25.9 C
Dzaoudzi
mercredi 25 mai 2022
AccueiljusticePolygame, il frappe l'une de ses compagnes à de multiples reprises

Polygame, il frappe l’une de ses compagnes à de multiples reprises

Réalité récurrente à Mayotte, un nouveau dossier de violences conjugales était jugé lors des comparutions immédiates de ce vendredi. L’affaire d’un jeune homme polygame, condamné à deux mois de prison pour s’en être violemment pris à sa compagne principale, et ce à de nombreuses reprises.

Les affaires de violences conjugales restent pléthores à Mayotte, il n’y a là aucun secret. Alors, lorsque le tribunal se saisit d’une de ces affaires difficiles à juger, l’un de ces cas rendus complexes par les impondérables du huis clos, les difficultés inhérentes à l’absence de témoins et à la multiplicité des versions, il s’agit d’en rendre compte, témoignage prépondérant dans la perception et la compréhension d’une époque et d’une culture donnée.
Le 28 décembre dernier, un homme s’en prenait violemment à l’une de ses deux conjointes, et la police de Mamoudzou était contactée. Une fois sur place, les enquêteurs trouvaient une femme ensanglantée, laquelle racontait s’être fait agresser par son mari, après une soirée alcoolisée. Le jour des faits, le mari était chez son autre femme, où la victime – sa femme principale- l’aurait rejoint. Là-bas, l’agressivité est de mise, bien que la chronologie des faits soit chaotique, du moins l’était au tribunal.  Celui-ci lui aurait dit « dégage sinon je te tue » en la saisissant à la gorge. « La strangulation était si violente, je me suis sentie partir » précisait la victime, présente à l’audience. Celle-ci aurait été repoussée dans l’escalier, retenue dans sa chute par une autre femme. Folle de rage, la compagne aurait poussé la moto du prévenu sur le sol, provoquant l’ire de ce dernier. Celui-ci serait descendu, et aurait déclaré : ” Qu’est qui lui donne le droit de pousser ma moto, elle veut mourir ou quoi ?”.

L’auteur des faits dort à Majicavo

La procédure prouvera que ce n’était pas là la première fois que le conjoint se montrait violent, mais bien la quatrième. Et l’avant dernière fois aura été la plus marquante, les faits se déroulant alors que la jeune femme était enceinte de huit mois. Les photos présentées par la présidente de l’audience en diront d’ailleurs long, révélant des festivals de couleurs bariolées sur ce qui s’apparentait être des organes humains. « Je ne sais pas si j’ai serré fort son cou… à mon avis pas trop » déclarait le prévenu. « Alors elle ne partage pas votre avis la dame. Elle s’est sentie partir” rétorquait la juge.

La victime, se constituant partie civile, demandera la somme de 4000 euros en termes de préjudice physique, et 1500 euros au titre du préjudice moral.
Dans ses réquisitions, le substitut du procureur expliquera les difficultés d’un tel cas. « Il y a toujours, dans les affaires de violences conjugales, une interrogation puisque ce sont des choses qui se passent dans l’intimité, le huis clos”. Il évoquera la « hantise du parquetier », celle de voir la réitération des fats, de voir des victimes qui restent sous emprise malgré leur statut de victimes, au gré de « personnalités prédatrices ». Il précisera : ” une femme n’est pas un objet, c’est un sujet qui est conscient, c’est un sujet qui a des droits “. Selon le parquetier, frapper une femme relève d’un symbole d’immaturité, mais aussi de faiblesse : un acte « lâche et condamnable » face auquel le substitut demandera un sursis probatoire de deux ans.

” Renoncez  à la violence, ou alors vous découvrirez la violence institutionnelle, celle dont la justice est capable. Et à ce petit jeu vous serez nécessairement perdant”, déclarait-il fermement.
Finalement, le tribunal reconnaîtra le prévenu coupable d’une peine de 18 mois d’emprisonnement, dont 16 mois assortis de sursis probatoire, ainsi qu’un mandat de dépôt, une obligation de soin, d’indemnisation de la victime, une obligation de travail, un stage de sensibilisation contre les violences conjugales (demandé par son avocate Me Ousseni elle-même) etc. Et ce, assorti d’une condamnation à verser la somme de 800 euros au titre du préjudice moral à la victime, et 1000 euros pour le préjudice physique. Le prévenu repartait ainsi, menottes aux poings, en direction du centre pénitencier de Majicavo.

Mathieu Janvier

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Baobab Festival, le retour en force des planches

139533
C’est un programme très riche que nous offre l’événement co-organisé par le rectorat de Mayotte et la direction des affaires culturelles de l’Etat. Après deux années de privation sous l’effet Covid, la scène du lycée des Lumières est de nouveau piétinée par des acteurs et actrices amateurs ou confirmés, plus nombreux qu’auparavant en raison de la séquence « Jeunes pousses ». Les classiques y sont remaniés au goût du jour
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yael Braun Pivet, Mayotte, OUtre-mer

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des outre-mer, avait pointé la responsabilité de l’Etat dans la...

139533
Au terme d'un suspens sans fin, le nouveau gouvernement choisi par la nouvelle première ministre a été constitué. Plusieurs ministres restent au gouvernement, et c'est Yaël Braun-Pivet qui est nommée à l'Outre-mer. Elle était venue en immersion dans les quartiers de cases en tôles sur les hauteurs de Doujani en 2018
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139533
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139533
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139533
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139533
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com