Nouveaux records pour les naissances à Mayotte

9770 enfants sont nés en 2019 de mères résidant à Mayotte indique l'Insee pour qui ce chiffre nous ramène au niveau record de 2017. 2018 avait été une année particulière en raison des mouvements sociaux, ces données confirment donc une natalité forte, surtout chez les mères comoriennes.

1
4134
Une maman et son bébé (archive)

La natalité à Mayotte retrouve son niveau de 2017 indique l’Insee qui rappelle qu’elle était alors à un niveau « record ». En 2019, 9770 naissances ont été enregistrées par l’institut statistique, qui ne compte que les naissances de mères domiciliées à Mayotte.

« La fécondité reste élevée. Elle est portée par les mères de nationalité étrangère, comorienne pour la plupart, qui donnent naissance aux trois quarts des bébés nés en 2019, comme les trois années précédentes. »

D’une manière générale, le nombre de naissances reste supérieur à 9000 par an depuis 2015. Il est principalement porté par les mères de nationalité comorienne résidant à Mayotte.

« En légère baisse en 2018, les naissances de mère comorienne repartent à la hausse et atteignent un niveau record en 2019. Les naissances de mère de nationalité française sont assez stables depuis 2015, tandis que celles de mère malgache retrouvent leur niveau de 2016 et 2017 » détaille l’Insee.

Par ailleurs, 430 enfants sont nés de mères mineures, c’est 40 de moins qu’en 2018.

Ces statistiques sont à distinguer de celles fournies annuellement par le centre hospitalier, qui compte lui l’ensemble des naissances prises en charge par le CHM, indépendamment du lieu de résidence des parents, mais pas les naissances survenues en métropole ou à la Réunion. 300 mères habitant Mayotte ont accouché hors du département en 2019, soit plus du double d’il y a cinq ans.

Y.D.

1 COMMENTAIRE

  1. Le remplacement de la population française à Mayotte est acté donc. Merci à l’État français. Déjà plus de 50% de la population étrangère sur l’île et plus de 2/3 de naissances de parents comorien chaque année. Il faut que les élus notamment les parlementaires fassent Une grève de la faim pour exiger le changement ou création de décret de loi pour faire du CHM un Hôpital International pour que les nouveaux nés prennent la nationalité de leur parents. Les drones et bateaux de surveillance de la Marine Nationale patrouillent au large avant que les kwassa rentrent dans la ZEE française de Mayotte. Prise en charge des frais d’avocats et d’huissier par L’ÉTAT des maorais spoliés leur terrain. Et surtout annulation du droit de sol. Nous avons atteints un point de non-retour. Limitons les casses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here