Exercice interarmées de simulation cyclonique dans l’océan Indien

0
404
CYCLONEX, FAZSOI, Mayotte, La Réunion, Eparses
Exercice CYCLONEX mobilisant les bases régionales des FAZSOI (Photo FAZSOI)

Une cinquantaine de militaires répartis dans les différentes bases des FAZSOI (Forces Armées de la Zone Sud de l’océan Indien) ont participé à l’exercice annuel CYLONEX. La Réunion, Mayotte et les îles Eparses ont été incluses dans le scénario de l’exercice d’observation des réactions des bureaux de l’Etat-major en cas de dégâts humains et matériels.

Il regroupait l’ensemble des métiers tels que les médecins, service des essences, ressources humaines, conduite des opérations ou encore logistique.

La simulation prévoyait qu’un cyclone aux vents estimés à plus de 200km/h, enclenchait la phase d’alerte cyclonique maximale qui a nécessité la mise en place de procédures particulières. Plusieurs cas de figure ont été envisagés : un blessé sur une des îles Eparses nécessitant une évacuation rapide, des inondations dans certaines parties de l’île de La Réunion, des routes barrées par des chutes d’arbres ou encore des demandes de concours de la part de la préfecture.

Une dépression tropicale bien réelle à l’Est de la zone ce vendredi 13 novembre à 15h30 (Capture écran Météo France)

L’exercice a duré une journée, et s’est achevé par un point de situation présenté au commandant supérieur des FAZSOI reprenant le déroulé du scénario, les moyens militaires déployés et les difficultés rencontrées.

La présence des FAZSOI permet d’apporter une réponse rapide à la population civile, « mais aussi aux Etats voisins qui en feraient la demande. Ses hommes et femmes s’entraînent régulièrement afin d’être projetables sur court préavis notamment pour porter secours, en se coordonnant avec les services de l’Etat ».

 Les 1.700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. « Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here