30.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEducationBac : le grand saut vers le premier Grand oral

Bac : le grand saut vers le premier Grand oral

Revêtir la peau d’un conférencier et présenter pendant 5 minutes un sujet de son choix devant un jury, c’est un des nouveaux défis du Bac 2021. Qui ne fait pas trembler tous les élèves… Le lycée des Lumières proposait aux volontaires une répétition générale pendant les vacances.

Cette année, les lycéens vont essuyer les plâtres d’une épreuve inconnue jusqu’alors du cursus de terminale : le Grand Oral. Il s’agit de développer à la fois la connaissance acquise sur un sujet donné, et de démontrer sa capacité à prendre la parole et à mener une réflexion critique devant un jury. La différence avec les précédentes épreuves orales du Bac, c’est la posture de conférencier miniature que doit adopter le candidat.

Bien que le territoire soit connu pour sa transmission orale, c’est autre chose quand il s’agit de prendre la parole haut et fort sur un sujet et devant un jury.

C’est à ça que se sont essayés des classes de lycéens des Lumière pendant les vacances, pour lesquels enseignants, salles, et proviseur se sont rendus disponibles. Les Terminale générale (TG) ont défilé dans le grand amphithéâtre Lors du passage de la TG3 mercredi 12 mai, une trentaine d’élèves a présenté une des deux questions préparées avec les enseignants, correspondant à leurs deux spécialités*.

Notée sur 20 points avec un coefficient 10 pour la voie générale et 14 pour la voie technologique, l’épreuve dure 40 minutes dont 20 minutes de préparation au CDI. Le silence qui y règne est révélateur de l’hyper concentration des élèves. Pas si stressés que ça finalement comme l’attestent un groupe de quatre copines : « Nous avons fait nos propres recherches et nous nous sommes toutes préparées différemment ».

Les quatre copines peaufinent leur intervention au CDI

Miroir, mon beau miroir…

Pour l’une, c’est sa famille qui a servi de cobaye, « moi, c’est devant un miroir que je m’entraine, et ça va, on se sent à l’aise ». Les thèmes sont variés. Pour Hadidja, c’est « Comment les artistes féminines dénoncent-elles le problèmes de la société dans laquelle elles vivent », Yasmina a choisi « Quel est l’impact des réseaux sociaux dans la société canadienne » en raison « du suicide d’une adolescente là-bas », Nasriya argumentera autour de « comment les produits dopants améliorent-ils notre performance sportive ? », quant à Zamharira qui ambitionne d’embrasser la carrière de journaliste, ce sera « Comment le Commonwealth s’engage-t-il pour défendre la liberté de la presse ? », intéressant au regard des nombreux pays africains qui en sont membre.

Du côté des garçons, ça stresse un peu plus. Aboulhouda a choisi les spécialités Histoire et géographie politique et philo. « Je me suis entrainé sur mon thème ‘Identifier, valoriser et protéger le patrimoine », mais je me sens pas prêt ». Kévin est plus à l’aise, « j’ai choisi ‘De quelle manière le théâtre pose-t-il un cadre au spectateurs ?’, je me suis entrainé en cours ».

Cette fois, aux côtés du jury composé de deux enseignants, assiste le recteur Gilles Halbout. Une pression supplémentaire pour les élèves ? « Non, non, on a l’habitude de le voir à la télé ! »

Les déchets non valorisés

Le Grand oral, ça ne s’improvise pas !

Pendant qu’ils buchent, d’autre ont déjà commencé à défiler devant les jury dans deux salles dédiées. Avec un premier test pas forcément concluant pour le thème de l’amélioration de la gestion des déchets. Pas mal de lieux communs, « ce sont les industries agroalimentaires les principales responsables des déchets », sans réflexion derrière, et sans approfondissement sur la destination des déchets ultimes, ceux qu’on ne peut trier. On ne saurait trop conseiller aux candidats et candidates de consulter le JDM et ses archives, d’accès gratuit, comme point de départ d’une recherche plus approfondie. En revanche, la prise de parole en public était affirmée, d’autant plus encourageant que le fond n’était pas là pour étayer. Une future commerciale ?

Après les questions du jury sur le sujet qui n’auront pas eu de réponse adéquate, puis sur le projet de poursuite d’études, la candidate est invitée à se diriger vers un des 5 ateliers de remédiation, dont l’un est animé par la comédienne Mylène Wagram sur la gestion du stress lors de la prise de parole en public.

Un bonus donc que ce temps de préparation proposé par le rectorat au lycée des Lumières, où les élèves ont pu être conseillés individuellement. Ils essuient les plâtres d’une année scolaire morcelée par le confinement, mais pas sans filet, « vous aurez le droit de vous présenter devant le jury avec la liste des éléments qui n’ont pas été abordés au cours de l’année », les rassurent les enseignants.

Anne Perzo-Lafond

* Depuis juin 2020, il n’y a plus de série (L, ES, S) en voie générale mais des parcours par spécialités (Maths, physique-chimie, littérature, arts, SVT, théâtre, etc.) choisis par chaque lycéen en fonction de ses goûts et de ses ambitions.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.