Volcan : REVOSIMA mange du LION pour nourrir les données

C’est un apport peu commun de la fibre optique : logée dans les câbles sous marins qui connecte Mayotte, elle va aussi être mise à profit pour surveiller le volcan dont le volume du réservoir est désormais considéré comme inédit.

0
1663
Le volcan sous-marin de 800m de haut indiqué par une flèche

Ça bouge, et pas seulement sous terre ! Notre volcan sous-marin, découvert en 2018, agite la sphère scientifique. Un centre de recherche allemand, le GeoForschungsZentrum nous permet d’en savoir plus sur le phénomène volcanique qui nous a souhaité une bonne année 2020 à sa manière. S’appuyant sur les dernières observations, les scientifiques parlent maintenant de la poche de magma la plus grande et la plus profonde jamais observée dans le manteau terrestre, comme le rapporte le site Futura-science.com.

On sait désormais que la chambre magmatique qui libère le liquide en fusion est située à 30km de profondeur, « C’est le plus profond (environ 30 kilomètres) et le plus vaste (plus de 3,4 kilomètres cubes) réservoir magmatique détecté dans le manteau supérieur de la Terre, » explique Eleonora Rivalta, coauteur de l’étude. Qui confirme qu’un risque volcan existe bien, avec l’éventualité d’un effondrement de la croute terrestre autour du réservoir magmatique.

Le câble FLY-LION 3 raccorde Mayotte aux Comores

Plusieurs sismomètres ont été déployés autour de la zone de séismes depuis la découverte du volcan, notamment au cours de mission MayObs. Mais pour améliorer la connaissance du phénomène en cours, l’opérateur Orange, à travers le consortium FLY-LION3, a signé une convention avec l’Institut Physique du Globe de Paris (IGP) pour exploiter les données du câble sous-marin reliant Grande-Comore à Mayotte.

Le câble de fibre optique destiné à sécuriser le réseau de connexion internet notamment sur notre territoire, possède en effet de nouvelles applications. Il s’agit en l’occurrence pour Orange de mettre à disposition une paire de fibres optiques pour écouter les mouvements sismiques, rapporte le site Meretmarine.com. « Comme une antenne », il s’agit d’enregistrer les vibrations du sol, effectuant le travail équivalent à celui de « milliers de sismomètres ».

Rappelons aussi que depuis l’émergence du phénomène, un plan de protection de la population a été déployé par l’Etat.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here