% sans changer la marge de l’importateur” explique-t-il.

Avec une autre conséquence dramatique, les retards se répercutent sur les consommateurs, mais aussi sur les rayons, puisque des produits alimentaires, qui font le tour du monde avant de trouver un bateau pour Longoni, y arrivent parfois périmés. “On ne prend plus la peine de dédouaner puisque c’est périmé” déplore le gérant de Sodifram.

Le Département et la CCI réunissaient les acteurs de la grande distribution

Le port, c’est un autre point ciblé par tous les intervenants, qui déplorent les coûts et délais de déchargement et de récupération des conteneurs, selon eux délibérément rallongés pour gonfler la note de gardiennage des importations. “Ce que la délégataire conteste fermement”, rappelle le président Ben Issa.

Face à cette multitude de difficultés qui rend la vie de plus en plus difficile pour les habitants, des pistes de réflexion ont tout de même été évoquées. “L’octroi de mer est le premier levier que nous avons, ainsi que les tarifs portuaires” soulève le président du Département, qui insiste pour que “tout le monde joue le jeu, car parfois des baisses sont faites mais ne sont pas visibles pour le consommateur” accuse-t-il, citant notamment les baisses d’octroi de mer sur les matériaux de  construction en 2014 ou sur l’électroménager. Et de rappeler que “jouer là dessus, c’est aussi un manque à gagner pour les communes” prévient-il.

Moins dépendre de l’import

“Nous traversons une période exceptionnelle” rebondit Sofiata Souffou, commerçante à Tsimkoura. “Jour après jours les difficultés se multiplient, les outils à utiliser, ce sont les coopératives, que ce soit de pêche, de commerce, si on partage les difficultés, ça les réduit” recommande-t-elle.

Pour Mohamed Ali Hamid, président de la CCI Mayotte, une piste est de tendre à l’autosuffisante alimentaire. Alors que plus de 9 produits sur 10 sont importés, il préconise de développer l’agriculture, et de se “retourner vers la mer”, une source de revenus sont les Mahorais se seraient selon lui détournés.

Mais parce que tous les problèmes ne viennent pas que de Mayotte, les solutions doivent aussi se trouver au delà. Avec du lobbying, une pression de l’Etat auprès des transporteurs maritimes ou des ports, entre autres pistes évoquées.

le président Ben Issa annonce la création d’un “groupe de travail” qui réunira de nouveau les commerçants mais aussi l’Etat et le port pour trouver des solutions conjointes

Pour y parvenir, le président Ben Issa annonce la création d’un “groupe de travail” qui réunira de nouveau les commerçants mais aussi l’Etat et le port pour trouver des solutions conjointes. Sans quoi, prédisent les patrons présents ce jeudi, “ce sera le chaos, et il se passera la même chose qu’en Guadeloupe” où des émeutes ont récemment paralysé l’île antillaise. Tout juste quatre ans après la crise de 2018, ni l’Etat, ni le monde économique, ne voudront prendre le risque d’une évolution en ce sens.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139533
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com