31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
Accueilorange"Des vaccins sûrs, et ouverts aux affiliés et non affiliés sociaux »

“Des vaccins sûrs, et ouverts aux affiliés et non affiliés sociaux »

La campagne de vaccination se poursuit, avec plus ou moins de candidats en fonction de la conjoncture. Les atermoiements au national n’aident pas. Localement, toute la population doit à couverte à terme.

Comme l’épidémie, les candidats à la vaccination arrivent par vague. Très frileuse au départ, la population semble peu à peu convaincue par l’importance de se faire vacciner. On s’est demandé si la cible n’avait pas été manquée au départ avec une communication qui ne collait pas avec les attentes, mais la même problématique se pose en Guyane avec une « réticence » de la population notée par nos confrères de France-Guyane, « une grande partie des vaccins doivent être stockés, faute de volontaires », écrivaient-ils en février.

Mais sans doute que la communication ne peut pas être calquée sur la métropole en Guyane comme ici, puisque des caractéristiques propres, comme la présence de la famille de la personne âgée pour une vaccination en commun, sont à intégrer, comme nous l’avait précisé notre chroniqueur Issihaka Abdillah. Illustrée d’ailleurs avec la vaccination conjointe du 4ème VP Issa Issa Abdou et sa maman. Ce qui imposerait de revoir les tranches d’âge autorisées, non plus par ancienneté, mais par filialisation suivant une autre méthode, pourquoi pas les lettre de l’alphabet du patronyme.

Les publics prioritaires ont été élargis à Mayotte encore plus qu’en Guyane, par rapport à la métropole. Comme nous l’avions démontré, notre public cible (âgé et à risque) est bien inférieur à celui des autres DROM-COM. Et ils vont l’être encore, nous explique Dominique Voynet.

« Nous allons travailler sur l’assouplissement des critères de vaccination, car nous avons beaucoup de doses, ainsi que sur les horaires d’ouverture des centres. Les candidats viennent surtout en matinée, il n’y a quasiment personne l’après-midi », constate-t-elle.

Alban Dhanani : “Nous avons un haut niveau de protection”

« Comment ont-ils pu être développés en moins d’un an ? »

Car à terme, toute la population doit être vaccinée. Toute. Les habitants affiliés à la Sécurité sociale comme les autres, rapporte Dominique Voynet, c’est la garantie pour qu’on vienne à bout de la circulation du virus : « Lors du vaccin, nous demandons toujours la carte vitale, parce que c’est plus facile. Les données s’affichent automatiquement, et les remboursements par la Sécurité sociale aussi. Lorsque le candidat au vaccin n’est pas affilié, c’est le système d’information SIVAC qui prend le relais et qui déclenche le paiement. La vaccination est donc ouverte à tout le monde et c’est gratuit. »

Sur le peu d’engouement de la vaccination à Mayotte, la directrice de l’ARS Mayotte explique les raisons des flux et des reflux : « Les personnes ciblées par la campagne avaient fini par se laisser convaincre, mais quand le président Macron annonce le retrait de l’Astra Zeneca, ça a jeté un froid. Puis, en fin de semaine, on a assisté à un retour vers les centres de vaccination, et ce lundi matin, sur l’un d’eux, toutes les doses ont été consommées à 11h, il a fallu le réapprovisionner. »

D’où l’importance de la communication. C’est pourquoi l’ARS Mayotte a posté sur sa page Facebook un clip détaillant la démarche, rapide, de mise sur le marché des vaccins actuels. Synthétique, il donne la parole à Alban Dhanani, expert à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), dans une formule du type Foire aux Questions.

« Les vaccins contre la Covid sont-ils vraiment sûrs ? »

« Oui, car ils sont testés sur un nombre important de personnes, en terme d’efficacité, en comparant une population qui a été vaccinée à une qui ne l’est pas. Et nous avons un haut niveau de protection. En terme de sécurité, nous avons noté peu d’effets indésirables. Le rapport bénéfice-risque a donc incité la mise sur le marché de ces vaccins ».

« Comment ont été testés ces vaccins ? »
« Les test sont les mêmes que le autres vaccins, ces exigences sont les mêmes que pour les autres vaccins. »

« Comment ont-ils pu être développés en moins d’un an ? »
« Parce qu’on a mis au point la même technologie que sur d’autres vaccins. Et les gouvernements ont investi beaucoup dans la recherche. On a accéléré les procédures de mise en circulation de mise sur le marché. Dans une situation classique, le laboratoire doit finir toutes ses études avant le dépôt de son dossier d’autorisation de mise sur le marché. Pour les Coronavirus, on a demandé aux laboratoires de déposer les données au fur et à mesure de leur disponibilité et on procédait au fur et à mesure à leur évaluation. Ce qui a permis de les mettre à disposition plus rapidement. »

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.