32.8 C
Mamoudzou
vendredi 12 avril 2024
AccueilorangeLa SIM et le commissariat concluent un partenariat pour la sécurité

La SIM et le commissariat concluent un partenariat pour la sécurité

Ali Ahmed Mondroha et le commissaire Philippe Jos signent la convention qui lie la SIM à la Police nationale à Mayotte
Ali Ahmed Mondroha et le commissaire Philippe Jos signent la convention qui lie la SIM à la Police nationale à Mayotte

Ne plus jamais connaître des situations d’insécurité qui rendent le quotidien infernal et vident des quartiers de logements devenus invivables. Le commissaire Philippe Jos du commissariat de police de Mamoudzou et Ali Ahmed Mondroha, le directeur de la SIM, ont signé ce jeudi une convention de partenariat pour la sécurité.

«La situation dans le quartier de Tanafou a été l’électrochoc», explique le commissaire Jos. Au début de la situation de crise, faute de plaintes déposés, le commissariat n’avait pas identifié cette zone qui basculait dans le non-droit. «La SIM nous a fait part d’une situation qui devenait intenable et nous avons pu lancer des actions».

Alors que le quartier se vidait de ses habitants, des jeunes commençaient à s’installer dans des zones abandonnées par les locataires. Ils avaient même entrepris de désosser des logements. Après une campagne intense de sécurisation du quartier, la police a mené plusieurs séries d’interpellations de groupes de jeunes en février, mars puis avril et une certaine quiétude revenant, des locataires ont pu revenir s’installer. «En six mois, le quartier est redevenu tout à fait normal avec des gens qui ont plaisir à y vivre», relève Ali Ahmed Mondraha, le directeur de la SIM.

La carcasse d'une voiture incendiée dans le quartier de Tanafou, début 2017 (Archives JDM)
La carcasse d’une voiture incendiée dans le quartier de Tanafou, début 2017. Depuis, le quartier a retrouvé son calme (Archives JDM)

«Nous restons encore vigilants sur Tanafou et nous continuons d’être très présents sur d’autres quartiers, à Tsoundzou, Cavani ou à la Convalescence», précise le commissaire Philippe Jos. C’est également vrai à Vétiver ou à la Kwalé.

Un lien renforcé

Grâce à cette convention, le commissariat et la SIM ont formalisé une véritable collaboration. «Sur Mayotte, c’est quelque chose de nouveau. Nous avons transposé des dispositifs qui existent en métropole. Nous nous sommes par exemple inspirés de ce qui se fait dans des quartiers autour de foyers de travailleurs où il peut y avoir des incivilités et de la délinquance», confie Ali Ahmed Mondraha.

D’un côté, la SIM va fournir à la police le détail de l’organisation de ses quartiers pour permettre des interventions rapides et efficaces. Elle va aussi continuer à procéder à des travaux de sécurisation et à la mise en place de gardiennage.

Tanafou: Il ne restait que 4 familles à vivre dans le lotissement SIM après les départs massifs liés à l'explosion de la délinquance en janvier 2017
Tanafou: il ne restait que 4 familles à vivre dans le lotissement SIM après les départs massifs liés à l’explosion de la délinquance en janvier 2017

De l’autre, la police va renforcer ses patrouilles au quotidien et davantage encore en cas de problèmes. «Nous voulons être rassurants pour les habitants et dissuasifs envers les délinquants», précise Philippe Jos. Et des deux côtés, des référents ont été désignés pour échanger dès les premiers signes d’éventuelles tensions ou de dégradations. «Nous savons maintenant à tout moment qui contacter en cas de problème», précise Ali Ahmed Mondroha.

Une action dans la durée

«C’est vraiment un partenariat dans lequel tout le monde est gagnant. Les habitants bien sûr, la police qui peut faire son travail et la SIM. Nous sommes le principal bailleur à Mamoudzou et notre intérêt économique est aussi que les gens se sentent bien dans les quartiers pour que les locations se passent bien, qu’il y ait de la sécurité et de la sérénité».

Cette convention finalise donc une démarche qui est déjà devenue une réalité. Elle va surtout l’inscrire dans le temps. «Elle oblige, celles et ceux qui sont aux responsabilités actuellement et celles et ceux qui leur succéderont à poursuivre cette démarche», conclut le commissaire Jos.

RR
www.jdm2021.alter6.com

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
INTERREG VI, Mayotte, Cavani, migrants, port

Stade de Cavani, coopération régionale et tarifs portuaires au programme du CD

0
La séance plénière, c’est le moment où les élus mettent au vote les évènements marquants de la vie du Département. Celle de ce mardi n’a pas dérogé

Migrants du stade de Cavani : Le problème a simplement été déplacé !

0
La semaine dernière, le préfet avait annoncé la fin de l’évacuation des migrants occupant illégalement le stade de Cavani. Toutefois, si le stade a en effet été « libéré », comme promis aux riverains, ce n’est pas le cas des rues de Cavani où errent désormais plusieurs centaines de demandeurs d’asile, au grand dam du maire de Mamoudzou.
Foncier, aménagement, Cavani, Mayotte

Du stade de Cavani au blocage de l’île: le foncier « bombe à retardement »...

0
La situation au stade de Cavani était prévisible, mais aucune décision n’a été prise à temps. « Il n’y a pas de culture d’anticipation à Mayotte », regrette Mohamed Hamissi. L’expert mobilité est aussi un bon connaisseur des collectivités, il appelle à aménager le foncier pour qu'il ne soit plus un outil "d'appel d'air à l'immigration"
Safina, Soula, réfugiés, Mayotte, Wuambushu

Pour Safina Soula, « L’Etat est en train d’asphyxier cette île »

0
Ce lundi 22 janvier, alors que de nombreux barrages ont été érigés à Mayotte en protestation contre le camp de demandeurs d'asile de Cavani, nous avons pu interroger Safina Soula, porte-parole du collectif des citoyens, à sa sortie de la Préfecture de Mamoudzou

Tribunal judiciaire : Six mois de prison ferme pour avoir volé une paire de...

0
Ce vendredi 19 janvier étaient jugés en comparution immédiate deux jeunes hommes de 18 ans ayant brutalisé et volé un agent de recensement venu faire son travail à Cavani. Si le butin des voleurs était maigre (une paire de sandales et un téléphone qui n’a jamais été retrouvé), l’un d’entre eux a néanmoins été condamné à 6 mois de prison ferme en raison d’un casier judiciaire bien rempli en tant que mineur.

Recent Comments