28.8 C
Mamoudzou
samedi 20 avril 2024
AccueilEducationA l'école, quand l'épidémie s'envole, le virus se crache

A l’école, quand l’épidémie s’envole, le virus se crache

Alors que plusieurs classes ont dû être fermées la semaine dernière à Mayotte pour cause de Covid, le rectorat rend systématiques les tests salivaires pour les plus jeunes élèves. Le crachat est une méthode moins précise que le PCR,, mais surtout moins invasive, quand il s'agit de tester toute une classe, et ainsi améliorer la continuité pédagogique.

Cracher dans la cour, c’est une chose. Le faire dans un petit pot avec un adulte qui regarde, c’en est une autre. « Certains sont intimidés » note Elina, médiatrice santé du rectorat en mission à l’école élémentaire du Centre à Chiconi ce vendredi.

Dans cette classe, un élève testé positif la veille a déclenché le dépistage de tous ses camarades. L’enjeu : garder la classe ouverte en isolant les cas positifs éventuels. La particularité : le test est salivaire. Pas d’écouvillon nasal donc, mais un mollard  -une fois n’est pas coutume-, autorisé en classe.

« Les tests naso pharyngés sont très intrusifs pour les tout-petits » concède en effet le recteur Gilles Halbout en déplacement dans cette école pour l’occasion. D’où le recours aux tests salivaires. « On les faits dans les écoles primaires, quand on a un ou plusieurs cas on procède à ces tests systématiques, ce qui permet d’isoler rapidement les cas positifs », explique-t-il. Depuis la rentrée de septembre, plusieurs centaines de classes ont déjà été testées, mais la campagne s’accélère avec le variant Omicron.

Il va falloir bien viser dans le pot, explique le médiateur santé

« On avait déjà ces campagnes de tests salivaires avant les vacances, mais moins systématiquement, quand on avait des soupçons de clusters. Depuis la rentrée notre objectif est d’être le plus réactifs possible et de soulager les familles pour ne pas avoir à aller dans les pharmacies ou ailleurs, en faisant ces tests dans les écoles. On est passés d’un facteur de 2-3 dépistages dans la semaine à plus d’une dizaine aujourd’hui. Là on a une vingtaine d’enfants qui sont testés, soit toute la classe, car il y a eu un cas positif » poursuit le recteur.

Seule limite à cette méthode, les capacités du laboratoire, estimées à 200 à 300 tests par jour. Sachant que chaque classe dépistée doit l’être à nouveau quelques jours plus tard, la demande augmente vite. Mais pour l’heure, la stratégie tient et permet de garder des classes ouvertes. « On n’est plus sur un cas positif on ferme la classe » confirme en effet le recteur, qui indique toutefois que des fermetures ont lieu au delà d’un certain seuil de positivité. « On a dû depuis le début de la semaine fermer un certain nombre de classes en raison de cas positifs. Quand on atteint 20%,  on ferme la classe. Dans ce cas, en terme de continuité pédagogique c’est plus intéressant d’avoir tous les élèves à la maison que les uns avec une modalité et les autres avec une autre modalité ».

Moins précis, mais moins invasifs

Au cours de la semaine écoulée, ce sont 8 classes qui ont dû être fermées pour cause de covid, il en restait deux fermées vendredi. La méthode des tests salivaires limite donc la casse, alors que la priorité est d’assurer la continuité du service public scolaire, tout en limitant l’impact des tests pour les élèves. Quitte à rogner un peu sur la précision des tests.

Toute une classe de primaire testée sans avoir besoin d’écouvillons

« Les tests salivaires sont un peu moins sensibles que les tests antigéniques », note en effet Olivier Brahic, directeur de l’ARS de Mayotte, mais ils permettent d’investiguer largement un certain nombre de cas et de classes, c’est plus facile, moins invasif, la balance bénéfice risque est favorable. En 24h on a le résultat comme un PCR, et les parents sont informés tout de suite », détaille-t-il.

Une stratégie qui semble donc pour l’heure porter ses fruits, à condition que l’épidémie marque le pas, et que les parents jouent le jeu. « Il faut répéter le message », ajoute le recteur, « si on a un enfant positif ou qui a des symptômes, surtout on le garde à la maison ! C’est inutile de faire du forcing sinon derrière ça fait un cluster ».

Et de souligner les résultats obtenus au niveau des écoles : « on freine la propagation, la semaine prochaine on continue le même protocole et on verra si on peut l’alléger, notamment pour les lycéens » conclut Gilles Halbout.

Y.D.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, rectorat,

Face aux directeurs d’école, Jacques Mikulovic ambitionne de « relever le défi du choc...

0
Les chefs d’établissements du premier degré avaient rendez-vous mercredi après-midi avec le recteur et son équipe afin de faire « un bilan d’étape » mais aussi préparer en amont la prochaine rentrée scolaire de septembre. Plusieurs thèmes étaient à l’ordre du jour comme les moyens mis en œuvre pour le 1er degré, la carte scolaire, l’évaluation des élèves mais aussi l’organisation de la nouvelle 6e.

Mayotte veut séduire les touristes réunionnais

0
Dans le cadre d’un voyage scolaire à La Réunion, 29 élèves de 4ème et de 3ème du collège de Bouéni ont travaillé pendant plusieurs mois pour créer des supports et des activités afin de...
Agroforesterie,Eramus +, Mayotte

Agroforesterie : Le lycée agricole de Coconi présente son savoir-faire

0
Durant cette semaine le lycée de Coconi a accueilli une délégation composée d’enseignants, de techniciens, de formateurs, de dirigeants et de chargés de mission de différentes nationalités, tous spécialisés dans le domaine agricole. L’objectif est d’écrire un référentiel de formation en agroforesterie qui pourrait donner lieu à un diplôme de niveau CAP reconnu à travers toutes les frontières européennes.

Une semaine pour célébrer les Jeux de Paris 2024 et les athlètes du monde...

0
A l’occasion de la 8e édition de la Semaine Olympique et Paralympique (SOP) plusieurs événements et manifestations étaient proposés dans les établissements scolaires de l’île. Vendredi, pour clôturer la semaine, le collège Ali Halidi de Chiconi a organisé des activités sportives animées par des associations locales sur le thème du handicap.

Éducation aux médias : Le collège de Chiconi primé lors des Assises du journalisme

0
A l’occasion des 17e Assises du journalisme de Tours, événement majeur organisé par la profession, qui se sont déroulées cette semaine, le projet de classe média du collège de Chiconi a remporté le prix tant convoité EMI (Éducation aux médias et à l’information) dans la catégorie « école ». Une première pour le collège mais aussi pour le territoire de Mayotte.

Recent Comments